Berliner Boersenzeitung - En Estonie, les alliés de l'Otan affrontent le grand froid

EUR -
AED 3.985487
AFN 78.312185
ALL 103.913093
AMD 437.144737
ANG 1.949108
AOA 902.774155
ARS 910.993837
AUD 1.660421
AWG 1.955829
AZN 1.848918
BAM 1.955106
BBD 2.183624
BDT 118.697841
BGN 1.955106
BHD 0.407655
BIF 3090.702256
BMD 1.085065
BND 1.456083
BOB 7.473346
BRL 5.373791
BSD 1.081516
BTN 89.648159
BWP 14.896709
BYN 3.539243
BYR 21267.266374
BZD 2.179926
CAD 1.473681
CDF 3005.629365
CHF 0.959472
CLF 0.037697
CLP 1040.170556
CNY 7.808997
COP 4245.991925
CRC 553.703338
CUC 1.085065
CUP 28.754212
CVE 110.22585
CZK 25.377535
DJF 192.5816
DKK 7.462102
DOP 63.507444
DZD 146.259158
EGP 33.418031
ERN 16.275969
ETB 61.072009
FJD 2.436192
FKP 0.857711
GBP 0.857284
GEL 2.875845
GGP 0.857711
GHS 13.735122
GIP 0.857711
GMD 73.703057
GNF 9294.698745
GTQ 8.447999
GYD 226.259638
HKD 8.494758
HNL 26.707514
HRK 7.628107
HTG 143.389072
HUF 394.551615
IDR 17037.630267
ILS 3.869453
IMP 0.857711
INR 89.893643
IQD 1416.796788
IRR 45618.833048
ISK 149.851563
JEP 0.857711
JMD 168.700082
JOD 0.769354
JPY 162.862816
KES 156.274495
KGS 97.004564
KHR 4398.43778
KMF 493.189035
KPW 976.521822
KRW 1445.201669
KWD 0.333987
KYD 0.90128
KZT 489.16626
LAK 22594.974804
LBP 96847.502077
LKR 333.621506
LRD 208.332783
LSL 20.728827
LTL 3.203914
LVL 0.656345
LYD 5.223145
MAD 10.890632
MDL 19.218174
MGA 4870.270196
MKD 61.608118
MMK 2271.093362
MNT 3680.245147
MOP 8.720403
MRU 43.30534
MUR 49.685519
MVR 16.714054
MWK 1820.653347
MXN 18.463355
MYR 5.149178
MZN 68.905652
NAD 20.728781
NGN 1712.297469
NIO 39.805862
NOK 11.46023
NPR 143.437055
NZD 1.777047
OMR 0.417707
PAB 1.081516
PEN 4.089348
PGK 4.124535
PHP 60.793462
PKR 302.006335
PLN 4.322217
PYG 7906.191909
QAR 3.950449
RON 4.974049
RSD 117.143393
RUB 99.429937
RWF 1397.303711
SAR 4.069268
SBD 9.196949
SCR 14.687383
SDG 652.1242
SEK 11.240993
SGD 1.459199
SHP 1.375591
SLE 24.570401
SLL 21430.026433
SOS 620.118401
SRD 38.405903
STD 22458.646709
SVC 9.462639
SYP 14107.539336
SZL 20.728638
THB 38.703211
TJS 11.842294
TMT 3.808577
TND 3.390868
TOP 2.574804
TRY 34.060074
TTD 7.339393
TWD 34.26016
TZS 2757.820488
UAH 41.27654
UGX 4232.496718
USD 1.085065
UYU 42.334964
UZS 13534.192977
VEF 3914530.874411
VES 39.10036
VND 26752.267982
VUV 130.7623
WST 2.954508
XAF 655.724102
XAG 0.046847
XAU 0.000521
XCD 2.932442
XDR 0.814911
XOF 655.724102
XPF 119.331742
YER 271.704077
ZAR 20.683545
ZMK 9766.88747
ZMW 25.495944
ZWL 349.390362
  • AEX

    5.6800

    854.1

    +0.67%

  • BEL20

    37.3500

    3698.82

    +1.02%

  • PX1

    7.1300

    7934.17

    +0.09%

  • ISEQ

    32.2600

    9521.49

    +0.34%

  • OSEBX

    8.9900

    1275.14

    +0.71%

  • PSI20

    41.8700

    6199.59

    +0.68%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    76.7700

    2203.45

    +3.61%

  • N150

    25.7600

    3286.41

    +0.79%

En Estonie, les alliés de l'Otan affrontent le grand froid
En Estonie, les alliés de l'Otan affrontent le grand froid

En Estonie, les alliés de l'Otan affrontent le grand froid

Dans un paysage glacé piqué de bouleaux et de conifères, des fantassins émergent d'un blindé et s'enfoncent dans la neige jusqu'aux cuisses pour rallier les bois. L'exercice "Winter Camp", en Estonie, à 100 km de la frontière russe, met les troupes de l'Otan à l'épreuve de conditions hivernales extrêmes.

Taille du texte:

Prévu de longue date, cet exercice annuel interallié, qui mobilise 1.300 soldats britanniques, français et estoniens prend un relief particulier alors que la Russie a massé plus de 100.000 hommes plus au sud, autour de l'Ukraine, pour protester contre la présence militaire de l'Otan à ses frontières.

"Cette manoeuvre est une opportunité de montrer que nous sommes capables de travailler dans les conditions les plus exigeantes, dans le froid et la forêt. Et prouver que nous pouvons relever tout défi à venir", explique le lieutenant-colonel britannique, Simon Worth, commandant du bataillon franco-britannique déployé dans le cadre de l'Otan en Estonie.

Dans ces étendues blanches à perte de vue, "on se fatigue un peu plus en se déplaçant, avec le poids du gilet pare-balles, de la musette et de l'armement. Tout à l'heure je me suis enfoncé dans la neige de quasiment un mètre, c'est quelque chose", confie le première classe Kibinda, arme à la main dans une clairière tapissée de poudreuse.

Le jeune fantassin fait partie des 300 Français venus prêter main forte pendant un an avec 12 chars Leclerc et 8 VBCI (véhicule blindé de combat d'infanterie) à cette mission de "présence avancée renforcée" dans les pays baltes.

Objectif: réassurer ces trois nations qui se sont affranchies de l'ex-Union soviétique, aujourd'hui particulièrement fébriles face à l'attitude menaçante de Moscou envers l'Ukraine.

"Nous ne sommes pas là pour provoquer les Russes. Notre dispositif est préventif, dissuasif et non agressif", assure le colonel Eric Mauger, numéro un français en Estonie. "Mais nous sommes prêts, et en mesure de tenir en attendant les renforts".

- Gel et marécages -

Avec l'exercice otanien "Winter Camp", sous des températures allant jusqu'à -25 degrés, il s'agit d'éprouver la résistance des soldats et des matériels dans des conditions bien plus extrêmes qu'en France ou au Royaume-Uni. Et radicalement différentes de l'environnement semi-désertique dans lequel les militaires français évoluent au Sahel, où ils sont déployés depuis 2013.

"Ici, la première difficulté, c'est le terrain: comme vous pouvez le constater la météo est particulièrement rude et le terrain très marécageux, ce qui va nous empêcher de manoeuvrer et où on risque de s'embourber", souligne le capitaine Julien, du 5e régiment de dragons, emmitouflé dans une tenue grand froid.

"Mais cela aguerrit nos troupes qui ont été plutôt habituées ces dernières années à opérer au Mali ou au Niger, donc c'est une plus-value".

Hors des axes existants, point de salut pour les blindés. A quelques centaines de mètres, un imposant char Leclerc gît sur le bas-côté d'une piste enneigée. Les crampons rajoutés sur ses chenilles n'ont pas pu empêcher la sortie de route.

"Le froid maltraite un peu nos véhicules. On doit les maintenir soigneusement pour éviter que les pièces cassent et que les moteurs s'arrêtent", détaille le lieutenant-colonel Nicolas, commandant en second du battlegroup franco-britannique.

Les Estoniens, eux, ont leur rôle à jouer.

"Pour nous, c'est un hiver normal, je dirais. Nous apportons notre expérience, notre soutien sur l'équipement dont ils ont besoin pour se protéger", indique à l'AFP le colonel estonien Andrus Merilo.

Sous une tente recouverte d'une bâche de camouflage couleur neige, un soldat britannique prépare du thé.

"Par ce temps, le plus grand danger c'est d'avoir froid aux pieds. Il faut maintenir sa chaleur corporelle si on veut rester opérationnel", explique le caporal Liam, chaussé de bottes montant jusqu'aux genoux. "Quand le froid s'installe en vous, surtout en position statique, les choses commencent à devenir très compliquées. Mais on a appris à s'adapter."

(A.Lehmann--BBZ)