Berliner Boersenzeitung - Le nord industriel de l'Angleterre se sent porté par le vent

EUR -
AED 3.98297
AFN 79.787047
ALL 103.769575
AMD 438.837863
ANG 1.954052
AOA 901.25291
ARS 912.252337
AUD 1.657279
AWG 1.952172
AZN 1.839658
BAM 1.953072
BBD 2.189142
BDT 118.993772
BGN 1.956398
BHD 0.408762
BIF 3108.291502
BMD 1.08454
BND 1.456525
BOB 7.508442
BRL 5.351232
BSD 1.084185
BTN 89.816403
BWP 14.913754
BYN 3.548145
BYR 21256.983054
BZD 2.185356
CAD 1.467128
CDF 3004.175779
CHF 0.953743
CLF 0.038577
CLP 1064.454604
CNY 7.806303
COP 4264.302636
CRC 557.815616
CUC 1.08454
CUP 28.740309
CVE 110.622972
CZK 25.320865
DJF 192.744875
DKK 7.453932
DOP 63.689635
DZD 145.742104
EGP 33.508377
ERN 16.268099
ETB 61.509663
FJD 2.456754
FKP 0.855252
GBP 0.855181
GEL 2.885027
GGP 0.855252
GHS 13.638115
GIP 0.855252
GMD 73.646041
GNF 9324.33517
GTQ 8.462101
GYD 226.841023
HKD 8.48595
HNL 26.864162
HRK 7.624419
HTG 143.928938
HUF 390.970151
IDR 16986.173178
ILS 3.913335
IMP 0.855252
INR 89.916171
IQD 1420.747337
IRR 45596.77204
ISK 149.319398
JEP 0.855252
JMD 169.016879
JOD 0.768961
JPY 163.220032
KES 158.3427
KGS 96.990582
KHR 4424.922657
KMF 492.327523
KPW 976.079919
KRW 1445.306715
KWD 0.333703
KYD 0.903513
KZT 488.008029
LAK 22634.348241
LBP 97283.233238
LKR 336.715654
LRD 206.919766
LSL 20.692943
LTL 3.202364
LVL 0.656028
LYD 5.249568
MAD 10.914857
MDL 19.298863
MGA 4929.234134
MKD 61.567596
MMK 2276.824918
MNT 3690.447716
MOP 8.738512
MRU 43.306058
MUR 49.574634
MVR 16.70496
MWK 1825.280587
MXN 18.511091
MYR 5.164605
MZN 68.868691
NAD 20.692998
NGN 1712.575688
NIO 39.878346
NOK 11.42219
NPR 143.705925
NZD 1.757508
OMR 0.417484
PAB 1.084141
PEN 4.122322
PGK 4.03964
PHP 60.838893
PKR 303.13376
PLN 4.30604
PYG 7893.645446
QAR 3.948268
RON 4.96676
RSD 117.204051
RUB 99.831781
RWF 1400.683348
SAR 4.067506
SBD 9.191677
SCR 14.794683
SDG 651.808084
SEK 11.178467
SGD 1.457402
SHP 1.375468
SLE 24.409226
SLL 21419.663901
SOS 619.814351
SRD 38.28752
STD 22447.787323
SVC 9.486311
SYP 14100.970489
SZL 20.693241
THB 38.901982
TJS 11.882707
TMT 3.806735
TND 3.383493
TOP 2.56228
TRY 33.777782
TTD 7.359651
TWD 34.284589
TZS 2765.576565
UAH 41.505497
UGX 4263.044739
USD 1.08454
UYU 42.36886
UZS 13589.285546
VEF 3906628.855253
VES 39.071137
VND 26717.641711
VUV 130.108178
WST 2.953272
XAF 655.023845
XAG 0.048267
XAU 0.000534
XCD 2.931024
XDR 0.816936
XOF 654.507998
XPF 119.331742
YER 271.514328
ZAR 20.695301
ZMK 9762.159729
ZMW 25.15363
ZWL 349.221422
  • AEX

    0.0900

    852.98

    +0.01%

  • BEL20

    11.4200

    3696.65

    +0.31%

  • PX1

    18.2400

    7948.4

    +0.23%

  • ISEQ

    40.6500

    9495.06

    +0.43%

  • OSEBX

    -2.2700

    1260.06

    -0.18%

  • PSI20

    40.1700

    6220.07

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -0.2300

    2294.64

    -0.01%

  • N150

    2.6200

    3273.12

    +0.08%

Le nord industriel de l'Angleterre se sent porté par le vent
Le nord industriel de l'Angleterre se sent porté par le vent

Le nord industriel de l'Angleterre se sent porté par le vent

C'est la plus grande usine de pales d'éoliennes du pays, et elle tourne à plein régime : à Hull, dans le nord industriel de l'Angleterre, le fabricant hispano-allemand Siemens-Gamesa est en pleins travaux d'agrandissement pour répondre à la demande qui explose.

Taille du texte:

La ville portuaire, posée sur l'estuaire maritime Humber, était autrefois connue pour sa florissante industrie de la pêche. Elle se réinvente aujourd'hui un destin dans les énergies renouvelables, dopée par l'objectif du pays d'éliminer les émissions de carbone d'ici 2050.

Dans l'atelier, Carl Jackson, 56 ans, applique le revêtement externe et la peinture sur les pales d'éoliennes. "Nous faisons notre part pour fournir de l'énergie plus propre et moins chère à tout le monde", dit-il à l'AFP.

"L'énergie éolienne occupera une place importante à l'avenir" et pour la ville de Hull, elle a déjà "donné un énorme coup de pouce aux emplois et à l'économie", ajoute ce peintre industriel qui a rejoint l'entreprise lorsqu'elle a ouvert il y a six ans.

L'éolien a le vent en poupe au Royaume-Uni, qui cherche à se défaire d'une dépendance au gaz qui fait flamber les factures énergétiques et force Londres à aligner cet hiver des milliards de livres d'aides aux plus modestes.

Ainsi depuis 2016, quelque 1.500 pales sont sorties des chaines de production, des géantes de 81 mètres de long, soit à peu près autant que l'envergure des ailes d'un Airbus A380.

– Un quart d'éolien –

Le groupe Siemens-Gamesa doit ouvrir en mars une usine dans la ville française du Havre.

Et s'il s'agrandit à Hull, c'est pour y construire des pales encore plus grandes, longues de 100 mètres : une seule rotation pourra alimenter en électricité une maison de taille moyenne jusqu'à deux jours.

Dans l'usine, qui emploie un millier de personnes, les ouvriers s'affairent à fixer du bois de balsa, de la fibre de verre et de la résine dans d'immenses moules, qui donneront bientôt naissance à des pales prêtes à affronter les vents violents de la mer du Nord.

Un quart de l'électricité britannique est déjà produite grâce à l'énergie éolienne, davantage que la moyenne européenne (16%) et bien plus qu'en France (9%), selon des chiffres du lobby européen WindEurope, datant de 2020.

La part de l'éolien "va continuer à croître", affirme le directeur de l'usine, Andy Sykes, alors que le Royaume-Uni doit selon lui réduire ses émissions de carbone tout en diminuant sa dépendance aux importations d'énergie.

De fait, le Premier ministre Boris Johnson, qui a accueilli en novembre en Écosse la COP26, le sommet mondial pour le climat, affirme vouloir faire de son pays "l'Arabie Saoudite du vent".

Et en janvier, les autorités écossaises avaient accordé des concessions à 17 projets éoliens en mer portés par de grands noms de l'énergie, qui viendront démultiplier les capacités de production du Royaume-Uni.

– Emissions industrielles –

Mais Hull ne s'arrête pas aux éoliennes.

La ville multiplie les projets dans les énergies renouvelables : biocarburants, hydrogène vert, capture de carbone mais aussi énergies solaire et marémotrice.

Si la collectivité est soucieuse de réduire les émissions de carbone, c'est que la région de l'estuaire Humber est responsable de 40% des émissions industrielles de Grande Bretagne, en particulier dues aux secteurs du ciment, du gaz, du pétrole, de la pétrochimie et de la sidérurgie.

"La décarbonation de la région de Hull est indispensable" si le Royaume-Uni veut atteindre la neutralité carbone, résume à l'AFP Martin Budd, responsable du climat au Conseil municipal de la ville. L'usine de pales d'éoliennes "est un facteur clé pour y parvenir".

Hull est en outre "la deuxième ville la plus vulnérables aux crues après Londres", rappelle M. Budd. "La survie de cette ville dépend" de son engagement contre le changement climatique, insiste-t-il.

Le Royaume-Uni veut produire un tiers de son électricité grâce à l'énergie éolienne d'ici 2030.

Mais la question du stockage est cruciale, avertit Nick Cowern, professeur émérite de physique à l'Université de Newcastle, les énergies éolienne ou solaire étant dépendantes de la météo.

"Tant que nous n'aurons pas la possibilité de stocker de l'énergie sous forme d'hydrogène – ou d'alternatives comme l'ammoniac – et que nous ne serons pas mieux connectés au réseau électrique de nos voisins européens (...) le gaz sera encore nécessaire", selon lui.

(O.Joost--BBZ)