Berliner Boersenzeitung - Philippines: coup d'envoi de la campagne présidentielle

EUR -
AED 3.974725
AFN 78.462004
ALL 103.726906
AMD 439.46597
ANG 1.950723
AOA 899.832783
ARS 907.890647
AUD 1.649181
AWG 1.947915
AZN 1.843994
BAM 1.95524
BBD 2.185504
BDT 118.797611
BGN 1.955669
BHD 0.407809
BIF 3101.513422
BMD 1.082175
BND 1.455403
BOB 7.478857
BRL 5.405144
BSD 1.082405
BTN 89.965693
BWP 14.939927
BYN 3.542234
BYR 21210.629122
BZD 2.181805
CAD 1.461353
CDF 2992.214143
CHF 0.953725
CLF 0.038443
CLP 1060.752125
CNY 7.787227
COP 4288.929891
CRC 556.935291
CUC 1.082175
CUP 28.677636
CVE 110.652816
CZK 25.355147
DJF 192.324559
DKK 7.454173
DOP 63.636093
DZD 145.549356
EGP 33.437263
ERN 16.232624
ETB 61.348923
FJD 2.419423
FKP 0.855739
GBP 0.854273
GEL 2.868187
GGP 0.855739
GHS 13.391958
GIP 0.855739
GMD 72.803363
GNF 9301.294125
GTQ 8.458498
GYD 226.45512
HKD 8.467641
HNL 26.865036
HRK 7.607793
HTG 143.550862
HUF 388.999029
IDR 16877.005405
ILS 3.928732
IMP 0.855739
INR 89.67454
IQD 1417.649191
IRR 45486.522938
ISK 149.113305
JEP 0.855739
JMD 169.293844
JOD 0.767305
JPY 162.871702
KES 157.997923
KGS 96.779322
KHR 4415.274197
KMF 492.335911
KPW 973.945956
KRW 1439.785123
KWD 0.333098
KYD 0.902054
KZT 488.176903
LAK 22606.635192
LBP 97016.985113
LKR 336.538246
LRD 206.317068
LSL 20.76735
LTL 3.195382
LVL 0.654597
LYD 5.238139
MAD 10.882897
MDL 19.380268
MGA 4907.663797
MKD 61.602351
MMK 2273.006772
MNT 3684.083534
MOP 8.722121
MRU 43.016865
MUR 49.371139
MVR 16.669543
MWK 1821.300823
MXN 18.524713
MYR 5.170095
MZN 68.722148
NAD 20.767346
NGN 1739.055525
NIO 39.851135
NOK 11.398868
NPR 143.945429
NZD 1.746614
OMR 0.41659
PAB 1.082405
PEN 4.124714
PGK 4.031143
PHP 60.540155
PKR 302.711431
PLN 4.305729
PYG 7879.669649
QAR 3.939662
RON 4.975087
RSD 117.19526
RUB 100.701832
RWF 1379.773068
SAR 4.0587
SBD 9.19899
SCR 14.761269
SDG 650.387516
SEK 11.170124
SGD 1.453459
SHP 1.370304
SLE 24.320209
SLL 21372.955732
SOS 618.466952
SRD 38.634769
STD 22398.836671
SVC 9.471418
SYP 14070.314955
SZL 20.767337
THB 38.913392
TJS 11.852204
TMT 3.798434
TND 3.380178
TOP 2.554262
TRY 33.306916
TTD 7.357028
TWD 34.197274
TZS 2759.546499
UAH 41.429048
UGX 4258.838868
USD 1.082175
UYU 42.33787
UZS 13567.77242
VEF 3919458.002514
VES 39.159824
VND 26664.790897
VUV 130.021521
WST 2.968912
XAF 655.778208
XAG 0.047199
XAU 0.000531
XCD 2.924632
XDR 0.817077
XOF 654.178653
XPF 119.331742
YER 270.922893
ZAR 20.86477
ZMK 9740.877091
ZMW 24.867875
ZWL 348.459894
  • AEX

    -2.5700

    854.97

    -0.3%

  • BEL20

    11.4600

    3707.48

    +0.31%

  • PX1

    55.3800

    7966.68

    +0.7%

  • ISEQ

    98.4900

    9660.86

    +1.03%

  • OSEBX

    -2.7800

    1260.8

    -0.22%

  • PSI20

    42.7800

    6242.11

    +0.69%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    7.0800

    2291.87

    +0.31%

  • N150

    0.6500

    3268.76

    +0.02%

Philippines: coup d'envoi de la campagne présidentielle
Philippines: coup d'envoi de la campagne présidentielle

Philippines: coup d'envoi de la campagne présidentielle

Le coup d'envoi de trois mois de campagne présidentielle aux Philippines a été donné mardi, le fils et homonyme de l'ancien dictateur Ferdinand Marcos faisant figure de favori pour succéder au président autoritaire Rodrigo Duterte.

Taille du texte:

Contrairement aux précédents scrutins, les accolades, selfies et autres poignées de main sont interdits en raison des restrictions sanitaires.

Plus de 35 ans après que les Philippines ont tourné la page de la dictature de Ferdinand Marcos, les sondages prédisent la victoire écrasante de son fils, Ferdinand "Bongbong" Marcos Jr, lors des élections du 9 mai.

Porté par sa tonitruante campagne sur les réseaux sociaux et son alliance avec Sara Duterte, fille du président sortant et candidate à la vice-présidence, Marcos Jr, une des figures les plus clivantes de l'archipel, entend "unifier le pays".

A Bocaue près de Manille, des milliers de partisans rassemblés dans un stade couvert appartenant à une Eglise influente ont scandé "Bongbong, Sara" pour un meeting aux allures de concert de rock marquant le lancement de la campagne des deux héritiers.

"Quand j'ai déclaré mon intention de me présenter au poste de président des Philippines, mon unique souhait était d'unir à nouveau notre pays", a lancé Marcos Jr à ses fans. "Ma cause, c'est l'unité parce que je crois fermement que l'unité est la première étape pour sortir de la crise où nous sommes".

L'actuelle vice-présidente Leni Robredo - une ancienne avocate au service des défavorisés et une ennemie jurée de Marcos Jr et de M. Duterte -- arrive loin derrière dans les sondages.

Au lancement de sa campagne, dont le rose est la couleur, dans la ville de Lupi (province centrale de Camarines Sur) Mme Robredo a assuré à ses partisans que leur présence la remplissait "de courage".

"Nous devons mettre fin à la vieille politique pourrie (qui est) à la racine des problèmes qui écrasent les Philippins", a-t-elle ajouté. "C'est l'essence de notre combat".

Mme Robredo devance cependant le maire de Manille Francisco Domagoso, le champion de boxe à la retraite Manny Pacquiao et l'ancien responsable de la police Panfilo Lacson.

"Le grand favori reste Marcos", a souligné Peter Mumford, analyste d'Eurasia Group, qui estime que l'ancien sénateur a "70% de chances" de l'emporter.

- "Dans la continuité" de Duterte -

De nombreux partisans de M. Duterte considèrent M. Marcos comme étant l'+"homme fort+ qui s'inscrit dans la continuité" de l'actuel président, selon M. Mumford.

Une victoire de Marcos Jr marquerait l'ultime retour politique de sa famille, contrainte à l'exil aux États-Unis après la chute humiliante de son patriarche en 1986.

Le dictateur a été accusé de corruption massive avec son épouse Imelda lorsqu'ils étaient au pouvoir, et d'être responsable de milliers de crimes et de violations des droits de l'homme.

Les opposants à Marcos Jr ont déposé des recours pour qu'il soit disqualifié en vertu d'une ancienne condamnation pour avoir omis de déclarer ses revenus.

Même s'il était exclu du scrutin, le code électoral autorise une personne portant le même nom de famille à le remplacer.

Marcos Jr a tenté de défendre le régime de son père en invoquant la croissance économique et en minimisant les exactions commises sous son régime.

Mais les questions relatives au passé de sa famille et à sa richesse soupçonnée d'être mal acquise sont devenues une source d'irritation pour le candidat.

Il a refusé les invitations à débattre avec ses adversaires et a déclaré à un journaliste qu'il refusait de "revenir sur des questions vieilles de 35 ans".

Mme Robredo, qui a battu de justesse Marcos Jr dans la course à la vice-présidence en 2016, s'est quant à elle engagée à contrecoeur dans la présidentielle sous la pression de ses partisans et des groupes d'opposition.

Bien que sa campagne, menée par des bénévoles, ait touché une corde sensible chez les progressistes, sa personnalité policée est loin d'être un atout dans ce pays aux valeurs machistes.

(Y.Yildiz--BBZ)