Berliner Boersenzeitung - Boris Johnson comparé à Trump après une attaque controversée contre le chef de l'opposition

EUR -
AED 3.985487
AFN 78.312185
ALL 103.913093
AMD 437.144737
ANG 1.949108
AOA 902.774155
ARS 910.993837
AUD 1.660421
AWG 1.955829
AZN 1.848918
BAM 1.955106
BBD 2.183624
BDT 118.697841
BGN 1.955106
BHD 0.407655
BIF 3090.702256
BMD 1.085065
BND 1.456083
BOB 7.473346
BRL 5.373791
BSD 1.081516
BTN 89.648159
BWP 14.896709
BYN 3.539243
BYR 21267.266374
BZD 2.179926
CAD 1.473681
CDF 3005.629365
CHF 0.959472
CLF 0.037697
CLP 1040.170556
CNY 7.808997
COP 4245.991925
CRC 553.703338
CUC 1.085065
CUP 28.754212
CVE 110.22585
CZK 25.377535
DJF 192.5816
DKK 7.462102
DOP 63.507444
DZD 146.259158
EGP 33.418031
ERN 16.275969
ETB 61.072009
FJD 2.436192
FKP 0.857711
GBP 0.857284
GEL 2.875845
GGP 0.857711
GHS 13.735122
GIP 0.857711
GMD 73.703057
GNF 9294.698745
GTQ 8.447999
GYD 226.259638
HKD 8.494758
HNL 26.707514
HRK 7.628107
HTG 143.389072
HUF 394.551615
IDR 17037.630267
ILS 3.869453
IMP 0.857711
INR 89.893643
IQD 1416.796788
IRR 45618.833048
ISK 149.851563
JEP 0.857711
JMD 168.700082
JOD 0.769354
JPY 162.862816
KES 156.274495
KGS 97.004564
KHR 4398.43778
KMF 493.189035
KPW 976.521822
KRW 1445.201669
KWD 0.333987
KYD 0.90128
KZT 489.16626
LAK 22594.974804
LBP 96847.502077
LKR 333.621506
LRD 208.332783
LSL 20.728827
LTL 3.203914
LVL 0.656345
LYD 5.223145
MAD 10.890632
MDL 19.218174
MGA 4870.270196
MKD 61.608118
MMK 2271.093362
MNT 3680.245147
MOP 8.720403
MRU 43.30534
MUR 49.685519
MVR 16.714054
MWK 1820.653347
MXN 18.463355
MYR 5.149178
MZN 68.905652
NAD 20.728781
NGN 1712.297469
NIO 39.805862
NOK 11.46023
NPR 143.437055
NZD 1.777047
OMR 0.417707
PAB 1.081516
PEN 4.089348
PGK 4.124535
PHP 60.793462
PKR 302.006335
PLN 4.322217
PYG 7906.191909
QAR 3.950449
RON 4.974049
RSD 117.143393
RUB 99.429937
RWF 1397.303711
SAR 4.069268
SBD 9.196949
SCR 14.687383
SDG 652.1242
SEK 11.240993
SGD 1.459199
SHP 1.375591
SLE 24.570401
SLL 21430.026433
SOS 620.118401
SRD 38.405903
STD 22458.646709
SVC 9.462639
SYP 14107.539336
SZL 20.728638
THB 38.703211
TJS 11.842294
TMT 3.808577
TND 3.390868
TOP 2.574804
TRY 34.060074
TTD 7.339393
TWD 34.26016
TZS 2757.820488
UAH 41.27654
UGX 4232.496718
USD 1.085065
UYU 42.334964
UZS 13534.192977
VEF 3914530.874411
VES 39.10036
VND 26752.267982
VUV 130.7623
WST 2.954508
XAF 655.724102
XAG 0.046847
XAU 0.000521
XCD 2.932442
XDR 0.814911
XOF 655.724102
XPF 119.331742
YER 271.704077
ZAR 20.683545
ZMK 9766.88747
ZMW 25.495944
ZWL 349.390362
  • AEX

    5.6800

    854.1

    +0.67%

  • BEL20

    37.3500

    3698.82

    +1.02%

  • PX1

    7.1300

    7934.17

    +0.09%

  • ISEQ

    32.2600

    9521.49

    +0.34%

  • OSEBX

    8.9900

    1275.14

    +0.71%

  • PSI20

    41.8700

    6199.59

    +0.68%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    76.7700

    2203.45

    +3.61%

  • N150

    25.7600

    3286.41

    +0.79%

Boris Johnson comparé à Trump après une attaque controversée contre le chef de l'opposition
Boris Johnson comparé à Trump après une attaque controversée contre le chef de l'opposition

Boris Johnson comparé à Trump après une attaque controversée contre le chef de l'opposition

Boris Johnson a essuyé mardi une volée de critiques le comparant à l'ancien président américain Donald Trump, après une attaque controversée contre son adversaire travailliste qui a ensuite été pris à partie par des manifestants.

Taille du texte:

Certains parlementaires, y compris dans son camp conservateur, ont demandé à M. Johnson de présenter ses excuses après cet incident, source de nouvelles critiques envers le Premier ministre britannique déjà embourbé dans le scandale des fêtes à Downing Street pendant le confinement.

Lundi soir, aux abords du Parlement, Keir Starmer, le chef du Parti travailliste, s'est retrouvé encerclé par une foule véhémente qui l'a qualifié de "traître" et l'a accusé de "protéger les pédophiles". Il a dû être exfiltré dans une voiture de police.

Cette dernière accusation était une référence directe à une attaque lancée la semaine dernière au Parlement par M. Johnson.

Au cours d'échanges tendus avec l'opposition, en plein scandale sur les fêtes organisées à Downing Street au mépris des restrictions contre le Covid-19, Boris Johnson s'en était pris à Keir Starmer. Il l'avait accusé d'avoir "passé son temps à poursuivre des journalistes" plutôt que le pédophile Jimmy Savile, une ex-star défunte de la BBC, quand il était à la tête du parquet britannique.

Or M. Starmer n'a joué aucun rôle dans la décision de ne pas poursuivre M. Savile, même s'il avait présenté ses excuses, au nom du parquet, pour les "manquements" dans cette affaire.

Cette accusation, répandue dans les milieux conspirationnistes, a valu au Premier ministre une vague de critiques et la démission d'une influente conseillère.

"Nos mots ont des conséquences", a rappelé mardi devant les députés le président de la Chambre des Communes Lindsay Hoyle.

- "I will survive" -

L'incident de lundi, filmé et très relayé sur les réseaux sociaux, a heurté les parlementaires, y compris dans le camp de Boris Johnson.

Plusieurs députés conservateurs ont établi un lien avec les propos du Premier ministre, comme Tobias Ellwood, qui a fustigé une "dérive vers un style politique trumpien".

La députée écologiste Caroline Lucas a également estimé que "l'échec de Boris Johnson à présenter des excuses pour son attaque envers Keir Starmer est tout droit sorti du manuel trumpien".

Ce n'est pas la première fois que des comparaisons sont établies entre les deux dirigeants populistes qui affichaient leur amitié à l'époque où Donald Trump était à la Maison Blanche.

Selon le Daily Mail, l'ancien président américain juge même dans son dernier livre que Boris Johnson "est le meilleur Premier ministre depuis Winston Churchill".

Le chef du gouvernement britannique s'est empressé de condamner lundi soir l'incident dont Keir Starmer a été la victime, le jugeant "absolument honteux", sans répondre aux critiques sur ses propres déclarations. Son porte-parole a souligné qu'il ne présenterait pas ses excuses à M. Starmer.

Deux ans après la mise en oeuvre du Brexit qui avait été la clé de son triomphe électoral en décembre 2019, Boris Johnson traverse une passe difficile, avec une popularité au plus bas, mais s'accroche à son poste.

"I will survive" a-t-il chantonné devant son nouveau directeur de communication, Guto Harris, a raconté celui-ci lundi à la presse.

Espérant se donner un nouveau souffle, M. Johnson a annoncé mardi un mini-remaniement de ses équipes dont la nomination du député conservateur Jacob Rees Mogg aux fonctions de ministre d'Etat chargé "des opportunités du Brexit".

Mais l'incident de lundi a touché une corde sensible dans un pays marqué par le meurtre de deux députés ces dernières années.

Le 15 octobre 2021, le conservateur David Amess, 69 ans, avait été mortellement poignardé au cours d'une permanence parlementaire. Un suspect de 25 ans doit être jugé en mars pour meurtre et préparation d'actes terroristes.

En juin 2016, la députée travailliste Jo Cox, 41 ans, avait été tuée de plusieurs balles et coups de couteau par un extrémiste de droite, une semaine avant le référendum sur le Brexit.

Julian Smith, qui fut ministre de Boris Johnson, a jugé "épouvantable" ce qui est arrivé à Keir Starmer. "C'est vraiment important pour notre démocratie et pour sa sécurité que les attaques infondées sur Savile" dont il a été la cible soient "intégralement retirées".

(O.Joost--BBZ)