Berliner Boersenzeitung - A Bogota, un campement indigène en spectre de la guerre

EUR -
AED 3.917207
AFN 76.404407
ALL 101.521982
AMD 421.425862
ANG 1.917145
AOA 893.306846
ARS 927.183226
AUD 1.657548
AWG 1.919938
AZN 1.809151
BAM 1.959248
BBD 2.147822
BDT 116.975883
BGN 1.955794
BHD 0.401978
BIF 3047.83514
BMD 1.066632
BND 1.449731
BOB 7.380922
BRL 5.582969
BSD 1.063703
BTN 88.99734
BWP 14.702275
BYN 3.480688
BYR 20905.993461
BZD 2.144223
CAD 1.469131
CDF 2975.904554
CHF 0.97151
CLF 0.037841
CLP 1044.158849
CNY 7.720603
CNH 7.728189
COP 4151.492982
CRC 532.991226
CUC 1.066632
CUP 28.265756
CVE 110.459413
CZK 25.25145
DJF 189.424894
DKK 7.461392
DOP 62.877168
DZD 143.747227
EGP 51.736785
ERN 15.999485
ETB 60.524248
FJD 2.424773
FKP 0.856252
GBP 0.856741
GEL 2.83728
GGP 0.856252
GHS 14.335096
GIP 0.856252
GMD 72.477546
GNF 9144.305272
GTQ 8.289512
GYD 223.150663
HKD 8.351939
HNL 26.356306
HRK 7.551928
HTG 140.993869
HUF 392.990176
IDR 17326.375397
ILS 4.040835
IMP 0.856252
INR 89.166036
IQD 1393.441751
IRR 44865.220252
ISK 150.309719
JEP 0.856252
JMD 165.389348
JOD 0.755925
JPY 164.682691
KES 141.329037
KGS 94.935718
KHR 4302.202666
KMF 494.487568
KPW 959.969461
KRW 1472.763208
KWD 0.328672
KYD 0.886436
KZT 477.671472
LAK 22630.805799
LBP 95257.738811
LKR 321.240464
LRD 206.180683
LSL 20.37001
LTL 3.149488
LVL 0.645195
LYD 5.191038
MAD 10.818139
MDL 19.008655
MGA 4667.135033
MKD 61.580205
MMK 2233.786009
MNT 3679.881871
MOP 8.59655
MRU 42.31862
MUR 49.647315
MVR 16.479543
MWK 1843.858275
MXN 18.100548
MYR 5.108131
MZN 67.732071
NAD 20.286954
NGN 1216.643277
NIO 39.152744
NOK 11.746411
NPR 142.39194
NZD 1.805148
OMR 0.410598
PAB 1.065781
PEN 4.01012
PGK 4.038537
PHP 61.006038
PKR 296.115221
PLN 4.338367
PYG 7872.614765
QAR 3.883073
RON 4.975627
RSD 117.129074
RUB 100.423425
RWF 1371.145883
SAR 4.001083
SBD 9.039906
SCR 14.41522
SDG 625.04622
SEK 11.676208
SGD 1.451324
SHP 1.347636
SLE 24.369672
SLL 22366.750331
SOS 609.583438
SRD 37.092673
STD 22077.13549
SVC 9.307275
SYP 2679.946096
SZL 20.243248
THB 39.240968
TJS 11.643784
TMT 3.738546
TND 3.373779
TOP 2.553464
TRY 34.638223
TTD 7.222661
TWD 34.508746
TZS 2749.690396
UAH 42.061205
UGX 4066.156613
USD 1.066632
UYU 41.462977
UZS 13524.897641
VEF 3863931.612074
VES 38.658557
VND 27097.794075
VUV 126.632762
WST 2.990419
XAF 655.835453
XAG 0.037786
XAU 0.00045
XCD 2.882627
XDR 0.80825
XOF 655.835453
XPF 119.331742
YER 267.031416
ZAR 20.248413
ZMK 9600.957844
ZMW 26.886269
ZWL 343.455172
  • AEX

    -9.3600

    865.35

    -1.07%

  • BEL20

    -2.2800

    3794.57

    -0.06%

  • PX1

    49.1800

    7981.51

    +0.62%

  • ISEQ

    49.8700

    9828.81

    +0.51%

  • OSEBX

    4.5700

    1347.78

    +0.34%

  • PSI20

    9.9600

    6234.41

    +0.16%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -38.0700

    2042.5

    -1.83%

  • N150

    9.6200

    3326.21

    +0.29%

A Bogota, un campement indigène en spectre de la guerre
A Bogota, un campement indigène en spectre de la guerre

A Bogota, un campement indigène en spectre de la guerre

L'affaire est un casse-tête et un triste rappel des violences dans les confins de la Colombie: loin de leurs terres livrées aux groupes armés, près d'un millier d'indigènes, déplacés de guerre, squattent depuis septembre dans la plus grande précarité, un parc emblématique de Bogota.

Taille du texte:

"Nous réclamons simplement nos droits, des conditions de vie digne", lance Luz Mary Queragama. "Nous avons froid, nos enfants ont faim".

Ils sont près de 1.300 dont 550 enfants, selon elle, à vivre sous des bâches plastiques, dans des conditions sanitaires déplorables, le long d'une des avenues les plus encombrées de la capitale.

Issus d'une quinzaine de communautés de l'ouest du pays, ces indigènes, en majorité Embera, disent avoir fui la "violence des groupes armés" dans leur région d'origine, le Cauca, Risaralda et le Choco, où il leur est impossible de rentrer.

Après cinq mois de négociations infructueuses, le problème humanitaire est devenu "crise historique", selon la presse colombienne.

- "Rats et tuberculose" -

Avec ses sentiers ombragés et ses aires de jeu, le "Parc national" est l'un des rares îlots de verdure de la capitale, où les habitants aimaient à flâner les fins de semaine.

Bâches, cuisines au feu de bois et fils à linge y ont remplacé les promeneurs. Des grappes de gamins, pieds nus crasseux, chahutent dans les allées. Bébé accroché au dos, des mères balaient, remettent un semblant d'ordre dans les abris de fortune. Maïs et bananes plantain chauffent dans les gamelles.

Deux sanitaires collectifs du parc servent pour la douche et les toilettes. La lessive se fait dans un canal d’eaux usées. Des hommes, bâton au côté, surveillent accès et alentours du campement.

"Personne ne devrait vivre dans ces conditions", fustige une bénévole, venue apporter vivres et produits d'hygiène. "Il y a des rats, la tuberculose, tout un tas de maladies (...). La mairie les néglige, le gouvernement ne fait rien pour eux", s’époumone-t-elle.

La mairie assure avoir déployé une "assistance humanitaire immédiate" puis, tout fait de façon "respectueuse", pour reloger ces déplacés à Bogota et aider à leur "retour en sécurité" chez eux.

"L'unique solution structurelle est un retour digne dans leurs territoires ancestraux, avec des garanties et une présence de l'Etat", plaide-t-on à la municipalité, après avoir longtemps renvoyé le gouvernement, qui n'a pas été "en mesure de protéger" ces populations, à ses "responsabilités".

Fin janvier, le ministère de l'Intérieur s'est finalement engagé à mener à bien ce retour, en "coordination" avec la mairie.

Selon la municipalité, près de 1.200 déplacés Embera sont déjà rentrés et 400 autres ont été relogés sur un autre site. La maire Claudia Lopez a exclu catégoriquement "l'installation d'un territoire indigène dans la ville".

- Regroupement inédit -

Ainsi au coeur de la capitale se cristallisent de façon inattendue les maux de la Colombie profonde en conflit.

Derrière les Afro-colombiens, les indigènes sont les plus affectés. Une série d'incidents meurtriers en janvier dans les très troublés Cauca et Choco, où les groupes armés s'affrontent pour le contrôle du narcotrafic, a de nouveau attiré l'attention sur leur sort.

En presque soixante ans de guerre interne, Bogota (8 millions d'habitants) a accueilli des centaines de milliers de déplacés. Après l'accord de paix de 2016, la capitale abrite près de 380.000 de ces victimes, dont 5,1% d'indigènes. Ceux-ci vivent pour la plupart dans la misère, vivotant de la vente d'artisanat et parfois de la mendicité.

Le regroupement d'un millier d'entre eux en un seul lieu est relativement inédit, peut-être aussi lié à la pauvreté (42%) qui s'est considérablement aggravée pendant la pandémie. Certains disent être réfugiés en ville depuis trois ans, d'autres plus récemment. La fin d'une aide au logement les aurait décidé à investir le parc.

Dans l'immédiat, la priorité est de parvenir à recenser ses occupants, qui ont récemment expulsé à coups de poings des agents municipaux désemparés qui en étaient à leur troisième tentative.

"Ils occupent de façon illégale un parc public dont ils privent la population", dénonce une agente de la circulation. "Ils saccagent les arbres pour prendre le bois. La journée ils mendient, le soir ça boit...".

"Cette situation est très pénible pour les riverains", confie le cuisinier d'une gargote proche.

Un dramatique incident est venu encore aggraver les choses fin janvier: la mort d'une mère Embera et de sa fillette, écrasées, près d'un autre site de déplacés, par un camion dont le chauffeur a été lynché à mort.

"Le recensement doit venir avec une solution de relogement collectif pour tous, ici à Bogota", tranche Mme Queramaga.

"Quant au retour dans nos réserves, nous voulons de vraies garanties. Il ne s'agira pas de nous mettre dans un bus pour juste nous abandonner au bord de la route".

(L.Kaufmann--BBZ)