Berliner Boersenzeitung - Les "convois de la liberté" en route pour Paris, malgré l'interdiction

EUR -
AED 3.920887
AFN 76.465468
ALL 101.859613
AMD 421.338696
ANG 1.918641
AOA 894.145378
ARS 928.032932
AUD 1.654222
AWG 1.921743
AZN 1.818657
BAM 1.956936
BBD 2.149448
BDT 116.837832
BGN 1.955801
BHD 0.40234
BIF 3050.21371
BMD 1.067635
BND 1.450863
BOB 7.372246
BRL 5.588105
BSD 1.064533
BTN 89.063456
BWP 14.713749
BYN 3.483322
BYR 20925.64275
BZD 2.145846
CAD 1.468452
CDF 2978.701043
CHF 0.971457
CLF 0.037877
CLP 1045.13936
CNY 7.724126
CNH 7.733077
COP 4155.39492
CRC 533.422178
CUC 1.067635
CUP 28.292323
CVE 110.327502
CZK 25.245269
DJF 189.570058
DKK 7.460209
DOP 62.928007
DZD 143.880566
EGP 51.777401
ERN 16.014523
ETB 60.573185
FJD 2.423213
FKP 0.857057
GBP 0.856296
GEL 2.839915
GGP 0.857057
GHS 14.318111
GIP 0.857057
GMD 72.545747
GNF 9151.441606
GTQ 8.279691
GYD 222.888358
HKD 8.359827
HNL 26.281874
HRK 7.559026
HTG 141.103903
HUF 392.803867
IDR 17263.655269
ILS 4.044633
IMP 0.857057
INR 89.17559
IQD 1394.509607
IRR 44907.39077
ISK 150.291195
JEP 0.857057
JMD 165.51842
JOD 0.756635
JPY 164.584472
KES 141.431638
KGS 95.024943
KHR 4305.560161
KMF 494.959771
KPW 960.871724
KRW 1465.574525
KWD 0.328874
KYD 0.887115
KZT 478.037533
LAK 22648.148781
LBP 95329.845417
LKR 321.486645
LRD 206.371094
LSL 20.389155
LTL 3.152448
LVL 0.645802
LYD 5.195089
MAD 10.805423
MDL 19.023044
MGA 4670.777325
MKD 61.655795
MMK 2235.529284
MNT 3683.340547
MOP 8.586485
MRU 42.358426
MUR 49.697792
MVR 16.4956
MWK 1845.297246
MXN 18.110909
MYR 5.099559
MZN 67.797822
NAD 20.306665
NGN 1239.054146
NIO 39.183299
NOK 11.722476
NPR 142.507072
NZD 1.801105
OMR 0.410979
PAB 1.064513
PEN 4.005425
PGK 4.046406
PHP 60.897661
PKR 296.343535
PLN 4.337213
PYG 7878.574045
QAR 3.886722
RON 4.974749
RSD 117.128948
RUB 100.517841
RWF 1372.215943
SAR 4.00485
SBD 9.048403
SCR 14.423255
SDG 625.634196
SEK 11.663273
SGD 1.450558
SHP 1.348903
SLE 24.392576
SLL 22387.772567
SOS 610.156962
SRD 37.127534
STD 22097.885521
SVC 9.314408
SYP 2682.464944
SZL 20.259046
THB 39.203208
TJS 11.630152
TMT 3.74206
TND 3.376899
TOP 2.555864
TRY 34.669096
TTD 7.228196
TWD 34.52784
TZS 2751.836247
UAH 42.09403
UGX 4061.300799
USD 1.067635
UYU 41.413461
UZS 13490.83234
VEF 3867563.274368
VES 38.694891
VND 27123.262962
VUV 126.751783
WST 2.99323
XAF 656.347275
XAG 0.037593
XAU 0.00045
XCD 2.885336
XDR 0.808881
XOF 656.347275
XPF 119.331742
YER 267.282166
ZAR 20.266375
ZMK 9609.993453
ZMW 26.906621
ZWL 343.777981
  • AEX

    -9.3600

    865.35

    -1.07%

  • BEL20

    -2.2800

    3794.57

    -0.06%

  • PX1

    49.1800

    7981.51

    +0.62%

  • ISEQ

    49.8700

    9828.81

    +0.51%

  • OSEBX

    4.5700

    1347.78

    +0.34%

  • PSI20

    9.9600

    6234.41

    +0.16%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -38.0700

    2042.5

    -1.83%

  • N150

    9.6200

    3326.21

    +0.29%

Les "convois de la liberté" en route pour Paris, malgré l'interdiction
Les "convois de la liberté" en route pour Paris, malgré l'interdiction

Les "convois de la liberté" en route pour Paris, malgré l'interdiction

Rouler vers Paris mais ensuite ? Partis en "convoi" sur les routes de France, quelques milliers d'opposants au pass vaccinal veulent rallier vendredi soir les abords de la capitale, malgré l'interdiction de la préfecture, laissant planer le doute sur leurs intentions pour la suite.

Taille du texte:

"On va se débrouiller. Mais on va y aller, on est déterminés de toute façon, mais sans agressivité (...) On est ensemble, c'est magnifique ! ", a commenté sous les klaxons et les drapeaux français au vent, Olivier un participant breton au moment de s'élancer depuis Brest au volant de sa voiture.

Depuis mercredi, ces premiers "convois de la liberté" français, inspirés de la contestation née au Canada, sont partis en voiture, camping-car ou covoiturage de Nice, Bayonne ou encore de Perpignan et devaient continuer à se mettre en marche vendredi matin des villes les plus proches de Paris.

Le mouvement, initié depuis une semaine sur les réseaux sociaux se présente comme "l'étape d'après" les manifestations de rue anti-gouvernementales, des "gilets jaunes" et plus récemment des opposants au pass sanitaire, selon les organisateurs.

"Si les gens veulent manifester normalement, ils pourront le faire. S'ils veulent bloquer la circulation, on interviendra", a averti jeudi soir le ministre de l'Intérieur Gerald Darmanin sur LCI. "Ce n'est pas la chienlit la République Française", a lancé M. Darmanin.

Réfutant toute tentative de blocage, les participants espèrent converger dans la soirée vers Paris, y passer la nuit chacun comme il peut, puis participer samedi aux différents cortèges hebdomadaires contre le pass vaccinal organisés dans la capitale.

- 7.500 euros d'amende -

Certains vont ensuite tenter de rallier Bruxelles pour une "convergence européenne" prévue le lundi 14 février. Les autorités belges ont toutefois décidé de leur interdire l'accès de la capitale, faute d'en avoir fait la demande.

A Paris, la préfecture de police de Paris a également décrété jeudi une interdiction de cette mobilisation pour "risques de troubles à l'ordre public".

Un "dispositif spécifique", notamment composé de "task forces" et d'engins d'enlèvement doit être mis en place pour "pour empêcher les blocages d'axes routiers, verbaliser et interpeller les contrevenants", qui encourent six mois de prison et 7.500 euros d'amende", a insisté la préfecture.

Pour contrer l'interdiction, l'avocat Juan Branco ou encore la militante anti-vaccin Sophie Tissier ont annoncé jeudi avoir déposé un référé liberté devant le tribunal administratif de Paris. Une audience est prévue vendredi à 14h30.

En attendant, les participants peaufinaient jeudi soir leur stratégie de faufilage en cas de contrôle de police.

Vendredi "répondez que vous aller au parc des Princes voir le match PSG-Rennes, samedi "à la manif autorisée des Patriotes" et dimanche "au meeting de Pécresse au Zenith", écrivait à ses camarades sur un groupe d'entraide l'un des convoyeurs.

- "Panier repas" -

Dans l'esprit de convivialité et de lien social qui avaient marqué le début du mouvement des "gilets jaunes" autour des ronds-points en 2018, plusieurs convois ont passé la nuit dans des haltes ou chez des particuliers ayant ouvert leur logement ou parking.

"Ces premiers départs donnent beaucoup d'espoir, ça remplit le coeur et c'est l'objectif de ce mouvement, mettre en place une chaîne de solidarité active, de l'hébergement aux paniers repas", a commenté auprès de l'AFP, l'un des initiateurs du mouvement, sous le pseudo de Rémi Monde.

Au premier plan des revendications des participants : "le retrait (...) du pass et de toutes les mesures de contrainte ou de pression liées à la vaccination", en plus de mesures sur le pouvoir d'achat ou le coût de l'énergie.

"Nous avons manifesté, et nous pouvons continuer mais nous voyons que ça ne mène qu'à la confrontation, à la répression et à la violence", a expliqué à l'AFP l'initiateur, "nous voulons essayer autre chose, et voir quelle sera la réponse du gouvernement face à des gens pacifistes et joyeux".

Plusieurs candidats à la présidentielle ont apporté leur soutien à ce mouvement, dont Marine Le Pen, Eric Zemmour ou encore le parti de gauche radicale La France insoumise (LFI) qui a "encouragé" ses militants qui le souhaitent à se joindre à ce mouvement.

Le chef de file des Patriotes Florian Philippot organise de son côté vendredi après-midi à Paris un rassemblement de soutien logistique au "convois de la liberté", place Denfert-Rochereau.

(Y.Yildiz--BBZ)