Berliner Boersenzeitung - Ukraine: pour les déplacés du Donbass, une crise sans fin

EUR -
AED 3.905111
AFN 76.827584
ALL 101.067891
AMD 417.760607
ANG 1.917942
AOA 889.966705
ARS 926.401162
AUD 1.65184
AWG 1.913906
AZN 1.804476
BAM 1.954212
BBD 2.148754
BDT 116.795114
BGN 1.952642
BHD 0.400736
BIF 3049.950873
BMD 1.063281
BND 1.450136
BOB 7.380004
BRL 5.538528
BSD 1.064235
BTN 88.712829
BWP 14.740025
BYN 3.482204
BYR 20840.311116
BZD 2.145077
CAD 1.459284
CDF 2982.503719
CHF 0.969286
CLF 0.036802
CLP 1015.475686
CNY 7.70188
CNH 7.709831
COP 4162.07595
CRC 532.667256
CUC 1.063281
CUP 28.176951
CVE 110.175492
CZK 25.276267
DJF 189.506043
DKK 7.461575
DOP 62.778998
DZD 143.037926
EGP 51.219423
ERN 15.949218
ETB 60.583581
FJD 2.417742
FKP 0.853562
GBP 0.863464
GEL 2.833678
GGP 0.853562
GHS 14.313372
GIP 0.853562
GMD 72.197751
GNF 9147.568421
GTQ 8.279274
GYD 222.649118
HKD 8.332196
HNL 26.271657
HRK 7.528201
HTG 141.115356
HUF 393.916974
IDR 17299.053148
ILS 4.006215
IMP 0.853562
INR 88.654312
IQD 1395.166552
IRR 44724.26899
ISK 150.294873
JEP 0.853562
JMD 165.705379
JOD 0.753656
JPY 164.534269
KES 142.543239
KGS 94.532045
KHR 4324.486742
KMF 491.847268
KPW 956.953434
KRW 1467.50873
KWD 0.327714
KYD 0.886879
KZT 474.309127
LAK 22685.570009
LBP 95298.878207
LKR 319.730248
LRD 205.419269
LSL 20.362234
LTL 3.139593
LVL 0.643168
LYD 5.188785
MAD 10.791733
MDL 18.995568
MGA 4710.173406
MKD 61.545228
MMK 2234.784438
MNT 3668.320437
MOP 8.589103
MRU 42.213672
MUR 49.477961
MVR 16.42792
MWK 1844.701346
MXN 18.194059
MYR 5.080353
MZN 67.515702
NAD 20.361582
NGN 1143.824447
NIO 39.168179
NOK 11.71881
NPR 141.940686
NZD 1.800114
OMR 0.409314
PAB 1.064245
PEN 3.921414
PGK 4.044714
PHP 61.186486
PKR 296.166291
PLN 4.319192
PYG 7885.593662
QAR 3.870877
RON 4.975497
RSD 117.160788
RUB 99.839441
RWF 1372.484979
SAR 3.988448
SBD 8.974275
SCR 15.689354
SDG 623.082624
SEK 11.601881
SGD 1.449114
SHP 1.343403
SLE 24.293107
SLL 22296.478588
SOS 607.663265
SRD 36.711914
STD 22007.773657
SVC 9.311435
SYP 2671.526255
SZL 20.311499
THB 39.396725
TJS 11.652933
TMT 3.732117
TND 3.350411
TOP 2.545442
TRY 34.597571
TTD 7.214139
TWD 34.711345
TZS 2758.151681
UAH 42.312825
UGX 4059.701856
USD 1.063281
UYU 40.996694
UZS 13505.028376
VEF 3851791.931221
VES 38.593569
VND 27071.138827
VUV 126.234908
WST 2.981024
XAF 655.424526
XAG 0.0387
XAU 0.000454
XCD 2.873571
XDR 0.80905
XOF 655.424526
XPF 119.331742
YER 266.192189
ZAR 20.350086
ZMK 9570.812627
ZMW 27.482673
ZWL 342.376106
  • AEX

    7.5700

    867.58

    +0.88%

  • BEL20

    50.5300

    3878.24

    +1.32%

  • PX1

    23.2700

    8045.94

    +0.29%

  • ISEQ

    57.6000

    9988.16

    +0.58%

  • OSEBX

    0.2700

    1341.43

    +0.02%

  • PSI20

    173.1200

    6468.3

    +2.75%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -19.8800

    2029.24

    -0.97%

  • N150

    14.9500

    3337.18

    +0.45%

Ukraine: pour les déplacés du Donbass, une crise sans fin
Ukraine: pour les déplacés du Donbass, une crise sans fin

Ukraine: pour les déplacés du Donbass, une crise sans fin

Quand elle a fui en catastrophe la zone de conflit de l'est de l'Ukraine, Lioudmyla Bobova pouvait difficilement s'imaginer qu'elle fêterait son 59e anniversaire, huit ans plus tard, toujours logée dans un préfabriqué d'urgence et exposée au risque d'une offensive russe.

Taille du texte:

"On s'est habitués à vivre ici, on n'a pas le choix", déclare la retraitée à l'AFP devant le perron enneigé de la petite pièce qu'elle partage avec son mari invalide et sa mère âgée.

Les dizaines de milliers de soldats russes massés près des frontières de l'Ukraine font craindre aux Occidentaux une invasion à grande échelle, susceptible de gonfler les rangs des déplacés ayant fui les territoires sous contrôle des séparatistes parrainés par Moscou dans le Donbass, voire d'envoyer des millions de réfugiés vers l'Europe.

Partie à l'été 2014 de la région de Lougansk avec "deux sacs", Lioudmyla a rejoint Kharkiv, deuxième ville ukrainienne, à majorité russophone.

Depuis 2015, elle est logée par les autorités dans un lotissement de préfabriqués financés par le gouvernement allemand, à côté de l'aéroport local, pour les déplacés de ce conflit qui a fait plus de 13.000 morts, selon l'ONU.

D'une capacité de près de 500 places, ce village de cubes blancs vient de fêter son septième anniversaire et compte toujours 175 occupants dont 70 enfants. Du linge sèche devant certaines portes malgré les températures négatives.

L'état des installations, qui n'étaient pas prévues pour durer si longtemps, s'est dégradé. Et les robinets défectueux et pannes de chauffe-eau se multiplient, sans qu'aucune solution ne se dessine pour les habitants restant, souvent les plus fragiles.

- "Il fallait vivre" -

Pour Lioudmyla, difficile de trouver un logement faute de revenus suffisants. Mais pas question de rentrer dans sa région d'origine, où est enterré son fils.

Elle espère aussi ne pas être contrainte de quitter Kharkiv, située à seulement 40 kilomètres de la frontière russe et en première ligne en cas d'invasion par l'armée de Moscou.

En 2014, "il fallait vivre et donc on a fui. Ma mère marchait encore avec sa canne, mais maintenant c'est difficile et la santé de mon mari s'est dégradée", raconte-t-elle. "Et où partir?".

L'ONU estime à 1,5 million le nombre de déplacés en Ukraine des suites de la guerre dans le Donbass et l'annexion de la Crimée.

Ceux-ci ont parfois été accueillis avec méfiance dans leurs régions d'adoption et ne touchent que de maigres subventions accordées par l'Etat ou des programmes locaux, souvent insuffisantes pour se loger décemment.

Le Conseil norvégien pour les réfugiés a dit craindre un "déplacement massif" de population en cas de reprise active des combats, qui menace jusqu'à deux millions de personnes vivant près de la ligne de front.

Proche de la zone de guerre, la région de Kharkiv a déjà accueilli à elle seule 135.000 déplacés et en a vu transiter nombre d'autres.

Evguenia Levenchtein se souvient en avoir vu arriver des centaines à la gare de Kharkiv "sans rien, avec familles et enfants, en larmes".

Son association, Frontières ukrainiennes, a alors fourni produits d'hygiène et nourriture. Aujourd'hui, elle a déjà commandé des produits de première nécessité et stocké du carburant.

- "Défendre, mais comment?" -

Une partie de ceux qui avaient fui sont retournés dans leur région d'origine malgré la poursuite de combats et le grand isolement des "républiques" autoproclamées par les séparatistes, appauvries et totalement dépendantes de l'aide russe.

Ceux qui sont restés sont souvent ceux qui affichent des positions pro-ukrainiennes.

"Ils ont choisi Kharkiv pour leur nouvelle vie", assure Mme Levenchtein. "Ils sont prêts, au moins pour l'instant, à rester et la défendre. Comment? C'est un mystère pour moi".

C'est le cas d'Olga Todorova, très émue quand elle raconte comment elle a fui Lougansk par le train pour éviter les check-points séparatistes.

Dans la pièce qu'elle loue dans un immeuble en banlieue de Kharkiv, cette journaliste de 53 ans assure avoir déjà pris sa décision de rester et de résister en cas d'attaque russe.

"Je sais à quel point cela fait peur, les bombardements et les mortiers ou missiles russes, mais nous ne partirons pas", affirme-t-elle. "Combien de temps peut-on passer à fuir?".

(L.Kaufmann--BBZ)