Berliner Boersenzeitung - En Espagne, l'extrême droite de Vox ne veut plus jouer les seconds rôles

EUR -
AED 3.919319
AFN 76.596014
ALL 102.033511
AMD 421.650701
ANG 1.921898
AOA 888.796949
ARS 927.617942
AUD 1.657927
AWG 1.920973
AZN 1.811521
BAM 1.960305
BBD 2.153148
BDT 117.038949
BGN 1.956415
BHD 0.402193
BIF 3055.435541
BMD 1.067207
BND 1.453347
BOB 7.384901
BRL 5.589925
BSD 1.066355
BTN 89.21718
BWP 14.738938
BYN 3.489335
BYR 20917.264747
BZD 2.14955
CAD 1.470025
CDF 2977.50886
CHF 0.971908
CLF 0.037898
CLP 1045.735281
CNY 7.725533
CNH 7.730989
COP 4154.104746
CRC 534.322838
CUC 1.067207
CUP 28.280996
CVE 110.518967
CZK 25.263038
DJF 189.663699
DKK 7.460865
DOP 63.035147
DZD 143.82254
EGP 51.760947
ERN 16.008111
ETB 60.67546
FJD 2.425012
FKP 0.856714
GBP 0.856782
GEL 2.838374
GGP 0.856714
GHS 14.342825
GIP 0.856714
GMD 72.517066
GNF 9167.065422
GTQ 8.293981
GYD 223.270973
HKD 8.357781
HNL 26.326497
HRK 7.555999
HTG 141.344803
HUF 393.180721
IDR 17333.368907
ILS 4.043014
IMP 0.856714
INR 89.259678
IQD 1396.910024
IRR 44889.417133
ISK 150.294305
JEP 0.856714
JMD 165.80178
JOD 0.756328
JPY 164.716522
KES 141.412715
KGS 94.9869
KHR 4312.93109
KMF 494.766627
KPW 960.48702
KRW 1472.719486
KWD 0.328828
KYD 0.888634
KZT 478.862644
LAK 22686.920739
LBP 95493.043075
LKR 322.041543
LRD 206.291647
LSL 20.380993
LTL 3.151186
LVL 0.645543
LYD 5.203958
MAD 10.823971
MDL 19.05561
MGA 4678.707577
MKD 61.758074
MMK 2239.324865
MNT 3681.865848
MOP 8.601184
MRU 42.341398
MUR 49.67918
MVR 16.488907
MWK 1848.430273
MXN 18.110724
MYR 5.113525
MZN 67.779944
NAD 20.298107
NGN 1228.547536
NIO 39.250195
NOK 11.740456
NPR 142.747689
NZD 1.804226
OMR 0.410822
PAB 1.066355
PEN 4.012282
PGK 4.053276
PHP 61.09975
PKR 296.849463
PLN 4.341445
PYG 7892.172764
QAR 3.885168
RON 4.974894
RSD 117.123579
RUB 100.477355
RWF 1374.545752
SAR 4.003272
SBD 9.129901
SCR 14.422951
SDG 625.383161
SEK 11.660559
SGD 1.45194
SHP 1.348363
SLE 24.38281
SLL 22378.809172
SOS 609.91125
SRD 37.112672
STD 22089.038188
SVC 9.330441
SYP 2681.390966
SZL 20.293729
THB 39.25081
TJS 11.650062
TMT 3.740562
TND 3.375548
TOP 2.554841
TRY 34.632002
TTD 7.240571
TWD 34.579121
TZS 2758.730967
UAH 42.165499
UGX 4068.348846
USD 1.067207
UYU 41.485331
UZS 13514.054569
VEF 3866014.817571
VES 38.679399
VND 27112.403618
VUV 126.701035
WST 2.992032
XAF 657.470913
XAG 0.037811
XAU 0.000452
XCD 2.884181
XDR 0.810266
XOF 657.467826
XPF 119.331742
YER 267.175624
ZAR 20.218201
ZMK 9606.150123
ZMW 26.952683
ZWL 343.640343
  • AEX

    -9.3600

    865.35

    -1.07%

  • BEL20

    -2.2800

    3794.57

    -0.06%

  • PX1

    49.1800

    7981.51

    +0.62%

  • ISEQ

    49.8700

    9828.81

    +0.51%

  • OSEBX

    4.5700

    1347.78

    +0.34%

  • PSI20

    9.9600

    6234.41

    +0.16%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -38.0700

    2042.5

    -1.83%

  • N150

    9.6200

    3326.21

    +0.29%

En Espagne, l'extrême droite de Vox ne veut plus jouer les seconds rôles
En Espagne, l'extrême droite de Vox ne veut plus jouer les seconds rôles

En Espagne, l'extrême droite de Vox ne veut plus jouer les seconds rôles

Auteur d'une percée lors des régionales de dimanche en Castille-et-Léon, le parti espagnol d'extrême droite Vox exige de faire partie du gouvernement régional, une première qui pourrait redistribuer les cartes dans le pays à moins de deux ans des prochaines élections générales.

Taille du texte:

"Vox a le droit et le devoir de gouverner en Castille-et-Léon", a déclaré, solennel, dimanche soir le dirigeant de cette formation ultra-nationaliste, Santiago Abascal, en position de force pour réclamer la vice-présidence de cette région rurale, proche de Madrid.

Les électeurs "ont parlé" et "nous n'exigerons ni plus ni moins que ce qui nous revient", a poursuivi Abascal, sans pouvoir réprimer un sourire.

En tête de ce scrutin anticipé avec 31,4% des voix, le Parti Populaire (PP, droite) ne dispose pas de la majorité absolue pour gouverner seul. Avec 31 sièges sur les 81 du Parlement régional, il devrait donc être contraint de forger une alliance avec Vox - qui hérite de 13 sièges contre un seul auparavant (17,6% des suffrages) - s'il veut conserver le pouvoir dans son fief depuis 35 ans.

Le Parti socialiste du Premier ministre Pedro Sanchez est arrivé deuxième avec 30% des voix et 28 sièges.

- "Laboratoire" -

Dans un pays très décentralisé où les régions ont de larges compétences, l'éventuelle entrée de Vox pour la première fois au sein d'un exécutif régional aurait de fortes implications politiques.

La Castille-et-Léon pourrait en effet servir de "laboratoire" à cette formation - qui prône l'abrogation des lois sur les violences sexistes et est opposée aux mesures de réhabilitation des victimes du franquisme -, note Paloma Roman, professeur de sciences politiques à l'Université Complutense de Madrid.

Et à moins de deux ans des législatives, prévues au plus tard en janvier 2024, cette alliance, si elle se concrétise, dessinerait l'éventualité de voir des ministres Vox au gouvernement espagnol si le PP et la formation d'extrême droite disposent dans l'avenir de la majorité au Parlement espagnol.

Vox avait provoqué une onde de choc fin 2018 en rentrant en force au Parlement d'Andalousie (Sud). Pour la première fois depuis la mort du dictateur Francisco Franco en 1975 et le rétablissement de la démocratie, un parti d'extrême droite obtenait en effet des sièges dans un Parlement régional.

Dans cette région ou dans celle de Madrid, Vox soutient les exécutifs régionaux dirigés par le PP mais sans en faire partie.

Sur le plan national, ce parti est devenu depuis les élections législatives de 2019 la troisième force du pays et dispose de 52 députés sur 350 au Parlement espagnol.

- "Le PP entre les mains de Vox" -

L'actuel président de Castille-et-Léon Alfonso Fernandez Mañueco (PP) avait lui-même convoqué ces élections anticipées après avoir rompu avec ses alliés centristes de Ciudadanos, dans l'espoir de renforcer sa majorité au sein du Parlement régional.

Mal lui en a pris. "Le PP a gagné les élections mais (...) est entre les mains de Vox", analyse ainsi la politologue Cristina Monge. Une expression reprise par nombre de grands quotidiens espagnols comme El Pais.

"Le PP n'a pas d'autre choix que de faire de la place à son principal rival à droite", souligne Pablo Simon, professeur de sciences politiques à l'université Carlos III de Madrid.

Une coalition qui pourrait toutefois devenir "un problème si le PP veut former des alliances avec des partenaires modérés" dans d'autres régions ou au niveau national, relève-t-il.

Expliquant vouloir "dialoguer avec tous", M. Fernandez Mañueco a réfuté l'existence d'une "ligne rouge" à franchir ou non entre la droite et l'extrême droite.

Mais selon Paloma Roman, un éventuel gouvernement régional PP-Vox pourrait "être suffisant pour que les électeurs mettent en place" à l'avenir "un cordon sanitaire" contre la formation d'extrême droite, lorsqu'ils verront son programme s'appliquer.

(K.Müller--BBZ)