Berliner Boersenzeitung - Face à la contestation au Canada, Trudeau invoque une loi d'exception

EUR -
AED 3.917207
AFN 76.404407
ALL 101.521982
AMD 421.425862
ANG 1.917145
AOA 893.306846
ARS 927.183226
AUD 1.657548
AWG 1.919938
AZN 1.809151
BAM 1.959248
BBD 2.147822
BDT 116.975883
BGN 1.955794
BHD 0.401978
BIF 3047.83514
BMD 1.066632
BND 1.449731
BOB 7.380922
BRL 5.582969
BSD 1.063703
BTN 88.99734
BWP 14.702275
BYN 3.480688
BYR 20905.993461
BZD 2.144223
CAD 1.469131
CDF 2975.904554
CHF 0.97151
CLF 0.037841
CLP 1044.158849
CNY 7.720603
CNH 7.728189
COP 4151.492982
CRC 532.991226
CUC 1.066632
CUP 28.265756
CVE 110.459413
CZK 25.25145
DJF 189.424894
DKK 7.461392
DOP 62.877168
DZD 143.747227
EGP 51.736785
ERN 15.999485
ETB 60.524248
FJD 2.424773
FKP 0.856252
GBP 0.856741
GEL 2.83728
GGP 0.856252
GHS 14.335096
GIP 0.856252
GMD 72.477546
GNF 9144.305272
GTQ 8.289512
GYD 223.150663
HKD 8.351939
HNL 26.356306
HRK 7.551928
HTG 140.993869
HUF 392.990176
IDR 17326.375397
ILS 4.040835
IMP 0.856252
INR 89.166036
IQD 1393.441751
IRR 44865.220252
ISK 150.309719
JEP 0.856252
JMD 165.389348
JOD 0.755925
JPY 164.682691
KES 141.329037
KGS 94.935718
KHR 4302.202666
KMF 494.487568
KPW 959.969461
KRW 1472.763208
KWD 0.328672
KYD 0.886436
KZT 477.671472
LAK 22630.805799
LBP 95257.738811
LKR 321.240464
LRD 206.180683
LSL 20.37001
LTL 3.149488
LVL 0.645195
LYD 5.191038
MAD 10.818139
MDL 19.008655
MGA 4667.135033
MKD 61.580205
MMK 2233.786009
MNT 3679.881871
MOP 8.59655
MRU 42.31862
MUR 49.647315
MVR 16.479543
MWK 1843.858275
MXN 18.100548
MYR 5.108131
MZN 67.732071
NAD 20.286954
NGN 1216.643277
NIO 39.152744
NOK 11.746411
NPR 142.39194
NZD 1.805148
OMR 0.410598
PAB 1.065781
PEN 4.01012
PGK 4.038537
PHP 61.006038
PKR 296.115221
PLN 4.338367
PYG 7872.614765
QAR 3.883073
RON 4.975627
RSD 117.129074
RUB 100.423425
RWF 1371.145883
SAR 4.001083
SBD 9.039906
SCR 14.41522
SDG 625.04622
SEK 11.676208
SGD 1.451324
SHP 1.347636
SLE 24.369672
SLL 22366.750331
SOS 609.583438
SRD 37.092673
STD 22077.13549
SVC 9.307275
SYP 2679.946096
SZL 20.243248
THB 39.240968
TJS 11.643784
TMT 3.738546
TND 3.373779
TOP 2.553464
TRY 34.638223
TTD 7.222661
TWD 34.508746
TZS 2749.690396
UAH 42.061205
UGX 4066.156613
USD 1.066632
UYU 41.462977
UZS 13524.897641
VEF 3863931.612074
VES 38.658557
VND 27097.794075
VUV 126.632762
WST 2.990419
XAF 655.835453
XAG 0.037786
XAU 0.00045
XCD 2.882627
XDR 0.80825
XOF 655.835453
XPF 119.331742
YER 267.031416
ZAR 20.248413
ZMK 9600.957844
ZMW 26.886269
ZWL 343.455172
  • AEX

    -9.3600

    865.35

    -1.07%

  • BEL20

    -2.2800

    3794.57

    -0.06%

  • PX1

    49.1800

    7981.51

    +0.62%

  • ISEQ

    49.8700

    9828.81

    +0.51%

  • OSEBX

    4.5700

    1347.78

    +0.34%

  • PSI20

    9.9600

    6234.41

    +0.16%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -38.0700

    2042.5

    -1.83%

  • N150

    9.6200

    3326.21

    +0.29%

Face à la contestation au Canada, Trudeau invoque une loi d'exception
Face à la contestation au Canada, Trudeau invoque une loi d'exception

Face à la contestation au Canada, Trudeau invoque une loi d'exception

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé lundi le recours exceptionnel à la loi sur les mesures d'urgence pour mettre fin aux blocages "illégaux" des manifestants anti-mesures sanitaires en cours dans le pays depuis plus de deux semaines.

Taille du texte:

C'est seulement la deuxième fois que cette disposition est activée en temps de paix, la dernière fois remontant à la crise de 1970 quand Pierre Elliott Trudeau, le père de l'actuel Premier ministre était au pouvoir.

"Le gouvernement fédéral invoque la loi sur les mesures d'urgence pour compléter les pouvoirs provinciaux et territoriaux et faire face aux blocages et aux occupations", a-t-il déclaré, précisant que l'armée ne serait pas déployée et que les nouvelles mesures seraient "limitées dans le temps et géographiquement".

Le mouvement de contestation canadien qui a débuté fin janvier est parti de camionneurs protestant contre l'obligation d'être vacciné pour passer la frontière entre le Canada et les Etats-Unis. Mais les revendications se sont étendues à un refus de l'ensemble des mesures sanitaires et, pour de nombreux manifestants, à un rejet du gouvernement de Justin Trudeau.

- "Peu de limites" -

La loi sur les mesures d'urgence peut être invoquée en cas de "crise nationale" et donne au gouvernement fédéral davantage de pouvoir pour y mettre fin en lui permettant d'autoriser "à titre temporaire des mesures extraordinaires".

Plusieurs Premiers ministres provinciaux ont exprimé avant la prise de parole de Justin Trudeau leur opposition à la mise en place de cette disposition, qui correspond à un état d'urgence national.

En 1970, le gouvernement de Pierre Elliott Trudeau l'avait invoquée pour envoyer l'armée au Québec et prendre une série de mesures d'urgence, après l'enlèvement par le Front de libération du Québec d'un attaché commercial britannique, James Richard Cross, et d'un ministre québécois, Pierre Laporte.

M. Cross avait été libéré après des négociations, mais le ministre avait été retrouvé mort dans le coffre d'une voiture.

"Avec cette loi, le gouvernement peut réquisitionner des biens, des services, des personnes. Le gouvernement peut dire aux gens où aller, où ne pas aller. Il y a vraiment peu de limites à ce que peut faire le gouvernement", a expliqué Geneviève Tellier, professeure d'études politiques à l'université d'Ottawa.

- "Maintenir la pression" -

Lundi, la police canadienne a saisi des armes et des munitions et arrêté 11 personnes sur le blocage frontalier de Coutts en Alberta (ouest), point de passage avec les Etats-Unis paralysé depuis une semaine.

Les autorités ont mis la main sur 13 armes d'épaule, des armes de poing, plusieurs ensembles de gilets pare-balles, et une grande quantité de munitions.

La police était parvenue dimanche soir, après sept jours de blocage, à rouvrir le pont Ambassador, qui relie Windsor en Ontario à la ville américaine de Detroit au Michigan. La paralysie de cet axe frontalier majeur avait poussé Washington, inquiet des conséquences économiques, à intervenir auprès de Justin Trudeau.

Le Premier ministre de l'Ontario - province canadienne la plus peuplée dans laquelle se trouvent les villes d'Ottawa et de Windsor - a annoncé lundi matin la levée prochaine de la quasi-totalité des mesures sanitaires, dont le passeport vaccinal.

Mais à Ottawa, les opposants aux mesures sanitaires occupaient toujours les rues du centre-ville. Quelque 400 camions sont installés appuyés par une organisation bien rodée: tentes pour se réchauffer, feux de camp, stands de nourriture...

Depuis l'instauration de l'état d'urgence vendredi, ils risquent de recevoir une amende pouvant aller jusqu'à 100.000 dollars canadiens (69.500 euros) voire un an d'emprisonnement.

Partir "n'est pas dans mes plans", expliquait lundi matin à l'AFP Phil Rioux, barbe de trois jours et yeux bleus au volant de son camion. "C'est en maintenant la pression qu'on a plus de chance d'arriver à notre but", explique le Québécois de 29 ans.

- "Très frustrée" -

Pendant ce temps, la grogne monte dans la population canadienne devant la lenteur de la réaction des autorités, notamment sur les réseaux sociaux, où l'action de la police est fortement questionnée.

"Au début je les soutenais mais maintenant c'est assez", estime Beatriz Sagastume, une habitante d'Ottawa contrainte de se déplacer à pied pour aller travailler.

Comme plusieurs contre-manifestants ce week-end, elle réclame une sortie de crise et estime que c'est au Premier ministre Justin Trudeau de régler le problème.

Cette mobilisation canadienne inédite continuait lundi de faire des émules ailleurs dans le monde. Après des manifestations similaires en Australie et en Nouvelle-Zélande, des milliers de voitures et de camions en Israël ont rallié Jérusalem depuis plusieurs villes du pays.

En Europe, après avoir convergé vers Paris samedi, une partie des convois d'opposants aux restrictions sanitaires, dits "de la liberté", sont arrivés à Bruxelles, où la manifestation a été interdite. Les autorités belges ont bloqué une trentaine de véhicules qui s'apprêtaient à a vers Bruxelles.

(L.Kaufmann--BBZ)