Berliner Boersenzeitung - Contestation au Canada: Trudeau envisage de déclencher la loi sur les mesures d'urgence

EUR -
AED 3.905111
AFN 76.827584
ALL 101.067891
AMD 417.760607
ANG 1.917942
AOA 889.966705
ARS 926.401162
AUD 1.65184
AWG 1.913906
AZN 1.804476
BAM 1.954212
BBD 2.148754
BDT 116.795114
BGN 1.952642
BHD 0.400736
BIF 3049.950873
BMD 1.063281
BND 1.450136
BOB 7.380004
BRL 5.538528
BSD 1.064235
BTN 88.712829
BWP 14.740025
BYN 3.482204
BYR 20840.311116
BZD 2.145077
CAD 1.459284
CDF 2982.503719
CHF 0.969286
CLF 0.036802
CLP 1015.475686
CNY 7.70188
CNH 7.709831
COP 4162.07595
CRC 532.667256
CUC 1.063281
CUP 28.176951
CVE 110.175492
CZK 25.276267
DJF 189.506043
DKK 7.461575
DOP 62.778998
DZD 143.037926
EGP 51.219423
ERN 15.949218
ETB 60.583581
FJD 2.417742
FKP 0.853562
GBP 0.863464
GEL 2.833678
GGP 0.853562
GHS 14.313372
GIP 0.853562
GMD 72.197751
GNF 9147.568421
GTQ 8.279274
GYD 222.649118
HKD 8.332196
HNL 26.271657
HRK 7.528201
HTG 141.115356
HUF 393.916974
IDR 17299.053148
ILS 4.006215
IMP 0.853562
INR 88.654312
IQD 1395.166552
IRR 44724.26899
ISK 150.294873
JEP 0.853562
JMD 165.705379
JOD 0.753656
JPY 164.534269
KES 142.543239
KGS 94.532045
KHR 4324.486742
KMF 491.847268
KPW 956.953434
KRW 1467.50873
KWD 0.327714
KYD 0.886879
KZT 474.309127
LAK 22685.570009
LBP 95298.878207
LKR 319.730248
LRD 205.419269
LSL 20.362234
LTL 3.139593
LVL 0.643168
LYD 5.188785
MAD 10.791733
MDL 18.995568
MGA 4710.173406
MKD 61.545228
MMK 2234.784438
MNT 3668.320437
MOP 8.589103
MRU 42.213672
MUR 49.477961
MVR 16.42792
MWK 1844.701346
MXN 18.194059
MYR 5.080353
MZN 67.515702
NAD 20.361582
NGN 1143.824447
NIO 39.168179
NOK 11.71881
NPR 141.940686
NZD 1.800114
OMR 0.409314
PAB 1.064245
PEN 3.921414
PGK 4.044714
PHP 61.186486
PKR 296.166291
PLN 4.319192
PYG 7885.593662
QAR 3.870877
RON 4.975497
RSD 117.160788
RUB 99.839441
RWF 1372.484979
SAR 3.988448
SBD 8.974275
SCR 15.689354
SDG 623.082624
SEK 11.601881
SGD 1.449114
SHP 1.343403
SLE 24.293107
SLL 22296.478588
SOS 607.663265
SRD 36.711914
STD 22007.773657
SVC 9.311435
SYP 2671.526255
SZL 20.311499
THB 39.396725
TJS 11.652933
TMT 3.732117
TND 3.350411
TOP 2.545442
TRY 34.597571
TTD 7.214139
TWD 34.711345
TZS 2758.151681
UAH 42.312825
UGX 4059.701856
USD 1.063281
UYU 40.996694
UZS 13505.028376
VEF 3851791.931221
VES 38.593569
VND 27071.138827
VUV 126.234908
WST 2.981024
XAF 655.424526
XAG 0.0387
XAU 0.000454
XCD 2.873571
XDR 0.80905
XOF 655.424526
XPF 119.331742
YER 266.192189
ZAR 20.350086
ZMK 9570.812627
ZMW 27.482673
ZWL 342.376106
  • AEX

    7.5700

    867.55

    +0.88%

  • BEL20

    50.9100

    3878.81

    +1.33%

  • PX1

    21.6600

    8044.22

    +0.27%

  • ISEQ

    51.6400

    9982.33

    +0.52%

  • OSEBX

    -0.1300

    1341.05

    -0.01%

  • PSI20

    168.0800

    6463.35

    +2.67%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -19.8800

    2029.24

    -0.97%

  • N150

    13.9500

    3336.11

    +0.42%

Contestation au Canada: Trudeau envisage de déclencher la loi sur les mesures d'urgence
Contestation au Canada: Trudeau envisage de déclencher la loi sur les mesures d'urgence

Contestation au Canada: Trudeau envisage de déclencher la loi sur les mesures d'urgence

La crise se poursuivait lundi au Canada malgré le déblocage la veille du pont Ambassador, axe frontalier stratégique, poussant l'Ontario à annoncer l'abandon du passeport vaccinal et Justin Trudeau à envisager de déclencher la loi sur les mesures d'urgence.

Taille du texte:

Le Premier ministre canadien a évoqué dans la matinée avec des Premiers ministres provinciaux la possibilité d'utiliser cette loi sur les mesures d'urgence.

Il a prévu de s'adresser à la nation à 16H30 (21H30 GMT).

Cette disposition peut être invoquée en cas de "crise nationale" et donne au gouvernement fédéral davantage de pouvoir pour y mettre fin en lui permettant d'autoriser "à titre temporaire des mesures extraordinaires".

Sous pression, Justin Trudeau avait déclaré vendredi que "toutes les options étaient sur la table" pour mettre un terme à ces occupations "illégales" qui portent préjudice au pays et à son économie.

La loi sur les mesures d'urgence n'a été utilisée qu'une seule fois en temps de paix, par le père de Justin Trudeau, lors de la crise d'octobre 1970. A l'époque elle s'appelait "loi sur les mesures de guerre".

Le gouvernement de Pierre Elliott Trudeau l'avait invoquée pour envoyer l'armée au Québec et prendre une série de mesures d'urgence, après l'enlèvement par le Front de libération du Québec d'un attaché commercial britannique, James Richard Cross, et d'un ministre québécois, Pierre Laporte.

M. Cross avait été libéré après des négociations, mais le ministre avait été retrouvé mort dans le coffre d'une voiture.

"Avec cette loi, le gouvernement peut réquisitionner des biens, des services, des personnes. Le gouvernement peut dire aux gens où aller, où ne pas aller. Il y a vraiment peu de limites à ce que peut faire le gouvernement", a expliqué Geneviève Tellier, professeure d'études politiques à l'université d'Ottawa.

- "Maintenir la pression" -

Lundi, la police canadienne a saisi des armes et des munitions et arrêté 11 personnes sur le blocage frontalier de Coutts en Alberta (ouest), point de passage avec les Etats-Unis paralysé depuis une semaine.

Les autorités ont mis la main sur 13 armes d'épaule, des armes de poing, plusieurs ensembles de gilets pare-balles, une grande quantité de munitions.

La police était parvenue dimanche soir, après sept jours de blocage, à rouvrir le pont Ambassador, qui relie Windsor en Ontario à la ville américaine de Detroit au Michigan. La paralysie de cet axe frontalier majeur avait poussé Washington, inquiet des conséquences économiques, à intervenir auprès de Justin Trudeau.

Le Premier ministre de l'Ontario - province canadienne la plus peuplée dans laquelle se trouvent les villes d'Ottawa et de Windsor - a annoncé lundi matin la levée prochaine de la quasi-totalité des mesures sanitaires, dont le passeport vaccinal.

Mais à Ottawa, les opposants aux mesures sanitaires occupaient toujours les rues du centre-ville et notamment toujours la rue Wellington, devant le Parlement canadien. Quelque 400 camions sont installés appuyés par une organisation bien rodée: tentes pour se réchauffer, feux de camp, stands de nourriture...

Rien ne semble entamer leur détermination, malgré le risque pour eux, depuis l'instauration de l'état d'urgence vendredi, de recevoir une amende pouvant aller jusqu'à 100.000 dollars canadiens (69.500 euros) voire un an d'emprisonnement.

Partir "n'est pas dans mes plans", expliquait lundi matin à l'AFP Phil Rioux, barbe de trois jours et yeux bleus au volant de son camion. "C'est en maintenant la pression qu'on a plus de chance d'arriver à notre but", explique le Québécois de 29 ans.

La levée de l'ensemble des mesures sanitaires est réclamée par de nombreux contestataires, même si le mouvement est né fin janvier de l'opposition de camionneurs, qui doivent être vaccinés pour traverser la frontière entre le Canada et les États-Unis.

- "Très frustrée" -

Pendant ce temps, la grogne monte dans la population canadienne devant la lenteur de la réaction des autorités, notamment sur les réseaux sociaux, où l'action de la police est fortement questionnée.

"Au début je les soutenais mais maintenant c'est assez", estime Beatriz Sagastume, une habitante d'Ottawa contrainte de se déplacer à pied pour aller travailler.

Comme plusieurs contre-manifestants ce week-end, elle réclame une sortie de crise et estime que c'est au Premier ministre Justin Trudeau de régler le problème.

Cette mobilisation canadienne inédite continuait lundi de faire des émules ailleurs dans le monde. Après des manifestations similaires en Australie et en Nouvelle-Zélande, en Israël des milliers de voitures et de camions ont convergé vers Jérusalem depuis plusieurs villes du pays.

En Europe, après avoir convergé vers Paris samedi, une partie des convois d'opposants aux restrictions sanitaires, dits "de la liberté", sont arrivés à Bruxelles, où la manifestation a été interdite. Les autorités belges ont bloqué une trentaine de véhicules qui s'apprêtaient à converger vers Bruxelles.

A Strasbourg, les autorités ont prévenu qu'aucune manifestation ne serait autorisée aux abords du Parlement européen, réuni en session plénière.

(A.Lehmann--BBZ)