Berliner Boersenzeitung - Jim Glickenhaus, le cow-boy qui voulait gagner les 24 Heures du Mans

EUR -
AED 4.000915
AFN 76.948109
ALL 100.310571
AMD 422.34451
ANG 1.961807
AOA 950.530629
ARS 1006.627086
AUD 1.629416
AWG 1.960677
AZN 1.856075
BAM 1.956006
BBD 2.197832
BDT 127.903479
BGN 1.956006
BHD 0.410243
BIF 3135.230413
BMD 1.089265
BND 1.464254
BOB 7.521793
BRL 6.035436
BSD 1.088515
BTN 91.067997
BWP 14.740553
BYN 3.562375
BYR 21349.589973
BZD 2.194131
CAD 1.500081
CDF 3082.619763
CHF 0.968132
CLF 0.037177
CLP 1025.818108
CNY 7.919386
CNH 7.936051
COP 4407.46449
CRC 571.160193
CUC 1.089265
CUP 28.865517
CVE 110.276622
CZK 25.249707
DJF 193.810425
DKK 7.467895
DOP 64.446792
DZD 146.524442
EGP 52.520535
ERN 16.338972
ETB 62.400776
FJD 2.435274
FKP 0.839344
GBP 0.843247
GEL 2.957398
GGP 0.839344
GHS 16.79577
GIP 0.839344
GMD 73.856348
GNF 9369.987476
GTQ 8.457891
GYD 227.734
HKD 8.507975
HNL 26.959841
HRK 7.524587
HTG 143.685143
HUF 391.079161
IDR 17660.304577
ILS 3.970701
IMP 0.839344
INR 91.203978
IQD 1425.950277
IRR 45849.88252
ISK 149.850578
JEP 0.839344
JMD 170.107927
JOD 0.771966
JPY 171.542909
KES 139.874741
KGS 92.198318
KHR 4472.471341
KMF 493.165054
KPW 980.338696
KRW 1513.864339
KWD 0.333119
KYD 0.907096
KZT 518.614655
LAK 24138.543893
LBP 97478.773011
LKR 330.484829
LRD 212.432388
LSL 19.966104
LTL 3.216316
LVL 0.658886
LYD 5.249553
MAD 10.72583
MDL 19.26703
MGA 4903.516768
MKD 61.616494
MMK 3537.889563
MNT 3757.963918
MOP 8.755523
MRU 42.953527
MUR 50.8364
MVR 16.720627
MWK 1887.498918
MXN 19.676375
MYR 5.105933
MZN 69.604011
NAD 19.966104
NGN 1748.818685
NIO 40.064222
NOK 11.898153
NPR 145.708356
NZD 1.811065
OMR 0.418974
PAB 1.088515
PEN 4.07603
PGK 4.263449
PHP 63.610927
PKR 302.722903
PLN 4.289989
PYG 8230.867428
QAR 3.972819
RON 4.974023
RSD 117.062937
RUB 95.710087
RWF 1426.250308
SAR 4.085679
SBD 9.212571
SCR 15.371746
SDG 638.309539
SEK 11.633327
SGD 1.465103
SHP 0.839344
SLE 24.886763
SLL 22841.3421
SOS 622.065558
SRD 32.35992
STD 22545.58203
SVC 9.525004
SYP 2736.810877
SZL 19.970105
THB 39.607888
TJS 11.57662
TMT 3.823319
TND 3.374656
TOP 2.574046
TRY 35.976279
TTD 7.392779
TWD 35.723315
TZS 2922.708016
UAH 45.16486
UGX 4022.423912
USD 1.089265
UYU 43.864623
UZS 13716.445537
VEF 3945918.942083
VES 39.824606
VND 27588.354083
VUV 129.319736
WST 3.053872
XAF 656.026137
XAG 0.037281
XAU 0.000454
XCD 2.943793
XDR 0.821087
XOF 656.026137
XPF 119.331742
YER 272.697837
ZAR 19.909092
ZMK 9804.694175
ZMW 27.784928
ZWL 350.742819
  • AEX

    -8.7000

    907.31

    -0.95%

  • BEL20

    -19.6200

    3983.85

    -0.49%

  • PX1

    -52.3500

    7534.52

    -0.69%

  • ISEQ

    -67.4200

    9703.52

    -0.69%

  • OSEBX

    -0.7200

    1443.02

    -0.05%

  • PSI20

    13.5800

    6802.6

    +0.2%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    2.6200

    2385.37

    +0.11%

  • N150

    -39.7700

    3359.43

    -1.17%

Jim Glickenhaus, le cow-boy qui voulait gagner les 24 Heures du Mans
Jim Glickenhaus, le cow-boy qui voulait gagner les 24 Heures du Mans / Photo: JEAN-FRANCOIS MONIER - AFP

Jim Glickenhaus, le cow-boy qui voulait gagner les 24 Heures du Mans

Chapeau noir de Texan sur la tête et lunettes de soleil ray-ban sur le nez, l'Américain Jim Glickenhaus a fait fortune dans le cinéma avant de devenir un constructeur automobile, concurrent de Toyota aux 24 Heures du Mans qui débutent samedi à 16h00 (14h00 GMT).

Taille du texte:

Au milieu de l'agitation de l'allée qui longe les stands des écuries, Jim Glickenhaus se démarque dans la foule. Coiffé d'un chapeau digne des plus grands films de cow-boys, l'ancien réalisateur et producteur dans les années 80-90 (Le Droit de tuer, The Protector...) rejoint le stand Glickenhaus, son nouveau plateau.

"J'ai toujours aimé les voitures, comment elles fonctionnent, raconte le New-Yorkais. Quand j'étais réalisateur, j'utilisais une partie de l'argent que j'avais gagné avec mes films pour m'acheter des voitures."

Jusqu'à fonder sa propre équipe et participer aux 24 Heures du Mans pour la première fois l'an dernier, dans la catégorie reine des hypercars.

"Quand on a un rêve, le pire n'est pas d'échouer mais de ne pas essayer", glisse-t-il d'un ton calme mais avec le sens de la formule.

"Tous les efforts qu'il fait pour mettre un programme comme ça sur les roues, c'est beaucoup de travail et d'investissement", confie Olivier Pla, qui fait partie de l'équipage de la N.708.

- "Un réalisateur" dans le paddock -

Décrit comme "un vrai passionné" par le pilote français, Jim Glickenhaus est "très proche" de son équipe. "Il passe beaucoup de temps avec nous, on dîne avec lui, il peut passer deux heures à table à nous raconter des histoires", souffle Olivier Pla.

A l'intérieur du stand, les mécaniciens s'affairent autour des deux voitures, comme une chorégraphie répétée des centaines de fois. Devant la scène, le réalisateur observe les acteurs avec l’œil du cinéaste.

"Je crois que je suis aussi un peu un réalisateur (dans le paddock, ndlr): je réunis des gens très talentueux, je les laisse faire ce qu'ils veulent et ensuite j'oriente le projet vers la direction où je crois qu'il devrait aller."

L'homme de 71 ans reste toutefois en retrait du spectacle. "Il ne supervise rien, il a une équipe qui travaille pour lui, il les laisse faire. Il observe mais il les laisse travailler, il ne se mêle jamais des décisions", détaille Olivier Pla.

Au volant de la N.708, l'équipage du Français a fait une belle impression mercredi et jeudi lors des séances d'essais et de qualifications, tout comme la N.709. De là à faire du constructeur américain le premier concurrent de Toyota pour la victoire ?

"Je pense qu'on a notre chance, estime Jim Glickenhaus. On a beaucoup appris, l'équipe s'est beaucoup améliorée, et on a aussi amélioré la voiture, qui est très rapide."

- Rivalité avec Ferrari -

Mais plus que Toyota, c'est la Scuderia Ferrari que l'homme de 71 ans aimerait battre. Si Jim Glickenhaus veut vaincre la légendaire écurie italienne, c'est parce qu'il l'a tant admirée dans sa jeunesse.

"J'ai connu un pilote de Ferrari et il m'a pris sous son aile, explique-t-il. Quand je suis allé en Europe lors de mon adolescence, je suis allé voir des courses de Ferrari pour apprendre."

C'est peut-être en hommage au constructeur italien qu'il a baptisé son équipe la Scuderia Cameron Glickenhaus. Absente cette année, Ferrari fera son retour sur le circuit de la Sarthe en 2023, pour le centenaire de la course.

"On a hâte d'être à l'an prochain, avec des batailles entre Glickenhaus et Ferrari." Le septuagénaire se prend même à rêver d'un film réalisé sur ce duel, à l'image de Le Mans 66 (2019) sur la rivalité entre Ford et Ferrari. "Ma femme veut que ce soit Scarlett Johansson qui joue son rôle", plaisante-t-il.

En attendant Ferrari, c'est Toyota que les Glickenhaus N.709 et N.708, respectivement en deuxième et troisième ligne au départ des 24 Heures, devront battre ce week-end dans la Sarthe.

(T.Renner--BBZ)