Berliner Boersenzeitung - Une marée humaine se répend dans Dakar pour accueillir les héros de la CAN

EUR -
AED 3.974286
AFN 79.827681
ALL 103.641408
AMD 439.601792
ANG 1.950219
AOA 899.828371
ARS 906.696106
AUD 1.651345
AWG 1.947915
AZN 1.842278
BAM 1.959802
BBD 2.184862
BDT 118.76253
BGN 1.956063
BHD 0.407809
BIF 3099.349072
BMD 1.082175
BND 1.454971
BOB 7.477339
BRL 5.342047
BSD 1.08211
BTN 89.792399
BWP 14.813251
BYN 3.540731
BYR 21210.629122
BZD 2.181295
CAD 1.460341
CDF 2986.803036
CHF 0.951573
CLF 0.03803
CLP 1049.363659
CNY 7.779707
COP 4247.753134
CRC 555.539624
CUC 1.082175
CUP 28.677636
CVE 110.760249
CZK 25.31911
DJF 192.323934
DKK 7.45427
DOP 63.577869
DZD 145.371352
EGP 33.437905
ERN 16.232624
ETB 61.326572
FJD 2.448959
FKP 0.856051
GBP 0.856173
GEL 2.862341
GGP 0.856051
GHS 13.524868
GIP 0.856051
GMD 73.264454
GNF 9322.936899
GTQ 8.440392
GYD 226.574792
HKD 8.463555
HNL 26.842332
HRK 7.607793
HTG 143.382808
HUF 387.297428
IDR 16943.613274
ILS 3.981446
IMP 0.856051
INR 89.753372
IQD 1417.649191
IRR 45483.813101
ISK 148.896189
JEP 0.856051
JMD 169.42913
JOD 0.767284
JPY 162.773717
KES 157.997469
KGS 96.779247
KHR 4417.438121
KMF 492.718451
KPW 974.006485
KRW 1443.410352
KWD 0.333017
KYD 0.901741
KZT 487.955493
LAK 22601.223799
LBP 96895.881894
LKR 337.128464
LRD 206.261605
LSL 20.518714
LTL 3.195381
LVL 0.654597
LYD 5.2431
MAD 10.906161
MDL 19.412823
MGA 4916.321349
MKD 61.631832
MMK 2272.440647
MNT 3692.303519
MOP 8.718485
MRU 43.016645
MUR 49.531516
MVR 16.663737
MWK 1821.300494
MXN 18.450978
MYR 5.185757
MZN 68.71531
NAD 20.518019
NGN 1739.055683
NIO 39.830628
NOK 11.33568
NPR 143.667718
NZD 1.750456
OMR 0.41656
PAB 1.08213
PEN 4.111166
PGK 4.041904
PHP 60.515767
PKR 302.470491
PLN 4.317283
PYG 7895.269178
QAR 3.939655
RON 4.976703
RSD 117.198427
RUB 99.565482
RWF 1377.608718
SAR 4.058253
SBD 9.210667
SCR 14.549336
SDG 650.387345
SEK 11.211165
SGD 1.454275
SHP 1.367328
SLE 24.456547
SLL 21372.955216
SOS 618.482756
SRD 38.629333
STD 22398.836671
SVC 9.468336
SYP 14070.626004
SZL 20.518255
THB 38.821965
TJS 11.854728
TMT 3.787612
TND 3.38396
TOP 2.556692
TRY 33.578479
TTD 7.350078
TWD 34.027939
TZS 2754.135629
UAH 41.806548
UGX 4212.602734
USD 1.082175
UYU 42.306396
UZS 13527.186875
VEF 3917680.77754
VES 39.228581
VND 26551.162526
VUV 130.031641
WST 2.971086
XAF 657.299299
XAG 0.047249
XAU 0.000534
XCD 2.924632
XDR 0.816868
XOF 656.336463
XPF 119.331742
YER 269.272153
ZAR 20.471823
ZMK 9740.874738
ZMW 24.699668
ZWL 348.459894
  • AEX

    -1.5300

    846.79

    -0.18%

  • BEL20

    8.4400

    3677.35

    +0.23%

  • PX1

    17.1500

    7812.09

    +0.22%

  • ISEQ

    76.4400

    9513.58

    +0.81%

  • OSEBX

    -2.7800

    1260

    -0.22%

  • PSI20

    24.2800

    6250.49

    +0.39%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    5.2000

    2265.23

    +0.23%

  • N150

    10.3300

    3239.63

    +0.32%

Une marée humaine se répend dans Dakar pour accueillir les héros de la CAN
Une marée humaine se répend dans Dakar pour accueillir les héros de la CAN

Une marée humaine se répend dans Dakar pour accueillir les héros de la CAN

Une marée humaine s'est déversée lundi dans les rues de la capitale sénégalaise Dakar pour fêter les vainqueurs de la Coupe d'Afrique des nations de football, dans un exceptionnel moment de jubilation après plus de 50 ans de déconvenues.

Taille du texte:

Des centaines de milliers de personnes extatiques se sont pressées aux abords de l'aéroport Léopold-Sédar-Sengor, où les nouveaux champions se sont posés en fin d'après-midi et tout le long du parcours qu'ils étaient ensuite supposés suivre à travers la métropole ouest-africaine. La foule était aussi présente près du palais présidentiel où, pensait-on, l'équipe devait achever sa parade triomphale.

Une allégresse d'une intensité inédite depuis des années, dans un pays plus coutumier par culture de la réserve que de l'exubérance.

De toute la ville s'est élevée pendant des heures une clameur de chants, de sifflets, de cornes, entrecoupée des détonations assourdissantes de pétards. Une grande partie de la population, revêtue aux couleurs vert, or et rouge, voulait à l'évidence ne pas manquer la fête. Le public entretenait l'espoir d'entrevoir Sadio Mané et ses coéquipiers, y compris s'il fallait se jucher dans les arbres ou sur les panneaux publicitaires.

Quiconque avait entrepris de se déplacer en voiture était mieux avisé de continuer à pied.

La veille, les Lions de la Téranga avait mis fin à l'interminable attente d'une nation folle de ballon en battant l'Egypte aux tirs au but, consécration continentale après 55 années de participation et deux finales perdues.

Le très sage Sadio Mané avait donné le ton dimanche soir en annonçant que, bien que n'étant "pas un fêtard", il irait s'encanailler lundi soir dans un night-club connu de la capitale.

Et lundi, décrété jour férié par le président Macky Sall, les Sénégalais baignaient dans la fierté nationale, l'exultation et la confiance en des lendemains sportifs glorieux.

"C'est un moment inoubliable, qui restera à jamais", confiait Dié Mbaye, lycéenne de 17 ans, qui avait enfilé le maillot national pour se mêler à la foule tapageuse rassemblée près du palais présidentiel. La veille, comme des milliers de compatriotes, elle a bondi en criant et est sortie de chez elle quand Sadio Mané a inscrit le tir au but de la victoire.

- Nouveau rendez-vous avec l'Egypte -

"On le méritait, on attendait ça depuis 60 ans", disait-elle, un fanion aux couleurs nationales planté dans les cheveux, à peine audible dans le tohu-bohu.

De l'autre côté de la rue, Mamadou Bocoum , étudiant de 24 ans, n'hésitait pas à anticiper une vie meilleure: "ça va changer la vie", disait-il au milieu d'un groupe de jeunes hommes eux aussi aux couleurs et aux accessoires de circonstance, à commencer par l'omniprésente bannière tricolore frappée de l'étoile verte.

Après des mois difficiles, de crise économique, de restrictions sanitaires, d'agitation politique, cette victoire était un "soulagement", surtout pour une population jeune dont plus de la moitié a moins de 20 ans, disait-il.

L'arrivée attendue des champions a drainé avec des heures d'avance un flot dense et tonitruant s'étendant à perte de vue sur les axes menant à l'aéroport Sédar-Senghor, qui ne sert plus que pour les occasions exceptionnelles ou les transports militaires et présidentiels.

"On a des parents qui n’ont pas pu assister à un sacre des Lions. Donc c'est un évènement merveilleux auquel je dois prendre part", s'enflammait Mohamed Ndoye, 31 ans.

Le chef de l'Etat, rentré exprès, est lui-même allé accueillir l'équipe à sa descente d'avion après avoir annulé une visite officielle aux Comores.

Quant aux joueurs, "vous avez été (de) féroces (lions). Vous voilà sur le toit de l'Afrique", a-t-il dit.

Les Sénégalais envisagent gonflés à bloc les prochaines échéances sportives. "Le Sénégal peut battre n’importe quelle équipe en Coupe du monde", assurait Dala Thiam, étudiant de 22 ans.

Il faudra se qualifier pour le Qatar. Cela passera par un barrage fin mars...contre l'Egypte.

(A.Berg--BBZ)