Berliner Boersenzeitung - Dans l'intestin, des cellules jouent un rôle durable contre les infections

EUR -
AED 3.9268
AFN 75.677586
ALL 100.305858
AMD 414.913785
ANG 1.926403
AOA 914.580027
ARS 968.340462
AUD 1.603463
AWG 1.924341
AZN 1.814721
BAM 1.95728
BBD 2.158232
BDT 125.590281
BGN 1.956599
BHD 0.402926
BIF 3073.509394
BMD 1.069079
BND 1.448195
BOB 7.385585
BRL 5.813668
BSD 1.068908
BTN 89.259004
BWP 14.405895
BYN 3.498045
BYR 20953.938752
BZD 2.154529
CAD 1.463531
CDF 3044.735655
CHF 0.953629
CLF 0.036108
CLP 996.328153
CNY 7.762259
CNH 7.790749
COP 4460.430732
CRC 558.722543
CUC 1.069079
CUP 28.33058
CVE 110.346903
CZK 24.945558
DJF 190.313928
DKK 7.457784
DOP 63.087121
DZD 143.956711
EGP 50.998894
ERN 16.036178
ETB 61.676344
FJD 2.397676
FKP 0.838801
GBP 0.845503
GEL 2.961293
GGP 0.838801
GHS 16.194247
GIP 0.838801
GMD 72.456804
GNF 9201.614587
GTQ 8.29404
GYD 223.499025
HKD 8.342394
HNL 26.439501
HRK 7.503261
HTG 141.675819
HUF 396.882529
IDR 17602.965624
ILS 4.008825
IMP 0.838801
INR 89.335833
IQD 1400.245861
IRR 45008.204922
ISK 149.093864
JEP 0.838801
JMD 166.465893
JOD 0.757658
JPY 169.843451
KES 137.379843
KGS 92.899607
KHR 4406.33236
KMF 491.722562
KPW 962.170797
KRW 1484.918058
KWD 0.327961
KYD 0.890774
KZT 497.506247
LAK 23496.769809
LBP 95719.589476
LKR 326.396843
LRD 207.476908
LSL 19.133333
LTL 3.156711
LVL 0.646674
LYD 5.181919
MAD 10.644952
MDL 19.13347
MGA 4839.660071
MKD 61.576568
MMK 3472.325291
MNT 3688.320956
MOP 8.591097
MRU 42.091257
MUR 50.075382
MVR 16.447742
MWK 1853.301589
MXN 19.529822
MYR 5.038594
MZN 68.094998
NAD 19.133512
NGN 1602.549002
NIO 39.349022
NOK 11.268317
NPR 142.814005
NZD 1.743138
OMR 0.411526
PAB 1.068908
PEN 4.067624
PGK 4.168997
PHP 62.903553
PKR 297.687531
PLN 4.321589
PYG 8045.783717
QAR 3.898494
RON 4.976989
RSD 117.052312
RUB 94.611643
RWF 1403.46139
SAR 4.010464
SBD 9.023205
SCR 14.567934
SDG 642.51627
SEK 11.243151
SGD 1.447046
SHP 1.350727
SLE 24.42556
SLL 22418.043818
SOS 610.861974
SRD 32.812692
STD 22127.76665
SVC 9.352942
SYP 2686.092279
SZL 19.124927
THB 39.159694
TJS 11.362393
TMT 3.741775
TND 3.351735
TOP 2.522758
TRY 35.122119
TTD 7.253486
TWD 34.578272
TZS 2806.331519
UAH 43.232678
UGX 4008.031138
USD 1.069079
UYU 42.101249
UZS 13510.027619
VEF 3872793.057869
VES 38.840321
VND 27216.066112
VUV 126.923112
WST 2.994077
XAF 656.453453
XAG 0.035025
XAU 0.000452
XCD 2.889238
XDR 0.811213
XOF 656.444236
XPF 119.331742
YER 267.644047
ZAR 19.135968
ZMK 9622.993081
ZMW 27.230594
ZWL 344.242843
  • AEX

    -10.0900

    923.73

    -1.08%

  • BEL20

    -14.3900

    3875.05

    -0.37%

  • PX1

    -64.4400

    7606.65

    -0.84%

  • ISEQ

    -184.2300

    9361.6

    -1.93%

  • OSEBX

    -6.4800

    1402.81

    -0.46%

  • PSI20

    -54.5400

    6596.46

    -0.82%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    27.4900

    2094.59

    +1.33%

  • N150

    -41.5600

    3337.13

    -1.23%

Dans l'intestin, des cellules jouent un rôle durable contre les infections
Dans l'intestin, des cellules jouent un rôle durable contre les infections

Dans l'intestin, des cellules jouent un rôle durable contre les infections

Tapissant les parois de l'intestin, des cellules aident l'organisme à lutter contre certaines infections. On le savait déjà, mais certaines s'avèrent encore plus efficaces qu'imaginé: elles sont capables de reconnaître des bactéries déjà rencontrées et de mieux les affronter.

Taille du texte:

Les "cellules lymphoïdes innées 3" (ILC3), largement présentes dans l'intestin, gardent une forme de mémoire des infections passées, ce qui les rend plus efficaces en cas de réinfection, selon une étude menée sur des souris et qui doit être publiée vendredi dans la revue Science.

"Des ILC3 +entraînées+ émergent et restent présentes après une première rencontre avec un pathogène", résument les auteurs de ce travail, rattachés à l'Institut Pasteur et à l'Inserm.

Cette découverte permet de mieux comprendre le fonctionnement du système immunitaire, même s'il faut garder à l'esprit qu'elle a été réalisée sur des animaux et ne peut donc être mécaniquement appliquée à l'Homme.

Elle s'inscrit dans une série de travaux récents qui ont précisé la manière dont s'articulent les deux grandes formes d'immunité: l'innée et l'adaptative.

La seconde est la plus connue. C'est par celle-ci, notamment via la création d'anticorps, que l'organisme "apprend" à reconnaître les bactéries et virus qui l'infectent au fil du temps, afin de les cibler spécifiquement. Elle sert notamment de base au fonctionnement des vaccins.

L'immunité "innée", elle, agit de manière moins ciblée. Elle permet à l'organisme de repérer sans discrimination des agents infectieux et de former immédiatement une première barrière, le temps que la réponse adaptative s'organise.

Mais, depuis plusieurs années, une série de recherches remet en partie en cause cette idée d'une réponse en bloc et indiscriminée. Elles montrent que certains acteurs de la réponse innée, comme les "cellules tueuses naturelles", sont aussi susceptibles de reconnaître un microbe déjà rencontré.

- Une immunité vite réactivée -

C'est aussi le cas des cellules "ILC3", selon l'étude publiée vendredi. Leur rôle dans la défense innée était connu depuis plus de dix ans, mais pas leur don de "mémoire".

Pour mettre celui-ci en évidence, les chercheurs ont infecté des souris avec une bactérie qui agit chez ces animaux d'une manière semblable à Escherichia Coli, l'une des principales causes d'infection chez l'Homme.

Chez les animaux infectés, les cellules ILC3 se sont, pour certaines, transformées en versions "entraînées". Réinfectées quatre mois plus tard avec la même bactérie ou avec des cousines au fonctionnement proche, ces souris ont bénéficié d'une meilleure réponse immunitaire.

Cette mémoire des cellules ILC3 permet "de les rendre efficaces très rapidement pour tout de suite renforcer la barrière lors d'une seconde infection", a résumé à l'AFP Nicolas Serafini, principal auteur de l'étude.

A supposer que ces résultats puissent être confirmés chez l'Homme, ils contribuent à nuancer une vision simpliste de l'immunité innée et adaptative, dans laquelle la première ne ferait que préparer le terrain à la seconde.

"On a l'impression (fausse) que la réponse innée, c'est quelque chose de très simple comme des soldats, et qu'on va avoir le +cerveau+ de la réponse adaptative qui va être vraiment important pour guérir l'infection", a expliqué à l'AFP James Di Santo, qui a supervisé cette étude.

"Ce qu'on montre, nous, c'est que ces cellules +simples+ ne sont pas si simples que ça: elles ont cette capacité, comme le système adaptatif, de changer leur comportement", poursuit-il.

Ce travail a comme intérêt principal d'aider à mieux décrire le fonctionnement complexe du système immunitaire. Il est en revanche bien trop tôt pour dire à quel point, avec d'autres études allant dans le même sens, il annonce des avancées thérapeutiques concrètes.

Mais cela n'interdit pas d'y réfléchir théoriquement et les chercheurs envisagent que l'on puisse un jour employer ces cellules immunitaires "entraînées" comme traitement contre certaines maladies, comme des cancers du côlon.

"Un futur assez lointain, ce serait d'utiliser ces cellules en thérapie cellulaire, si on est capable de les garder très longtemps en vie et de les réinjecter", avance ainsi M. Serafini.

(G.Gruner--BBZ)