Berliner Boersenzeitung - Salon de l'agriculture: face au boycott, Macron renonce à son grand débat

EUR -
AED 3.918592
AFN 76.82866
ALL 101.405301
AMD 422.730741
ANG 1.922105
AOA 892.603753
ARS 922.217934
AUD 1.644674
AWG 1.920716
AZN 1.818246
BAM 1.959132
BBD 2.153382
BDT 117.049044
BGN 1.961057
BHD 0.402278
BIF 3062.475292
BMD 1.067065
BND 1.45022
BOB 7.396786
BRL 5.461774
BSD 1.066554
BTN 88.937908
BWP 14.639895
BYN 3.490366
BYR 20914.465407
BZD 2.149806
CAD 1.469935
CDF 2977.110513
CHF 0.975494
CLF 0.037282
CLP 1028.725354
CNY 7.72239
CNH 7.75463
COP 4117.951532
CRC 542.031894
CUC 1.067065
CUP 28.277211
CVE 108.680946
CZK 25.397635
DJF 189.639134
DKK 7.48034
DOP 63.421025
DZD 143.714394
EGP 50.617204
ERN 16.005968
ETB 60.812427
FJD 2.433445
FKP 0.856599
GBP 0.856598
GEL 2.849479
GGP 0.856599
GHS 14.352435
GIP 0.856599
GMD 72.373697
GNF 9167.589643
GTQ 8.306515
GYD 223.321856
HKD 8.362959
HNL 26.553944
HRK 7.554988
HTG 141.405764
HUF 393.885955
IDR 17198.733191
ILS 4.023058
IMP 0.856599
INR 89.218709
IQD 1397.854576
IRR 44896.741805
ISK 151.086083
JEP 0.856599
JMD 165.301097
JOD 0.75634
JPY 163.554363
KES 138.718767
KGS 95.097204
KHR 4315.209461
KMF 493.891242
KPW 960.358479
KRW 1473.193377
KWD 0.32856
KYD 0.888811
KZT 479.074675
LAK 22688.464274
LBP 95608.985091
LKR 318.371396
LRD 205.943832
LSL 19.71976
LTL 3.150765
LVL 0.645457
LYD 5.154328
MAD 10.694659
MDL 18.824541
MGA 4657.737181
MKD 61.544305
MMK 2239.608493
MNT 3681.373107
MOP 8.609444
MRU 42.335828
MUR 49.52176
MVR 16.480854
MWK 1857.75977
MXN 17.759197
MYR 5.090301
MZN 67.762579
NAD 20.171497
NGN 1281.014981
NIO 39.215024
NOK 11.666932
NPR 142.299317
NZD 1.795499
OMR 0.410766
PAB 1.066539
PEN 3.954275
PGK 4.092234
PHP 60.367581
PKR 296.590994
PLN 4.300256
PYG 7888.673575
QAR 3.884916
RON 4.986717
RSD 117.431751
RUB 99.583841
RWF 1381.315075
SAR 4.002777
SBD 9.04357
SCR 14.309084
SDG 625.300195
SEK 11.605185
SGD 1.452386
SHP 1.348183
SLE 24.379547
SLL 22375.814234
SOS 609.831305
SRD 37.189872
STD 22086.08203
SVC 9.331869
SYP 2681.032117
SZL 20.171416
THB 39.118981
TJS 11.667815
TMT 3.734726
TND 3.321243
TOP 2.538067
TRY 34.532988
TTD 7.245457
TWD 34.469427
TZS 2753.026927
UAH 42.061727
UGX 4053.893716
USD 1.067065
UYU 41.250147
UZS 13535.71432
VEF 3865497.432002
VES 38.667354
VND 26716.628961
VUV 126.684079
WST 2.991631
XAF 657.09904
XAG 0.038162
XAU 0.000455
XCD 2.883796
XDR 0.804398
XOF 654.647945
XPF 119.331742
YER 267.112976
ZAR 20.082465
ZMK 9604.865359
ZMW 26.636796
ZWL 343.594353
  • AEX

    -0.3500

    883.45

    -0.04%

  • BEL20

    13.0500

    3850.04

    +0.34%

  • PX1

    -12.8400

    8010.83

    -0.16%

  • ISEQ

    -91.8500

    9891.51

    -0.92%

  • OSEBX

    20.8700

    1376.17

    +1.54%

  • PSI20

    40.9300

    6337.43

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -11.6400

    2105.48

    -0.55%

  • N150

    0.3400

    3360.4

    +0.01%

Salon de l'agriculture: face au boycott, Macron renonce à son grand débat

Salon de l'agriculture: face au boycott, Macron renonce à son grand débat

"Dont acte" : le président Emmanuel Macron a annulé vendredi le grand débat qu'il avait imaginé samedi dans l'enceinte du Salon de l'agriculture mais a proposé aux syndicats agricoles de les voir avant l'ouverture officielle.

Taille du texte:

L'idée d'un grand débat, sur le modèle de ceux organisés au moment de la crise des "gilets jaunes", a tourné court, tant la mention jeudi d'une invitation du collectif écologiste des Soulèvements de la Terre, même rapidement annulée, a hérissé les agriculteurs.

Dans un message sur X vendredi en fin d'après-midi, Emmanuel Macron s'est fendu d'un message pour revoir une nouvelle fois les conditions de sa présence à l'inauguration de l'événement: "Les syndicats agricoles (...) avaient voulu un +débat+ ouvert. Ils en demandent aujourd'hui l’annulation. Dont acte."

"J'inviterai demain (samedi) matin tous les syndicats agricoles avant l'ouverture officielle du salon. Je serai là pour l'ouvrir et irai au contact de tous ceux qui veulent échanger comme je le fais chaque année", a-t-il ajouté.

"C'est une très bonne nouvelle", a réagi sur France Info l'un des vice-présidents du syndicat agricole majoritaire FNSEA, Luc Smessaert.

"On lui avait déjà dit qu'on n'avait (...) pas besoin d'un débat type +gilets jaunes+. On avait besoin surtout qu'un président de la République vienne dire aux agriculteurs français +On vous soutient+", a-t-il poursuivi.

La présidente de la Coordination rurale, 2e syndicat agricole français, Véronique Le Floc'h, a dit à l'AFP accepter ce rendez-vous avec le président, ajoutant simplement "s'il peut rentrer".

"Le président, il nous a fait un énorme bras d'honneur hier [jeudi avec les Soulèvements de la Terre] alors ce qu'on attend maintenant c'est qu'il annonce des choses", a commenté auprès de l'AFP Vincent Bouvrain, agriculteur en Seine-et-Marne, dans la manifestation parisienne coorganisée vendredi avec les Jeunes agriculteurs (JA).

Le cortège comptant 14 tracteurs et des centaines de manifestants est arrivé à la tombée de la nuit devant le parc des expositions de la Porte de Versailles, théâtre habituel du salon.

Une partie des manifestants va rester camper à proximité du salon pour la nuit.

La capitale avait accueilli un autre cortège de tracteurs dans la journée, à l'initiative du syndicat rival Coordination rurale. Après avoir stationné plusieurs heures derrière les Invalides, ils ont commencé à rebrousser chemin vers 17H00 comme convenu avec les autorités.

- "Pas de sens" -

L'exécutif s'efforce depuis un mois de répondre aux agriculteurs qui manifestent pour obtenir un meilleur revenu et moins de contraintes administratives et environnementales, au prix de concessions sur les pesticides.

Le gouvernement a encore annoncé vendredi que les éleveurs ayant perdu des chèvres ou des brebis à cause du loup seraient mieux indemnisés, et que le protocole de tir contre l'animal protégé était assoupli.

Il a cependant suffi que l'Elysée évoque la présence des Soulèvements de la Terre, écologistes connus pour leur combat radical contre l'agriculture intensive et que le gouvernement a vainement tenté de dissoudre, pour rallumer la mèche de la colère qui semblait retomber depuis trois semaines.

Une "erreur de communication", selon l'Elysée.

"Arnaud Rousseau a fait pression pour ne pas se retrouver face à nous et Macron s'est couché. Qu'il soit rassuré: nous n'aurions pas participé à cette supercherie, mais merci pour le spectacle!" ont ironisé Les Soulèvements de la Terre sur X.

Le collectif Riposte alimentaire, qui avait aspergé la Joconde de soupe, a dit lui aussi avoir été invité initialement à ce qu'un porte-parole a qualifié de "mascarade", vendredi sur BFMTV.

"Ce grand débat n'avait clairement pas de sens. (…) Des grands problèmes, un grand débat et rien derrière, c'est la marque de fabrique de ce gouvernement", a réagi la porte-parole de la Confédération paysanne, Laurence Marandola, sur RTL.

Interrogée en direct sur la possibilité de rencontrer le président avant l'ouverture du salon, Mme Marandola a réservé sa réponse.

"Ça va être un salon d'explications, un salon qui pourrait être un peu viril - on peut être viril mais correct - parce que le monde agricole a besoin tout de suite de réponses précises sur +On fait quoi, quand ?+", a déclaré à l'AFP le président du salon, Jean-Luc Poulain.

Régulièrement mis en cause par les agriculteurs qui les accusent de tirer les prix à la baisse, les acteurs de la grande distribution ont appelé vendredi à étendre les obligations des lois Egalim - visant à mieux rémunérer les agriculteurs - "aux acteurs de la restauration, ainsi qu'aux grossistes industriels", dans un courrier commun à la FNSEA.

La crise du monde agricole "nous oblige", mais la grande distribution "ne peut pas tout", écrivent-ils également.

bur-ni-sb-myl/ico/er

(T.Burkhard--BBZ)