Berliner Boersenzeitung - Ukraine: intense ballet diplomatique pour tenter de désamorcer la crise

EUR -
AED 3.982855
AFN 78.614354
ALL 103.718911
AMD 440.407105
ANG 1.953726
AOA 901.1026
ARS 911.940346
AUD 1.656711
AWG 1.951846
AZN 1.844173
BAM 1.952746
BBD 2.188777
BDT 118.973915
BGN 1.955529
BHD 0.408718
BIF 3107.772816
BMD 1.084359
BND 1.456282
BOB 7.507189
BRL 5.350117
BSD 1.084005
BTN 89.801415
BWP 14.911265
BYN 3.547553
BYR 21253.435869
BZD 2.184992
CAD 1.467517
CDF 3003.67429
CHF 0.953428
CLF 0.03857
CLP 1064.276484
CNY 7.80565
COP 4263.385017
CRC 557.722533
CUC 1.084359
CUP 28.735513
CVE 110.604634
CZK 25.328678
DJF 192.712184
DKK 7.455405
DOP 63.678969
DZD 145.994872
EGP 33.509728
ERN 16.265385
ETB 61.499359
FJD 2.454445
FKP 0.85511
GBP 0.855245
GEL 2.884612
GGP 0.85511
GHS 13.635836
GIP 0.85511
GMD 73.620742
GNF 9322.770125
GTQ 8.460689
GYD 226.80317
HKD 8.484518
HNL 26.859809
HRK 7.623147
HTG 143.904921
HUF 391.030461
IDR 16979.001234
ILS 3.912682
IMP 0.85511
INR 89.943293
IQD 1420.510255
IRR 45589.173857
ISK 149.326765
JEP 0.85511
JMD 168.988675
JOD 0.768777
JPY 163.213386
KES 158.316366
KGS 96.974029
KHR 4424.184372
KMF 492.244605
KPW 975.917039
KRW 1443.704243
KWD 0.333647
KYD 0.903362
KZT 487.926594
LAK 22630.57214
LBP 97266.999522
LKR 336.659466
LRD 206.899849
LSL 20.6892
LTL 3.20183
LVL 0.655918
LYD 5.248604
MAD 10.91293
MDL 19.295642
MGA 4928.411228
MKD 61.606988
MMK 2276.444981
MNT 3689.831885
MOP 8.737054
MRU 43.298338
MUR 49.562695
MVR 16.694621
MWK 1824.975788
MXN 18.509902
MYR 5.160492
MZN 68.858812
NAD 20.689385
NGN 1712.289514
NIO 39.872134
NOK 11.423933
NPR 143.681945
NZD 1.757185
OMR 0.417402
PAB 1.08396
PEN 4.121595
PGK 4.038966
PHP 60.820634
PKR 303.081497
PLN 4.307185
PYG 7892.328221
QAR 3.947611
RON 4.968097
RSD 117.21269
RUB 99.815283
RWF 1400.449614
SAR 4.066694
SBD 9.190143
SCR 14.635796
SDG 651.699919
SEK 11.179123
SGD 1.457498
SHP 1.375238
SLE 24.405153
SLL 21416.090075
SOS 619.703898
SRD 38.281109
STD 22444.041427
SVC 9.484728
SYP 14098.617439
SZL 20.68984
THB 38.919744
TJS 11.880725
TMT 3.8061
TND 3.382929
TOP 2.561853
TRY 33.777132
TTD 7.358423
TWD 34.254592
TZS 2765.115945
UAH 41.498571
UGX 4262.333358
USD 1.084359
UYU 42.361789
UZS 13587.018265
VEF 3905976.95019
VES 39.064617
VND 26713.183297
VUV 130.086467
WST 2.952779
XAF 654.914541
XAG 0.048329
XAU 0.000534
XCD 2.930534
XDR 0.8168
XOF 654.376525
XPF 119.331742
YER 271.468859
ZAR 20.703018
ZMK 9760.533221
ZMW 25.149432
ZWL 349.163147
  • AEX

    0.0900

    852.98

    +0.01%

  • BEL20

    11.4200

    3696.65

    +0.31%

  • PX1

    18.2400

    7948.4

    +0.23%

  • ISEQ

    40.6500

    9495.06

    +0.43%

  • OSEBX

    -2.2700

    1260.06

    -0.18%

  • PSI20

    40.1700

    6220.07

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -0.2300

    2294.64

    -0.01%

  • N150

    2.6200

    3273.12

    +0.08%

Ukraine: intense ballet diplomatique pour tenter de désamorcer la crise
Ukraine: intense ballet diplomatique pour tenter de désamorcer la crise

Ukraine: intense ballet diplomatique pour tenter de désamorcer la crise

Le président français Emmanuel Macron reçu par Vladimir Poutine à Moscou, le chancelier allemand Olaf Scholz à Washington pour rencontrer Joe Biden: un intense ballet diplomatique s'ouvre lundi pour tenter de désamorcer la crise autour de l'Ukraine.

Taille du texte:

Les Occidentaux accusent Moscou d'avoir massé des dizaines de milliers de soldats à la frontière de l'Ukraine en vue d'une potentielle invasion, ce que la Russie dément, affirmant vouloir seulement garantir sa sécurité.

Le président Macron, dont le pays assume la présidence tournante de l'Union européenne, est attendu lundi à Moscou vers 16h et la réunion avec le président russe Vladimir Poutine pourrait durer une partie de la soirée. Elle se terminera par une conférence de presse commune, selon l'Élysée.

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine sont décidés à "aller au fond des choses" lors de leur rencontre, en examinant les mesures de "désescalade" dans la crise aux frontières de l'Ukraine, avait indiqué vendredi la présidence française.

Le président français s'est entretenu dimanche avec son homologue américain Joe Biden. Un échange téléphonique de 40 minutes qui s'inscrit "dans une logique de coordination", selon la présidence française, avant le déplacement de M. Macron à Moscou puis mardi à Kiev, où il doit rencontrer le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Durant le week-end, le chef de l'Etat français s'est également entretenu avec le Premier ministre britannique Boris Johnson, le chef de l'Otan Jens Stoltenberg et les dirigeants des trois pays baltes, le président lituanien Gitana Nauseda et les Premiers ministres letton Krisjanis Karins et estonien Kaja Kallas.

De son côté, le chancelier allemand Olaf Scholz, suspecté d'une certaine complaisance face à Moscou, se rend lundi à Washington pour sa première entrevue avec le président Joe Biden. Il rencontrera également les dirigeants des Etats baltes à Berlin cette semaine, avant de se rendre à Kiev le 14 février puis à Moscou le 15.

Avant de partir pour Washington, il a déclaré dimanche que l'Allemagne était prête à envoyer des troupes supplémentaires dans les pays baltes.

"Nous sommes prêts à faire tout ce qui est nécessaire pour renforcer" la présence de l'Allemagne dans les opérations de l'OTAN dans les pays baltes, a déclaré M. Scholz dans une interview à la chaîne ARD.

Une telle décision pourrait intervenir lors d'une réunion des ministres de la Défense de l'OTAN à la mi-février.

M. Scholz, qui a succédé en décembre à Angela Merkel, a par ailleurs réitéré le refus de l'Allemagne d'envoyer des armes en Ukraine.

- Kiev relativise -

A Kiev, la journée diplomatique sera chargée également : la ministre allemande de la Défense, Annalena Baerbock y est attendue lundi, de même que les ministres des Affaires étrangères tchèque, Jan Lipavsky, slovaque, Ivan Korcok et autrichien, Alexander Schallenberg.

Les efforts diplomatiques européens interviennent dans un contexte de craintes croissantes que la Russie ne se prépare à envahir l'Ukraine.

Le Renseignement américain a averti que la Russie a déjà 70% du dispositif nécessaire à une invasion à grande échelle de l'Ukraine et pourrait disposer de capacités suffisantes, soit 150.000 hommes, pour lancer une offensive dans deux semaines, selon des responsables américains.

Kiev a tenté de relativiser ce risque notamment pour protéger sa fragile économie, encore affaiblie par le risque d'une invasion.

"Ne faites pas confiance à des prévisions apocalyptiques", a écrit sur Twitter le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba. "L'Ukraine a une armée puissante, un soutien international sans précédent" et "est prête à tout développement", a-t-il assuré.

Le Renseignement américain n'a pas établi si Vladimir Poutine a pris la décision de passer à l'offensive ou non, les options variant d'une invasion partielle de l'enclave séparatiste du Donbass à l'invasion totale.

En cas d'invasion totale, les forces russes pourraient encercler Kiev et renverser le président Volodymyr Zelensky en 48 heures, selon des responsables américains.

Washington a décidé d'envoyer des renforts pour défendre les pays de l'Otan "contre toute agression" avec de premiers contingents de soldats américains arrivés samedi et dimanche en Pologne.

Le conseiller de la Maison Blanche pour la sécurité nationale, Jake Sullivan, a assuré que les Etats-Unis, qui ont déployé 3.000 militaires en renfort en Europe, n'ont pas envoyé ces troupes "pour déclencher une guerre" contre la Russie en Ukraine.

La Russie dément toute velléité d'invasion, affirmant vouloir seulement garantir sa sécurité.

Moscou a également annoncé des "manoeuvres militaires" conjointes avec le Belarus, où elle a massé plusieurs bataillons au nord de Kiev et dans la région de Brest, non loin de la frontière polonaise.

Moscou considère qu'un apaisement des tensions autour de l'Ukraine ne sera possible que si l'OTAN renonce à sa politique d'élargissement et quitte le voisinage de la Russie, exigence unanimement rejetée par l'Alliance de l'Atlantique Nord.

(K.Lüdke--BBZ)