Berliner Boersenzeitung - Dans un laboratoire français, le grand livre ouvert de l'ADN

EUR -
AED 3.944433
AFN 75.706804
ALL 100.463167
AMD 417.088413
ANG 1.939774
AOA 917.698805
ARS 968.917779
AUD 1.620493
AWG 1.935706
AZN 1.824904
BAM 1.950126
BBD 2.173117
BDT 126.481998
BGN 1.95579
BHD 0.404789
BIF 3091.759425
BMD 1.0739
BND 1.452474
BOB 7.437361
BRL 5.75911
BSD 1.076314
BTN 89.913413
BWP 14.643531
BYN 3.522154
BYR 21048.449019
BZD 2.169427
CAD 1.476178
CDF 3055.246538
CHF 0.960024
CLF 0.035736
CLP 986.05734
CNY 7.788676
CNH 7.807842
COP 4451.854358
CRC 567.438456
CUC 1.0739
CUP 28.458362
CVE 110.715989
CZK 24.73327
DJF 190.853681
DKK 7.459667
DOP 63.79001
DZD 144.564148
EGP 51.235042
ERN 16.108507
ETB 61.776103
FJD 2.40092
FKP 0.842584
GBP 0.841917
GEL 3.076721
GGP 0.842584
GHS 16.151289
GIP 0.842584
GMD 72.783552
GNF 9240.913229
GTQ 8.360713
GYD 225.076183
HKD 8.387861
HNL 26.654472
HRK 7.537104
HTG 142.870324
HUF 397.010071
IDR 17496.738027
ILS 3.990244
IMP 0.842584
INR 89.70006
IQD 1406.809603
IRR 45197.781258
ISK 149.304433
JEP 0.842584
JMD 167.531004
JOD 0.76129
JPY 168.685058
KES 137.99432
KGS 93.556274
KHR 4421.247922
KMF 492.376756
KPW 966.510555
KRW 1478.508568
KWD 0.329086
KYD 0.896957
KZT 485.379697
LAK 23389.552082
LBP 96221.480842
LKR 327.096122
LRD 208.336631
LSL 19.792171
LTL 3.170949
LVL 0.649592
LYD 5.213759
MAD 10.699293
MDL 19.158348
MGA 4794.965607
MKD 61.6156
MMK 2308.885797
MNT 3704.956692
MOP 8.658865
MRU 42.39761
MUR 50.097404
MVR 16.59206
MWK 1861.069238
MXN 19.806666
MYR 5.058008
MZN 68.402096
NAD 19.770297
NGN 1616.220154
NIO 39.541245
NOK 11.439816
NPR 143.859099
NZD 1.744181
OMR 0.41339
PAB 1.076269
PEN 4.05773
PGK 4.127268
PHP 63.032563
PKR 299.215528
PLN 4.348557
PYG 8090.235256
QAR 3.91007
RON 4.976993
RSD 117.069157
RUB 94.367701
RWF 1419.696408
SAR 4.028789
SBD 9.082976
SCR 14.953006
SDG 629.305769
SEK 11.258622
SGD 1.451076
SHP 1.356819
SLE 24.535729
SLL 22519.157758
SOS 613.197073
SRD 33.920221
STD 22227.571329
SVC 9.41725
SYP 2698.207581
SZL 19.770671
THB 39.48843
TJS 11.596735
TMT 3.769391
TND 3.353757
TOP 2.52823
TRY 34.898536
TTD 7.314446
TWD 34.70256
TZS 2815.707937
UAH 43.852817
UGX 4014.338873
USD 1.0739
UYU 42.087741
UZS 13557.993384
VEF 3890260.833706
VES 39.072702
VND 27322.712458
VUV 127.495584
WST 3.007582
XAF 654.054014
XAG 0.037111
XAU 0.000466
XCD 2.90227
XDR 0.816532
XOF 656.695702
XPF 119.331742
YER 268.850917
ZAR 19.815558
ZMK 9666.465481
ZMW 28.386615
ZWL 345.79551
  • AEX

    -7.1700

    924.61

    -0.77%

  • BEL20

    -37.8900

    3868.77

    -0.97%

  • PX1

    -156.5000

    7708.02

    -1.99%

  • ISEQ

    -130.7000

    9550.51

    -1.35%

  • OSEBX

    -14.1400

    1400.14

    -1%

  • PSI20

    -95.9300

    6565.74

    -1.44%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    24.9800

    2106.95

    +1.2%

  • N150

    -73.6100

    3366.05

    -2.14%

Dans un laboratoire français, le grand livre ouvert de l'ADN
Dans un laboratoire français, le grand livre ouvert de l'ADN

Dans un laboratoire français, le grand livre ouvert de l'ADN

Deux jours, à peine : c'est le temps qu'il faut désormais à une machine de haute technologie pour lire les trois milliards de caractères d'un génome humain. À Lyon, la révolution du séquençage ADN est en marche contre les maladies rares.

Taille du texte:

Le premier décryptage d'un génome complet, en 2003, avait nécessité plus d'une décennie de travaux internationaux et quelque trois milliards de dollars d'investissement. Délais et coûts ont fondu depuis.

"On a lancé ce matin 160 séquençages, qui prendront moins de deux jours", indique Damien Sanlaville, chef du service de génétique aux Hospices Civils de Lyon (HCL, 2e centre hospitalier universitaire français), devant les machines du laboratoire régional Auragen, en service depuis fin 2019.

C'est l'une des deux entités créées dans le cadre du plan "France Médecine Génomique 2025" - l'autre portée par les hôpitaux parisiens.

D'un montant de 670 millions d'euros financés par l'État et des entreprises partenaires, ce plan vise notamment à mieux identifier les maladies rares, dont la 15e Journée internationale a lieu lundi.

Près de 8.000 ont été répertoriées et elles concernent environ trois millions de personnes en France, dont une grande majorité d'enfants. Leur prévalence est faible : une maladie est dite "rare" quand elle touche moins d'un individu sur 2.000.

Cette rareté engendre souvent une errance diagnostique, parfois durant plusieurs années : "pour lutter, encore faut-il savoir quel est l'ennemi", souligne M. Sanlaville.

Or, 80% de ces pathologies ont une origine génétique : d'où l'intérêt de pouvoir déchiffrer rapidement un ADN pour en déceler les éventuelles anomalies, en lien avec une plateforme régionale d'expertise médicale (Lyon et quatre autres villes).

L'accès au séquençage est soumis aux pré-indications de la Haute Autorité de Santé, soit 63 pathologies au 1er mars. Avec l'objectif de déchiffrer à Lyon comme à Paris, 18.000 génomes par an d'ici à 2025.

- Passe-plats -

À l'hôpital Édouard-Herriot à Lyon, le séquençage à haut débit est assuré par quatre machines NovaSeq 6000 de l'entreprise américaine Illumina, à un million d'euros pièce.

Ces gros cubes blancs, qui pèsent une tonne mais ne bourdonnent guère plus qu'un appareil électro-ménager, tournent six jours sur sept, par cycles de 44 heures, pour lire les trois milliards de "paires de bases" composant l'ADN d'un individu.

"Le génome, c'est un grand livre dont les chapitres seraient les chromosomes, les gènes les paragraphes, et les phrases une succession de lettres", compare Christine Vinciguerra, directrice médicale d'Auragen. Soit A, T, G et C, initiales des quatre bases azotées de l'alphabet biologique: Adénine, Thymine, Guanine et Cytosine.

Le laboratoire Auragen est organisé en circuit fermé autour d'un système de "passe-plats" hermétiques entre les pièces, afin d'éviter toute contamination des échantillons sanguins durant leur préparation. Ici tout est automatisé, ou presque, de l'extraction de l'ADN au travail des séquenceurs.

Ceux-ci répètent leur opération de lecture 30 fois, pour être le plus précis possible; les données brutes sont ensuite traitées à Grenoble (à une centaine de kilomètres de Lyon) par des bio-informaticiens, afin de permettre leur analyse génétique, puis une interprétation biologique et clinique. Un travail de quatre à six mois, au terme duquel des solutions thérapeutiques peuvent être proposées au patient.

"Nous intervenons dans un cadre de soins", insiste Damien Sanlaville, même si les informations recueillies, qui représentent déjà deux pétaoctets de stockage pour Auragen, rejoindront parallèlement un "collecteur analyseur de données" qui sera ouvert - sous conditions - aux chercheurs.

Depuis sa mise en service, le laboratoire, destiné aussi à la cancérologie, a traité pour les maladies rares près de 8.000 génomes venant de patients et de leurs proches. Parmi ces dossiers, dont beaucoup de syndromes malformatifs, de myopathies ou de déficiences intellectuelles, 37% ont été "concluants".

"Plus d'une fois sur trois, on a trouvé quelque chose", résume Christine Vinciguerra. "Quand on ne trouve rien, c'est peut-être qu'on ne sait pas encore où regarder, mais les progrès à venir pourront nous le dire."

(H.Schneide--BBZ)