Berliner Boersenzeitung - En Uruguay, le défilé des "Llamadas" ou l'héritage bien vivant de l'Afrique

EUR -
AED 3.906704
AFN 76.817546
ALL 101.061602
AMD 420.445721
ANG 1.916268
AOA 885.936569
ARS 924.127111
AUD 1.659928
AWG 1.914792
AZN 1.809662
BAM 1.957011
BBD 2.146829
BDT 116.692227
BGN 1.956481
BHD 0.401048
BIF 3051.965949
BMD 1.063773
BND 1.451198
BOB 7.373495
BRL 5.608752
BSD 1.063258
BTN 88.904191
BWP 14.696096
BYN 3.479654
BYR 20849.95908
BZD 2.143227
CAD 1.470315
CDF 2967.92823
CHF 0.970379
CLF 0.038111
CLP 1051.592896
CNY 7.700123
CNH 7.726724
COP 4184.959108
CRC 532.5246
CUC 1.063773
CUP 28.189996
CVE 110.333291
CZK 25.260392
DJF 189.347196
DKK 7.46087
DOP 62.818291
DZD 143.400961
EGP 51.594038
ERN 15.956601
ETB 60.499577
FJD 2.424322
FKP 0.853957
GBP 0.85472
GEL 2.839865
GGP 0.853957
GHS 14.279704
GIP 0.853957
GMD 72.150447
GNF 9138.656371
GTQ 8.270041
GYD 222.625701
HKD 8.33175
HNL 26.250248
HRK 7.531686
HTG 140.987264
HUF 394.798051
IDR 17315.891016
ILS 3.996506
IMP 0.853957
INR 89.010124
IQD 1392.862112
IRR 44758.267018
ISK 150.694384
JEP 0.853957
JMD 165.172233
JOD 0.753895
JPY 164.351908
KES 139.882803
KGS 94.788702
KHR 4299.661275
KMF 492.367662
KPW 957.396453
KRW 1480.224725
KWD 0.327812
KYD 0.886048
KZT 477.255397
LAK 22615.785439
LBP 95216.138941
LKR 319.207573
LRD 205.308105
LSL 20.107997
LTL 3.141046
LVL 0.643466
LYD 5.139181
MAD 10.814694
MDL 18.926537
MGA 4673.848942
MKD 61.581622
MMK 2232.882042
MNT 3670.018676
MOP 8.577328
MRU 42.205167
MUR 49.673935
MVR 16.429993
MWK 1843.023414
MXN 18.135794
MYR 5.097565
MZN 67.539433
NAD 20.109316
NGN 1220.895492
NIO 39.134222
NOK 11.670898
NPR 142.246706
NZD 1.807029
OMR 0.409491
PAB 1.063258
PEN 3.96628
PGK 4.026492
PHP 60.624982
PKR 295.858522
PLN 4.358632
PYG 7873.79947
QAR 3.872933
RON 4.977079
RSD 117.137386
RUB 99.27669
RWF 1370.348177
SAR 3.990419
SBD 9.015676
SCR 14.432049
SDG 623.371123
SEK 11.622246
SGD 1.45096
SHP 1.344025
SLE 24.304353
SLL 22306.80068
SOS 607.938902
SRD 37.002826
STD 22017.962095
SVC 9.303759
SYP 2672.76303
SZL 20.267545
THB 38.99049
TJS 11.626887
TMT 3.723207
TND 3.310991
TOP 2.542953
TRY 34.562748
TTD 7.217399
TWD 34.577918
TZS 2755.173028
UAH 42.080846
UGX 4077.523783
USD 1.063773
UYU 41.365603
UZS 13468.336225
VEF 3853575.107604
VES 38.548093
VND 26902.829854
VUV 126.293348
WST 2.982404
XAF 656.363256
XAG 0.037492
XAU 0.000445
XCD 2.8749
XDR 0.8079
XOF 656.363256
XPF 119.331742
YER 266.28911
ZAR 20.235413
ZMK 9575.231212
ZMW 26.661251
ZWL 342.534608
  • AEX

    -9.3700

    874.67

    -1.06%

  • BEL20

    -56.6500

    3796.92

    -1.47%

  • PX1

    -112.6300

    7932.61

    -1.4%

  • ISEQ

    -119.7700

    9778.52

    -1.21%

  • OSEBX

    -18.7900

    1343.16

    -1.38%

  • PSI20

    -44.5100

    6224.16

    -0.71%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -44.6300

    2080.62

    -2.1%

  • N150

    -41.3000

    3316.46

    -1.23%

En Uruguay, le défilé des "Llamadas" ou l'héritage bien vivant de l'Afrique
En Uruguay, le défilé des "Llamadas" ou l'héritage bien vivant de l'Afrique

En Uruguay, le défilé des "Llamadas" ou l'héritage bien vivant de l'Afrique

Cesar Pintos, 86 ans, se souvient qu'enfant il jouait du tambour dans les rues de son quartier de Montevideo en tapant sur des boîtes de conserve, reprenant les rythmes apportés d'Afrique par ses ancêtres esclaves.

Taille du texte:

C'était dans les années 1940, un siècle après l'abolition de l'esclavage dans le petit pays d'Amérique du sud.

A l'époque, le "candombe", un rythme de tambour typiquement afro-uruguayen, était en pleine explosion.

"Le candombe remonte à l'époque de l'esclavage", raconte l'octogénaire à l'AFP à propos de ce genre musical classé en 2009 patrimoine immatériel de l'Humanité par l'Unesco.

Les Africains "l'ont amené avec eux dans leur tête, car ils n'ont rien" emporté de matériel, rappelle-t-il. Et cela s'est ensuite transmis dans les familles.

Devenu adulte, Cesar a créé sa propre "comparsa" (groupe) de tambours dans son quartier de Cordon, un des berceaux du candombe.

Comme chaque année, le groupe baptisé Sarabanda participe en février aux "Llamadas" -- en référence aux "appels" lancés par les joueurs de tambours -- une parade annuelle organisée depuis les années 1950 et qui représente un moment fort du carnaval de Montevideo.

Deux soirs de suite, devant des milliers de spectateurs, les "comparsas" formées d'une trentaine de musiciens et de dizaines de danseuses, aux costumes et maquillages flamboyants, s'affrontent dans un concours.

Aujourd'hui, le candombe est pratiqué par tous les Uruguayens, noirs ou blancs, même si son histoire se confond avec la lutte pour l'égalité des descendants d'Africains.

Cesar Pintos est fier de ses racines, même s'il ne sait pas d'où sont partis ses ancêtres. "Selon ce qu'on m'a dit, nous venons du Congo ou du Mozambique, mais d'où exactement, nous ne savons pas".

Montevideo fut un important port d'arrivée d'esclaves en Amérique du Sud. A la fin du XVIIIème siècle, un tiers de la population était d'origine africaine, selon la municipalité.

Pour des générations d'esclaves puis pour leur descendants, jouer du tambour a permis de conserver un lien, même ténu, avec le continent africain.

A l'abolition de l'esclavage, ils ont créé des sociétés d'entraide où le candombe a pris son essor à partir de différentes traditions africaines de percussion.

- "Un pays blanc" -

"Le tambour pour nous, c'est fondamental. Il nous permet de revendiquer, de nous divertir", raconte Alfonso Pintos, le fils de César, âgé de 59 ans et désormais à la tête de Sarabanda.

Il rappelle par exemple le rôle des comparsas pour protester contre la dictature en Uruguay (1973-1984) ou le régime raciste de l'Apartheid en Afrique du Sud.

Aujourd'hui, les "Llamadas" relèvent davantage du divertissement, mais la lutte pour plus d'égalité n'est pas terminée.

"Il y a toujours des discriminations", souligne Tomas Chirimini, 84 ans, président de l'association Africania. "Parmi les pauvres, il y a beaucoup de Noirs", dit-il.

Selon la Banque mondiale, l'Uruguay se distingue en Amérique latine par son faible niveau d'inégalité, même si les Noirs, qui représentent 8% des 3,2 millions d'Uruguayens, ont plus de probabilité d'être pauvres.

Selon l'Institut national des statistiques (INE), en 2014, plus de la moitié des Afro-Uruguayens ne pouvaient répondre à leurs besoins essentiels, contre moins d'un tiers pour les Blancs.

"L'Uruguay a vraiment pris très au sérieux l'idée de devenir un pays blanc", notamment en encourageant l'immigration européenne, explique l'historien américain George Reid Andrews, auteur de "Etre noir dans un pays blanc" consacré à ce pays.

"Dans leur quotidien, de nombreux Uruguayens voit le fait d'être blanc (...) comme la norme", ajoute-t-il.

Dans la famille de Cesar, le candombe est un héritage qui se transmet. Au sein de Sarabanda, son petit-fils, Pablo, 34 ans, dirige les tambours, et son arrière-petite-fille, Micaela, 29 ans, est la meneuse des danseuses.

Son arrière-arrière petite-fille, Catalina, 7 ans, s'apprête à représenter la quatrième génération.

Parmi les Afro-Uruguayens, certains critiquent le fait que le candombe soit devenu plus commercial avec le carnaval.

Mais la "chose la plus importante est d'être conscient de ce que nous représentons quand nous prenons notre tambour", confie à l'AFP Fred Parreno, 34 ans, un musicien de Sarabanda.

"Nous représentons tous ceux qui étaient là avant nous et ont versé leur sang pour que nous pussions jouer du tambour dans la rue".

(A.Lehmann--BBZ)