Berliner Boersenzeitung - L'ancien chancelier autrichien Sebastian Kurz reconnu coupable de faux témoignage

EUR -
AED 3.918592
AFN 76.82866
ALL 101.405301
AMD 422.730741
ANG 1.922105
AOA 892.603753
ARS 922.217934
AUD 1.644674
AWG 1.920716
AZN 1.818246
BAM 1.959132
BBD 2.153382
BDT 117.049044
BGN 1.961057
BHD 0.402278
BIF 3062.475292
BMD 1.067065
BND 1.45022
BOB 7.396786
BRL 5.461774
BSD 1.066554
BTN 88.937908
BWP 14.639895
BYN 3.490366
BYR 20914.465407
BZD 2.149806
CAD 1.469935
CDF 2977.110513
CHF 0.975494
CLF 0.037282
CLP 1028.725354
CNY 7.72239
CNH 7.75463
COP 4117.951532
CRC 542.031894
CUC 1.067065
CUP 28.277211
CVE 108.680946
CZK 25.397635
DJF 189.639134
DKK 7.48034
DOP 63.421025
DZD 143.714394
EGP 50.617204
ERN 16.005968
ETB 60.812427
FJD 2.433445
FKP 0.856599
GBP 0.856598
GEL 2.849479
GGP 0.856599
GHS 14.352435
GIP 0.856599
GMD 72.373697
GNF 9167.589643
GTQ 8.306515
GYD 223.321856
HKD 8.362959
HNL 26.553944
HRK 7.554988
HTG 141.405764
HUF 393.885955
IDR 17198.733191
ILS 4.023058
IMP 0.856599
INR 89.218709
IQD 1397.854576
IRR 44896.741805
ISK 151.086083
JEP 0.856599
JMD 165.301097
JOD 0.75634
JPY 163.554363
KES 138.718767
KGS 95.097204
KHR 4315.209461
KMF 493.891242
KPW 960.358479
KRW 1473.193377
KWD 0.32856
KYD 0.888811
KZT 479.074675
LAK 22688.464274
LBP 95608.985091
LKR 318.371396
LRD 205.943832
LSL 19.71976
LTL 3.150765
LVL 0.645457
LYD 5.154328
MAD 10.694659
MDL 18.824541
MGA 4657.737181
MKD 61.544305
MMK 2239.608493
MNT 3681.373107
MOP 8.609444
MRU 42.335828
MUR 49.52176
MVR 16.480854
MWK 1857.75977
MXN 17.759197
MYR 5.090301
MZN 67.762579
NAD 20.171497
NGN 1281.014981
NIO 39.215024
NOK 11.666932
NPR 142.299317
NZD 1.795499
OMR 0.410766
PAB 1.066539
PEN 3.954275
PGK 4.092234
PHP 60.367581
PKR 296.590994
PLN 4.300256
PYG 7888.673575
QAR 3.884916
RON 4.986717
RSD 117.431751
RUB 99.583841
RWF 1381.315075
SAR 4.002777
SBD 9.04357
SCR 14.309084
SDG 625.300195
SEK 11.605185
SGD 1.452386
SHP 1.348183
SLE 24.379547
SLL 22375.814234
SOS 609.831305
SRD 37.189872
STD 22086.08203
SVC 9.331869
SYP 2681.032117
SZL 20.171416
THB 39.118981
TJS 11.667815
TMT 3.734726
TND 3.321243
TOP 2.538067
TRY 34.532988
TTD 7.245457
TWD 34.469427
TZS 2753.026927
UAH 42.061727
UGX 4053.893716
USD 1.067065
UYU 41.250147
UZS 13535.71432
VEF 3865497.432002
VES 38.667354
VND 26716.628961
VUV 126.684079
WST 2.991631
XAF 657.09904
XAG 0.038162
XAU 0.000455
XCD 2.883796
XDR 0.804398
XOF 654.647945
XPF 119.331742
YER 267.112976
ZAR 20.082465
ZMK 9604.865359
ZMW 26.636796
ZWL 343.594353
  • AEX

    -0.3500

    883.45

    -0.04%

  • BEL20

    13.0500

    3850.04

    +0.34%

  • PX1

    -12.8400

    8010.83

    -0.16%

  • ISEQ

    -91.8500

    9891.51

    -0.92%

  • OSEBX

    20.8700

    1376.17

    +1.54%

  • PSI20

    40.9300

    6337.43

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -11.6400

    2105.48

    -0.55%

  • N150

    0.3400

    3360.4

    +0.01%

L'ancien chancelier autrichien Sebastian Kurz reconnu coupable de faux témoignage
L'ancien chancelier autrichien Sebastian Kurz reconnu coupable de faux témoignage / Photo: Joe Klamar - AFP

L'ancien chancelier autrichien Sebastian Kurz reconnu coupable de faux témoignage

L'ancien chancelier conservateur autrichien Sebastian Kurz a été reconnu coupable de faux témoignage vendredi, au terme d'un procès où il était accusé d'avoir menti devant une commission parlementaire.

Taille du texte:

"Sebastian Kurz est coupable", a déclaré le juge à Vienne en le condamnant à 8 mois de prison avec sursis en première instance, suivant ainsi la réquisition du parquet.

Auparavant, lors de sa dernière déclaration, l'ancien chef de gouvernement âgé de 37 ans - qui peut faire appel - avait dit s'être senti "désarmé" et "très mal" d'être accusé, assurant n'avoir jamais eu l'intention de mentir.

Tout au long des douze jours d'audience, cet ancien prodige de la politique, reconverti consultant dans le privé, a clamé son innocence, blâmant procureurs et adversaires pour ses déboires judiciaires. "On a voulu me détruire", a-t-il lâché.

Devenu à 31 ans en 2017 le plus jeune dirigeant élu de la planète, avant de se retirer avec fracas à l'automne 2021, il lui était reproché d'avoir menti devant une commission parlementaire.

Premier chancelier sur les bancs de la justice en plus de 30 ans, Sebastian Kurz a réfuté avoir "sciemment" trompé les députés quand ils l'ont interrogé en 2020 sur son rôle dans la nomination d'un proche, Thomas Schmid, à la tête d'une très puissante holding publique.

"J'étais informé mais ce n'est pas moi qui ai décidé", a-t-il dit, alors que le parquet l'a au contraire dépeint comme contrôlant tout dans sa formation politique, s'appuyant en particulier sur de nombreux SMS passés à la loupe.

- D'improbables témoins russes -

En Autriche, intervenir dans un processus de nomination ne constitue pas un délit en soi mais dissimuler la vérité alors que l'on est interrogé sous serment est passible de trois ans de prison.

Les témoins convoqués - une dizaine au total, dont d'anciens ministres - ont pour la plupart défendu sa version des faits.

A l'exception toutefois du principal protagoniste : Thomas Schmid, l'ex-ami qui coopère désormais avec la justice dans l'espoir d'une remise de peine.

Il l'a accablé au cours d'une audition de deux jours, évoquant "un système Kurz", pour dire que celui-ci aimait intervenir dans les nominations.

En vue de le discréditer, Sebastian Kurz a fait appel à deux hommes d'affaires russes et le dernier jour du procès a commencé par le témoignage du second d'entre eux, qui s'exprimait par vidéo depuis l'ambassade d'Autriche à Moscou.

"Un acte final grotesque", selon le quotidien Der Standard: le premier avait déjà laissé l'audience perplexe en déclarant que l'avocat du prévenu l'avait aidé à rédiger sa déclaration.

- Pas de retour imminent -

Sebastian Kurz "ne ressort pas grandi de la manière dont il s'est comporté pendant le procès", estime l'analyste politique Thomas Hofer, interrogé par l'AFP. "Il a agi comme un politicien obsédé par son image publique, qui n'a pas vraiment su s'adapter au tempo du tribunal".

Outre ce procès, l'ex-dirigeant est soupçonné d'avoir détourné des fonds publics pour commander des enquêtes d'opinion truquées et s'assurer d'une couverture élogieuse dans des tabloïds, au gré de sa fulgurante ascension. Pour ce volet corruption, l'enquête est toujours en cours.

Autant d'affaires découlant du retentissant scandale dit de l'"Ibizagate". En 2019, une vidéo réalisée en caméra cachée sur l'île espagnole d'Ibiza à l'occasion de vacances de responsables autrichiens a révélé des pratiques potentiellement frauduleuses dans la classe politique.

Dans ces conditions, M. Hofer n'envisage pas dans un avenir proche un retour de Sebastian Kurz sur les devants de la scène politique.

Certains pourtant l'auraient bien vu sauver son ancien parti (ÖVP), qui peine dans les sondages, loin derrière l'extrême droite, donnée en tête aux législatives, prévues pour fin septembre.

Lui-même nie toute ambition, préférant multiplier les lucratives collaborations internationales dans le secteur privé, notamment dans les cercles proches de Donald Trump.

(U.Gruber--BBZ)