Berliner Boersenzeitung - Géorgie: le Parlement adopte la loi sur l'"influence étrangère", malgré les manifestations

EUR -
AED 3.986748
AFN 77.996197
ALL 100.365182
AMD 421.557787
ANG 1.95626
AOA 923.14689
ARS 966.011532
AUD 1.633389
AWG 1.956454
AZN 1.846125
BAM 1.957461
BBD 2.19166
BDT 127.318058
BGN 1.957327
BHD 0.409189
BIF 3115.644326
BMD 1.085411
BND 1.464643
BOB 7.500366
BRL 5.574893
BSD 1.085421
BTN 90.334669
BWP 14.7275
BYN 3.552215
BYR 21274.059831
BZD 2.187957
CAD 1.483258
CDF 3039.151129
CHF 0.990651
CLF 0.035753
CLP 986.537299
CNY 7.864238
CNH 7.869226
COP 4155.637943
CRC 556.572377
CUC 1.085411
CUP 28.763397
CVE 110.358664
CZK 24.735654
DJF 193.264028
DKK 7.462523
DOP 63.804152
DZD 145.994281
EGP 51.159885
ERN 16.281168
ETB 62.364731
FJD 2.459655
FKP 0.864095
GBP 0.851788
GEL 2.952496
GGP 0.864095
GHS 15.793404
GIP 0.864095
GMD 73.536458
GNF 9330.919386
GTQ 8.434158
GYD 227.212841
HKD 8.474836
HNL 26.825768
HRK 7.576123
HTG 144.362524
HUF 387.075024
IDR 17397.513673
ILS 3.986113
IMP 0.864095
INR 90.346319
IQD 1421.906808
IRR 45655.11147
ISK 150.11003
JEP 0.864095
JMD 169.483845
JOD 0.76945
JPY 169.905933
KES 143.826411
KGS 95.510649
KHR 4425.756251
KMF 493.699306
KPW 976.869766
KRW 1476.755698
KWD 0.333145
KYD 0.904568
KZT 480.888142
LAK 23208.697807
LBP 97201.69753
LKR 325.746469
LRD 210.108486
LSL 19.852395
LTL 3.204937
LVL 0.656554
LYD 5.252458
MAD 10.796663
MDL 19.190287
MGA 4807.07989
MKD 61.658242
MMK 2279.434614
MNT 3744.668449
MOP 8.729109
MRU 43.123504
MUR 50.219541
MVR 16.769945
MWK 1881.997299
MXN 18.054567
MYR 5.106312
MZN 68.857518
NAD 19.852024
NGN 1571.135982
NIO 39.95391
NOK 11.516571
NPR 144.535671
NZD 1.770235
OMR 0.417689
PAB 1.085421
PEN 4.051138
PGK 4.21858
PHP 63.084211
PKR 302.079683
PLN 4.2636
PYG 8162.928083
QAR 3.952253
RON 4.975536
RSD 117.139783
RUB 97.899594
RWF 1427.311395
SAR 4.070955
SBD 9.226246
SCR 14.643782
SDG 652.332799
SEK 11.592951
SGD 1.463676
SHP 1.371363
SLE 24.798719
SLL 22760.531511
SOS 619.769899
SRD 35.287083
STD 22465.820731
SVC 9.498061
SYP 2727.128085
SZL 19.938923
THB 39.609365
TJS 11.690222
TMT 3.798939
TND 3.388107
TOP 2.567377
TRY 34.970093
TTD 7.366252
TWD 34.937543
TZS 2822.195081
UAH 43.360101
UGX 4151.523503
USD 1.085411
UYU 41.575286
UZS 13811.722357
VEF 3931959.150861
VES 39.618315
VND 27644.880962
VUV 128.862179
WST 3.042509
XAF 656.5142
XAG 0.035392
XAU 0.000458
XCD 2.933378
XDR 0.819996
XOF 656.5142
XPF 119.331742
YER 271.787948
ZAR 19.912694
ZMK 9770.002049
ZMW 28.73739
ZWL 349.501969
  • AEX

    3.1900

    913.7

    +0.35%

  • BEL20

    -20.3800

    3976.33

    -0.51%

  • PX1

    9.7100

    8101.75

    +0.12%

  • ISEQ

    82.4400

    10135.79

    +0.82%

  • OSEBX

    6.6700

    1424.98

    +0.47%

  • PSI20

    -14.6000

    6935.47

    -0.21%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    49.4400

    2059.11

    +2.46%

  • N150

    -4.9100

    3499.44

    -0.14%

Géorgie: le Parlement adopte la loi sur l'"influence étrangère", malgré les manifestations
Géorgie: le Parlement adopte la loi sur l'"influence étrangère", malgré les manifestations / Photo: Giorgi ARJEVANIDZE - AFP

Géorgie: le Parlement adopte la loi sur l'"influence étrangère", malgré les manifestations

Le Parlement géorgien a adopté mardi le projet de loi controversé sur l'"influence étrangère", malgré des manifestations d'ampleur contre un texte qui, selon ses détracteurs, est calqué sur une loi russe et détourne ce pays du Caucase de l'Europe pour l'entraîner vers Moscou.

Taille du texte:

Lors d'un examen en troisième et dernière lecture, les députés ont voté à 84 voix "pour" et à 30 voix "contre", selon des images retransmises à la télévision publique.

Signe de la tension ambiante, des élus de la majorité et de l'opposition se sont brièvement affrontés à coups de poing lors des débats. Des bagarres similaires s'étaient déjà produites ces dernières semaines.

Devant le Parlement, des centaines de manifestants, principalement des jeunes, sont toujours réunis en milieu d'après-midi, encadrés par une importante présence policière, selon une correspondante de l'AFP sur place.

"Nous manifesterons jusqu'à ce que ce gouvernement russe quitte notre pays !", a juré Salomé, une manifestante de 20 ans, juste après le vote.

Ses détracteurs ont surnommée le texte la "loi russe" en raison de sa similitude avec une législation adoptée en Russie pour réprimer l'opposition. La référence est particulièrement sensible en Géorgie, pays qui balance entre les sphères d'influence russe et européenne et a été envahi par Moscou lors d'une intervention militaire en 2008.

Alors que les forces de l'ordre ont, lors de certains rassemblements, utilisé des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène, l'adoption du projet de loi pourrait entraîner de nouveaux heurts.

- "Obstacle" vers l'UE -

En 2023, les manifestations massives avaient forcé le parti du "Rêve géorgien" au pouvoir à abandonner une première mouture de ce texte. Mais, cette fois, malgré plus d'un mois de protestations, les députés de la majorité sont passés outre.

La loi doit imposer à toute ONG ou média recevant plus de 20% de son financement de l'étranger de s'enregistrer en tant qu'"organisation poursuivant les intérêts d'une puissance étrangère".

Le gouvernement assure que sa loi vise simplement à obliger les organisations à faire preuve de davantage de "transparence" sur leurs financements. Ses détracteurs y voient la preuve d'un nouveau tour de vis, à même de condamner l'ambition de rejoindre un jour l'UE.

La présidente géorgienne Salomé Zourabichvili, une pro-européenne et ancienne diplomate française en conflit ouvert avec le gouvernement, devrait mettre son veto au texte voté, mais le "Rêve géorgien" assure avoir assez de voix pour passer outre.

En dépit des tensions, le Premier ministre géorgien Irakli Kobakhidzé avait promis que le Parlement voterait la loi mardi, faisant fi des appels de la rue et des critiques formulées par les États-Unis et l'Union européenne.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a lui salué "la ferme volonté des dirigeants géorgiens de protéger leur pays contre toute ingérence flagrante dans ses affaires".

- "Renier" le progrès -

"Ces gens ne nous écoutent pas", s’agaçait dans la foule Mariam Javakhichvili, manifestante de 34 ans venue avec son jeune fils.

"Ils essaient de renier les dernières 30 années" de progrès, soit le chemin parcouru depuis la chute de l'URSS, a-t-elle dit. "Je ne veux pas laisser faire cela, pour mon fils."

"On avait 5 ans quand la guerre avec la Russie s'est produite, on en garde de mauvais souvenir d'enfance", raconte Marta Doborianidzé, une autre manifestante âgée de 20 ans.

La controverse autour de ce texte met aussi en lumière l'influence de Bidzina Ivanichvili, homme d'affaires richissime perçu comme le dirigeant de l'ombre de la Géorgie.

Premier ministre de 2012 à 2013 et aujourd'hui président honoraire du "Rêve géorgien", il est soupçonné de proximité avec la Russie, pays où il a fait fortune.

Même s'il assure vouloir faire entrer la Géorgie dans l'UE, il a récemment fait des déclarations hostiles à l'Occident et voit les ONG comme un ennemi de l'intérieur.

Le moment est particulièrement sensible en Géorgie, où se tiendront en octobre des élections législatives vues comme un important test pour les responsables actuels.

Pour certains manifestants, le but ultime est de déloger du pouvoir le "Rêve géorgien", en place depuis 2012.

(O.Joost--BBZ)