Berliner Boersenzeitung - Achat immobilier: quand de faux notaires détournent des dizaines de milliers d'euros

EUR -
AED 3.946733
AFN 75.21664
ALL 99.983389
AMD 417.846513
ANG 1.937215
AOA 918.178404
ARS 973.17176
AUD 1.610476
AWG 1.935475
AZN 1.828134
BAM 1.955559
BBD 2.170403
BDT 126.294421
BGN 1.95567
BHD 0.40495
BIF 3086.904906
BMD 1.074517
BND 1.451151
BOB 7.427084
BRL 5.828188
BSD 1.074902
BTN 89.642962
BWP 14.506683
BYN 3.517781
BYR 21060.54212
BZD 2.166703
CAD 1.473223
CDF 3057.002174
CHF 0.95009
CLF 0.036317
CLP 1002.084375
CNY 7.798096
CNH 7.822444
COP 4472.678907
CRC 561.846381
CUC 1.074517
CUP 28.474713
CVE 110.621792
CZK 24.901407
DJF 190.963214
DKK 7.458322
DOP 63.715129
DZD 144.546216
EGP 51.26942
ERN 16.117762
ETB 61.526403
FJD 2.427818
FKP 0.843069
GBP 0.844999
GEL 3.051179
GGP 0.843069
GHS 16.221498
GIP 0.843069
GMD 72.798374
GNF 9240.850564
GTQ 8.340932
GYD 224.88226
HKD 8.388274
HNL 26.916525
HRK 7.541434
HTG 142.445915
HUF 396.249507
IDR 17621.87136
ILS 3.985331
IMP 0.843069
INR 89.63587
IQD 1407.617866
IRR 45223.749133
ISK 149.497377
JEP 0.843069
JMD 167.324032
JOD 0.761505
JPY 169.810826
KES 138.612958
KGS 93.806909
KHR 4437.756887
KMF 492.667897
KPW 967.06585
KRW 1486.041481
KWD 0.329468
KYD 0.895815
KZT 495.082753
LAK 23599.10124
LBP 96273.867619
LKR 328.010223
LRD 208.887188
LSL 19.328945
LTL 3.172771
LVL 0.649965
LYD 5.211527
MAD 10.704879
MDL 19.187258
MGA 4808.465622
MKD 61.616861
MMK 3489.99078
MNT 3707.085325
MOP 8.643756
MRU 42.131979
MUR 50.126303
MVR 16.543934
MWK 1861.603218
MXN 19.812171
MYR 5.061
MZN 68.441432
NAD 19.287252
NGN 1601.03132
NIO 39.515403
NOK 11.361018
NPR 143.428312
NZD 1.751415
OMR 0.413619
PAB 1.074867
PEN 4.076178
PGK 4.188738
PHP 63.169824
PKR 299.387412
PLN 4.325798
PYG 8095.26511
QAR 3.911786
RON 4.976047
RSD 117.05956
RUB 89.717595
RWF 1407.617866
SAR 4.030728
SBD 9.122198
SCR 14.700187
SDG 645.785137
SEK 11.224506
SGD 1.451571
SHP 1.357599
SLE 24.549826
SLL 22532.095834
SOS 613.550104
SRD 33.455636
STD 22240.341878
SVC 9.405102
SYP 2699.757799
SZL 19.28728
THB 39.424586
TJS 11.367321
TMT 3.771556
TND 3.36433
TOP 2.536826
TRY 34.940943
TTD 7.301303
TWD 34.735387
TZS 2820.608206
UAH 43.567642
UGX 4014.504799
USD 1.074517
UYU 42.304585
UZS 13614.135866
VEF 3892495.930237
VES 39.045324
VND 27349.155526
VUV 127.568835
WST 3.00931
XAF 655.894406
XAG 0.036104
XAU 0.000461
XCD 2.903937
XDR 0.815822
XOF 655.997268
XPF 119.331742
YER 269.005272
ZAR 19.271916
ZMK 9671.94731
ZMW 27.437509
ZWL 345.994182
  • AEX

    -3.4300

    924.78

    -0.37%

  • BEL20

    -3.8700

    3861.38

    -0.1%

  • PX1

    -58.7400

    7570.2

    -0.77%

  • ISEQ

    86.4400

    9585.07

    +0.91%

  • OSEBX

    1.1200

    1404.23

    +0.08%

  • PSI20

    -28.9100

    6541.8

    -0.44%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -8.9300

    2067.07

    -0.43%

  • N150

    -8.6800

    3328.77

    -0.26%

Achat immobilier: quand de faux notaires détournent des dizaines de milliers d'euros
Achat immobilier: quand de faux notaires détournent des dizaines de milliers d'euros

Achat immobilier: quand de faux notaires détournent des dizaines de milliers d'euros

Un montant de 160.000 euros: c'est ce que Corinne, dont le nom a été modifié, a envoyé via sa banque à des escrocs ayant réussi à se faire passer pour son notaire. Une arnaque encore peu fréquente mais en recrudescence, qui pousse les professionnels à lancer l'alerte.

Taille du texte:

Contrairement à ce qu'elle croyait, le RIB que Corinne a transmis mi-janvier à sa banquière ne venait pas de l'assistante de son notaire, malgré l'entête et la signature, mais de pirates informatiques qui avaient eu accès à sa boîte mail.

En prenant connaissance de tous les échanges liés à cette transaction immobilière, à savoir l'achat d'une résidence secondaire, les escrocs ont pu parfaire leur usurpation d'identité et l'ont rendue plus crédible.

"Quand vous consultez le mail sur votre téléphone, vous ne voyez que le nom de la personne", et pas l'adresse, se justifie Corinne, cadre dans une entreprise du CAC 40 et qui se dit "plutôt méfiante" en général.

"Si je reçois quelque chose que je n'attends pas, je ne clique pas", dit-elle. Sauf que cette fois-ci, elle attendait bien un mail en provenance de son notaire...

Corinne a réussi à récupérer environ 100.000 euros, mais elle est aujourd'hui "folle de rage", notamment envers sa banque, avec qui elle est en situation de précontentieux. Elle a par ailleurs porté plainte contre X.

Selon elle, sa banquière n'a pas fait les vérifications adéquates: outre l'adresse de l'expéditeur, suspecte, qui apparaissait noir sur blanc dans le mail transféré, la conseillère ne s'est pas rendu compte que le destinataire du virement n'était pas enregistré à la Caisse des dépôts et consignations (CDC), comme cela était pourtant indiqué sur le faux RIB.

"Il faut vraiment que les conseillers financiers soient formés, parce qu'un notaire n'aura jamais un compte" ailleurs qu'à la CDC, explique une notaire des Hauts-de-Seine souhaitant préserver son anonymat. Selon elle, "au moindre doute, la banque devra effectuer un contre-appel (appel de vérification), procédé utilisé par les notaires eux-mêmes auprès des clients".

Dans un courriel envoyé à sa banque, Corinne dénonce l'attitude de celle-ci: "Je suis contrainte par la banque de passer par la conseillère en agence pour mes virements les plus sensibles alors que le niveau d’authentification et de contrôle du destinataire est plus faible que lorsque je réalise moi-même un virement selon mon habitude par l’interface web".

- Connexions... de Côte d'Ivoire -

Pour Sébastien Dupond, patron de Cyber4U, une entreprise de cybersécurité qui accompagne les petites et moyennes entreprises et qui a décidé d'assister Corinne bénévolement, les responsabilités sont partagées entre plusieurs acteurs.

Outre la banque qui n'a apparemment pas effectué les vérifications minimales avant de transférer plus de 160.000 euros, l'expert accuse l'opérateur de messagerie de n'avoir jamais averti Corinne de connexions suspectes sur son compte depuis la Côte d'Ivoire. La victime ne s'en est en effet rendu compte qu'après l'arnaque, en allant vérifier elle-même son historique de connexion.

Enfin, dernier responsable, selon M. Dupond, l'office de notariat, qui envoie les RIB directement aux clients, sans passer par un système sécurisé.

"Les préconisations de la profession sont effectivement d’envoyer les RIB via une plateforme sécurisée, effectuer des contre-appels, alerter les clients", explique une notaire.

Difficile de savoir précisément le nombre de victimes concernées par ce genre d'arnaques, mais selon une estimation obtenue par l'AFP dans le milieu notarial, cela pourrait représenter quelques dizaines de personnes depuis l'été dernier.

Dans certains cas, ce serait le notaire qui se serait fait pirater sa boîte mail, les escrocs l'utilisant pour demander les fonds, en joignant un faux RIB.

Dans une alerte publiée fin 2021 sur son site internet, l'association de consommateurs UFC-Que Choisir cite le cas d'un particulier ayant perdu 50.000 euros et celui d'un couple s'étant fait dérober 30.000 euros.

"Sur la totalité des actes, cela ne représente presque rien, mais ce sont des situations qui sont la plupart du temps problématiques pour les clients", reconnaît le Conseil supérieur du notariat.

- Dématérialisation et cybersécurité -

Si le premier confinement a considérablement ralenti l’activité du secteur immobilier, le rattrapage qui a suivi, combiné à la persistance de contraintes sanitaires, ont accru les risques de fraudes.

"Les clients et les professionnels de tous les secteurs, dans le contexte de dématérialisation accélérée qui est un corollaire de la crise sanitaire, sont exposés à des risques croissants de cybersécurité", constate le Conseil supérieur du notariat, qui a noté une recrudescence ces derniers mois.

"Nous recevons de nos instances professionnelles régulièrement des mails nous invitant à être encore plus vigilants que nous ne l'avons été", confirme un notaire exerçant en Seine-Saint-Denis et qui explique qu'avec la crise sanitaire, les RIB qui étaient auparavant remis en mains propres sont dorénavant envoyés par mail.

Si le phénomène n'est pas nouveau, la France n'est pas non plus le seul pays touché: en 2018, l'AFP évoquait déjà de nombreuses victimes de telles arnaques recensées aux Etats-Unis.

A la Banque de France, "on demande aux établissements de faire des campagnes d'informations régulières de leur clientèle professionnelle, et ça vaut pour les notaires, afin de rappeler tous les enjeux associés à la sécurité des identifiants", explique Julien Lasalle, responsable du service de surveillance des moyens scripturaux à la Banque de France.

"Un changement d'identité bancaire d'un bénéficiaire, ce n'est pas une opération anodine", ajoute-t-il.

Face au nombre d'arnaques en hausse, la caisse d'Ile-de-France du Crédit Agricole a décidé d'alerter ses clients, par mail ou par SMS, et affirme avoir mis en place "une procédure pour sécuriser les virements supérieurs à 100.000 euros demandés à distance".

Parmi les mesures conseillées: le contre-appel. Même en cas de mail et de RIB qui semblent conformes, il est plus que conseillé de contacter directement l’office notarial avant de procéder au virement.

(H.Schneide--BBZ)