Berliner Boersenzeitung - Le secteur aérospatial européen peu exposé aux sanctions de l'UE contre Moscou

EUR -
AED 3.926692
AFN 75.612186
ALL 100.219643
AMD 414.557158
ANG 1.924801
AOA 913.511566
ARS 967.447015
AUD 1.611158
AWG 1.924307
AZN 1.815231
BAM 1.955589
BBD 2.156377
BDT 125.486445
BGN 1.955624
BHD 0.402558
BIF 3070.982633
BMD 1.06906
BND 1.44695
BOB 7.379203
BRL 5.807236
BSD 1.06799
BTN 89.182284
BWP 14.393513
BYN 3.495039
BYR 20953.566579
BZD 2.152678
CAD 1.464238
CDF 3046.819662
CHF 0.955095
CLF 0.036072
CLP 995.330139
CNY 7.76297
CNH 7.791536
COP 4450.826187
CRC 558.242309
CUC 1.06906
CUP 28.330077
CVE 110.253606
CZK 24.947608
DJF 190.150349
DKK 7.459153
DOP 63.033486
DZD 143.782141
EGP 51.013693
ERN 16.035893
ETB 61.623332
FJD 2.397633
FKP 0.838786
GBP 0.845787
GEL 2.998706
GGP 0.838786
GHS 16.180252
GIP 0.838786
GMD 72.429043
GNF 9194.049852
GTQ 8.287144
GYD 223.305878
HKD 8.343106
HNL 26.41727
HRK 7.503128
HTG 141.555371
HUF 396.749128
IDR 17562.509784
ILS 4.019546
IMP 0.838786
INR 89.292501
IQD 1399.055416
IRR 44994.042289
ISK 149.101753
JEP 0.838786
JMD 166.322812
JOD 0.757641
JPY 170.761408
KES 138.30387
KGS 92.750211
KHR 4402.545024
KMF 492.355408
KPW 962.153708
KRW 1486.153028
KWD 0.327934
KYD 0.890008
KZT 497.07863
LAK 23476.573842
LBP 95637.316478
LKR 326.116298
LRD 207.298577
LSL 19.117424
LTL 3.156654
LVL 0.646663
LYD 5.177465
MAD 10.636151
MDL 19.117024
MGA 4835.500281
MKD 61.528354
MMK 3472.263617
MNT 3688.255446
MOP 8.583713
MRU 42.056654
MUR 50.07476
MVR 16.460229
MWK 1851.708637
MXN 19.362272
MYR 5.037943
MZN 68.093788
NAD 19.117424
NGN 1636.612188
NIO 39.315937
NOK 11.311639
NPR 142.691254
NZD 1.749243
OMR 0.411557
PAB 1.067985
PEN 4.064261
PGK 4.16557
PHP 62.835054
PKR 297.431662
PLN 4.326498
PYG 8039.169202
QAR 3.895197
RON 4.977112
RSD 117.043404
RUB 94.352605
RWF 1402.255086
SAR 4.006386
SBD 9.038305
SCR 15.693933
SDG 642.504597
SEK 11.248072
SGD 1.448752
SHP 1.350703
SLE 24.425127
SLL 22417.64564
SOS 610.336925
SRD 32.92379
STD 22127.373628
SVC 9.345034
SYP 2686.04457
SZL 19.109025
THB 39.31358
TJS 11.352627
TMT 3.752399
TND 3.348854
TOP 2.522713
TRY 35.090238
TTD 7.247251
TWD 34.589455
TZS 2803.463217
UAH 43.197136
UGX 4004.567423
USD 1.06906
UYU 42.065653
UZS 13498.541877
VEF 3872724.271274
VES 38.835322
VND 27208.633827
VUV 126.920858
WST 2.994024
XAF 655.889218
XAG 0.036165
XAU 0.00046
XCD 2.889187
XDR 0.810516
XOF 655.889218
XPF 119.331742
YER 267.639563
ZAR 19.289222
ZMK 9622.817719
ZMW 27.207188
ZWL 344.236729
  • AEX

    -8.5900

    925.23

    -0.92%

  • BEL20

    4.6700

    3894.05

    +0.12%

  • PX1

    -42.9600

    7628.57

    -0.56%

  • ISEQ

    -130.7700

    9414.82

    -1.37%

  • OSEBX

    -2.4000

    1406.98

    -0.17%

  • PSI20

    -80.4800

    6570.47

    -1.21%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    52.9900

    2147.48

    +2.53%

  • N150

    -36.1500

    3342.52

    -1.07%

Le secteur aérospatial européen peu exposé aux sanctions de l'UE contre Moscou
Le secteur aérospatial européen peu exposé aux sanctions de l'UE contre Moscou

Le secteur aérospatial européen peu exposé aux sanctions de l'UE contre Moscou

Le secteur aéronautique et spatial européen, qui a plusieurs partenariats avec la Russie, semble à ce stade affecté de façon marginale par les sanctions de l'Union européenne à l'encontre de la Russie après son invasion de l'Ukraine.

Taille du texte:

Le géant aéronautique européen, Airbus, a indiqué vendredi "analyser l'impact des sanctions annoncées dans la nuit". "Nous nous conformerons à toutes les sanctions et à toutes les lois applicables dès qu'elles seront en vigueur", a affirmé l'avionneur.

Le conseil européen a décidé jeudi soir d'interdire l'exportation vers la Russie des avions, pièces et équipements de l'industrie aéronautique et spatiale.

Quelque 340 avions Airbus sont actuellement en service en Russie, selon l'avionneur, notamment au sein du transporteur national Aeroflot et des compagnies S7, Rossiya ou Ural Airlines.

Mais il ne dispose dans son carnet que d'un nombre limité d'avions commandés par des compagnies russes: 14 gros-porteurs A350 pour Aeroflot.

Airbus, qui a par ailleurs vendu un total de 230 hélicoptères à 150 clients en Russie, y dispose également d'un centre d'ingénierie où travaillent 200 salariés locaux et produit en collaboration avec l'allemand Liebherr et un partenaire russe des éléments de trains d'atterrissage et de commandes de vol.

Le motoriste et équipementier Safran va également "appliquer toutes les décisions qui seront prises", a affirmé son directeur général Olivier Andriès.

La Russie représente 2% de son chiffre d'affaires. Safran y emploie moins de 600 personnes.

Ses activités concernent principalement la fourniture de moteurs, de trains d'atterrissage et de nacelles de réacteurs pour l'avion de transport régional Sukhoï Superça Jet 100, un appareil produit à une vingtaine d'exemplaires par an, selon Olivier Andriès.

Il produit également en Russie au sein de la coentreprise Volgaero des éléments de moteurs équipant les Boeing 737 et Airbus A320.

- Stocks de titane -

Thales, présent dans l'aéronautique civile, l'identité numérique et le spatial, a lui aussi une activité marginale en Russie qui représente moins de 1% de son chiffre d'affaires, selon un porte-parole.

Il produit notamment des éléments de cockpit pour le Super Jet 100 et des cartes à puces.

Pour le secteur aéronautique, le principal "point d'attention" avec la Russie concerne l'approvisionnement en titane, selon M. Andriès.

Le premier producteur mondial, VSMPO-AVisma, fournit à lui seul près de la moitié du titane, métal léger et résistant utilisé par le secteur pour les trains d'atterrissage d'avions long-courriers, certaines pièces de moteurs ou de structures de fuselage.

Safran dit avoir augmenté ses stocks de titane. "Nous avons suffisamment de stocks pour nous amener à l'automne mais nous allons accélérer les sources alternatives d'approvisionnement", a indiqué M. Andriès, précisant qu'à ce stade, "VSMPO n'a pas arrêté de livrer".

"Les risques géopolitiques sont intégrés dans nos politiques d'approvisionnement en titane. Nous sommes donc protégés à court/moyen terme", affirme de son côté Airbus.

Dans le domaine spatial, Arianespace dispose d'une co-entreprise avec l'agence russe Roscosmos, Starsem, pour exploiter la fusée Soyouz. Elle doit ainsi lancer en 2022 huit fusées Soyouz, trois depuis Kourou en Guyane française (dont le satellite espion français CSO-3) et cinq depuis le cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan.

Contacté par l'AFP, Arianespace a indiqué être en train d'évaluer si les sanctions européennes devaient ou non avoir un impact sur son activité.

En l'absence de fusées Soyouz, l'Europe n'aurait pas de capacité propre de lancement de certains satellites avant la mise en oeuvre d'Ariane 6, dont le premier vol est attendu en fin d'année.

Le patron de l'agence spatiale européenne Joseph Aschbacher a de son côté affirmé sur Twitter que l'ESA "continu(ait) de travailler sur tous ses programmes" avec Roscosmos, qu'il s'agisse de la Station spatiale internationale ou de la mission ExoMars, qui doit être lancée en septembre.

(O.Joost--BBZ)