Berliner Boersenzeitung - Dans l'espace, les Russes et les Américains collaborent encore... pour l'instant

EUR -
AED 3.944001
AFN 75.707953
ALL 99.726144
AMD 417.036766
ANG 1.939534
AOA 918.071057
ARS 968.766229
AUD 1.617851
AWG 1.935466
AZN 1.827112
BAM 1.949885
BBD 2.172847
BDT 126.466335
BGN 1.955143
BHD 0.404701
BIF 3091.376577
BMD 1.073767
BND 1.452294
BOB 7.43644
BRL 5.760015
BSD 1.07618
BTN 89.90228
BWP 14.641717
BYN 3.521718
BYR 21045.842624
BZD 2.169159
CAD 1.475625
CDF 3054.868056
CHF 0.959932
CLF 0.035731
CLP 985.932381
CNY 7.787608
CNH 7.80608
COP 4448.618673
CRC 567.368191
CUC 1.073767
CUP 28.454838
CVE 110.706682
CZK 24.710293
DJF 190.830221
DKK 7.460107
DOP 63.755271
DZD 145.104602
EGP 51.224829
ERN 16.106512
ETB 61.741775
FJD 2.398477
FKP 0.84248
GBP 0.841577
GEL 3.071093
GGP 0.84248
GHS 16.149576
GIP 0.84248
GMD 72.774606
GNF 9239.7693
GTQ 8.359678
GYD 225.048312
HKD 8.386608
HNL 26.63128
HRK 7.53617
HTG 142.852633
HUF 396.778869
IDR 17485.229658
ILS 3.98975
IMP 0.84248
INR 89.748332
IQD 1406.6354
IRR 45192.194067
ISK 149.307299
JEP 0.84248
JMD 167.510259
JOD 0.761191
JPY 168.615872
KES 137.997284
KGS 93.544688
KHR 4420.70041
KMF 492.326658
KPW 966.390874
KRW 1478.094335
KWD 0.329045
KYD 0.896846
KZT 485.319593
LAK 23386.656054
LBP 96209.566495
LKR 327.055619
LRD 208.311013
LSL 19.757079
LTL 3.170556
LVL 0.649511
LYD 5.20769
MAD 10.680231
MDL 19.155975
MGA 4799.74117
MKD 61.487731
MMK 2308.599532
MNT 3704.497914
MOP 8.657793
MRU 42.360267
MUR 50.080443
MVR 16.546857
MWK 1861.368518
MXN 19.74048
MYR 5.054762
MZN 68.393636
NAD 19.759654
NGN 1616.02029
NIO 39.521545
NOK 11.445928
NPR 143.841285
NZD 1.740304
OMR 0.413351
PAB 1.076135
PEN 4.049191
PGK 4.177046
PHP 62.986121
PKR 299.124766
PLN 4.34806
PYG 8089.233456
QAR 3.909568
RON 4.977229
RSD 117.097625
RUB 94.353636
RWF 1417.373075
SAR 4.02829
SBD 9.081501
SCR 15.028477
SDG 629.227565
SEK 11.256198
SGD 1.450549
SHP 1.356651
SLE 24.532691
SLL 22516.369248
SOS 613.12115
SRD 33.916027
STD 22224.818925
SVC 9.416083
SYP 2697.873466
SZL 19.759333
THB 39.439394
TJS 11.595299
TMT 3.758186
TND 3.342675
TOP 2.527917
TRY 34.84096
TTD 7.31354
TWD 34.751626
TZS 2815.358965
UAH 43.847387
UGX 4013.841784
USD 1.073767
UYU 42.082529
UZS 13567.051832
VEF 3889779.109093
VES 39.068488
VND 27319.329131
VUV 127.479796
WST 3.007209
XAF 653.973023
XAG 0.037067
XAU 0.000466
XCD 2.901911
XDR 0.816431
XOF 660.900688
XPF 119.331742
YER 268.817881
ZAR 19.802415
ZMK 9665.197025
ZMW 28.3831
ZWL 345.752691
  • AEX

    -7.1700

    924.61

    -0.77%

  • BEL20

    -37.8900

    3868.77

    -0.97%

  • PX1

    -156.5000

    7708.02

    -1.99%

  • ISEQ

    -130.7000

    9550.51

    -1.35%

  • OSEBX

    -14.1400

    1400.14

    -1%

  • PSI20

    -95.9300

    6565.74

    -1.44%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    24.9800

    2106.95

    +1.2%

  • N150

    -73.6100

    3366.05

    -2.14%

Dans l'espace, les Russes et les Américains collaborent encore... pour l'instant
Dans l'espace, les Russes et les Américains collaborent encore... pour l'instant

Dans l'espace, les Russes et les Américains collaborent encore... pour l'instant

Sur Terre, l'invasion de l'Ukraine a porté les tensions entre les Etats-Unis et la Russie à leur comble. Mais dans l'espace, des ressortissants russes et américains cohabitent dans la Station spatiale internationale, dont le fonctionnement exige une coopération entre les deux pays.

Taille du texte:

Cette collaboration, qui a surmonté toutes les secousses diplomatiques depuis plus de 20 ans, pourrait-elle aujourd'hui s'en trouver menacée?

Jeudi, le président américain Joe Biden a annoncé des sanctions contre la Russie en riposte à son offensive militaire en Ukraine. Celles-ci "vont détériorer leur industrie aérospatiale, dont leur programme spatial, et nuire à leur capacité de construire des vaisseaux", a-t-il déclaré.

En réponse, le directeur de l'agence spatiale russe Dmitry Rogozin, habitué des déclarations tonitruantes et proche du Kremlin, a publié des tweets incendiaires, accusant les Etats-Unis de "chantage" et de vouloir "détruire la coopération" concernant l'ISS.

Or, sans la Russie, "qui sauvera l'ISS d'un désorbitage non contrôlé, et d'une chute sur les Etats-Unis ou l'Europe?", a-t-il demandé, menaçant.

Les corrections d'orbite de la Station reposent effectivement sur le système de propulsion des vaisseaux russes. Mais le segment américain comporte lui aussi des fonctions vitales indispensables.

Cette interdépendance a précisément été pensée pour empêcher "les dérapages dus à l'actualité", explique à l'AFP Julie Patarin-Jossec, auteure d'un essai sur l'ISS et ex-enseignante à l'Université d'Etat de Saint-Pétersbourg.

Moscou n'a en outre aucun intérêt à rompre les liens: "Si la Russie se retirait de l'ISS, ce qui est relativement impossible du fait de l'encadrement juridique du programme, cela voudrait dire qu'elle n'aurait plus de programme spatial habité", a ajouté la sociologue.

- Autonomie -

De son côté, la Nasa a cherché à arrondir les angles, en déclarant "continuer à travailler avec les partenaires internationaux", dont l'agence spatiale russe Roscosmos, "pour la sûreté des opérations actuelles" de l'ISS.

"Malgré le conflit en cours, la coopération spatiale civile reste un pont", a pour sa part tweeté le directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui fait également partie des partenaires internationaux de l'ISS, avec le Japon et le Canada.

Les deux Russes, quatre Américains et l'Allemand actuellement en orbite dans la Station sont très certainement au courant des tensions actuelles, selon Julie Patarin-Jossec. Mais leur entraînement leur a appris à rester pragmatiques, et la plupart sont très attachés à la dimension internationale du programme, souligne-t-elle.

Ce n'est pas la première fois que la situation ukrainienne provoque des remous spatiaux.

En 2014, après de premières sanctions américaines ayant suivi l'annexion de la Crimée, Dmitry Rogozin, alors Premier ministre russe adjoint chargé de l'espace, avait suggéré que les Etats-Unis "utilisent un trampoline pour acheminer leurs astronautes vers l'ISS".

Ils ne disposaient en effet à l'époque plus de vaisseaux américains, et utilisaient donc les fusées Soyouz russes. En 2020, après le premier vol de SpaceX vers l'ISS ayant mis fin à ce monopole, le patron de l'entreprise, Elon Musk, avait déclaré, provocateur: "le trampoline fonctionne".

L'épisode avait aussi poussé la Russie à diversifier ses approvisionnements.

Malgré les sanctions de 2014, visant déjà les "microélectroniques", "nous construisons toujours nos vaisseaux", a tweeté M. Rogozin. "Et nous continuerons à les construire en établissant une production domestique des composants nécessaires."

Selon Julie Patarin-Jossec, une grande partie de la stratégie spatiale de M. Rogozin a été consacrée à "l'autonomisation progressive de la Russie dans ces domaines, justement pour ne plus avoir besoin d'imports de l'étranger". Les conséquences des nouvelles sanctions sont ainsi "difficiles à évaluer dans l'immédiat", estime-t-elle.

- Vers la Chine -

Une conséquence moins dramatique qu'un arrêt de coopération total et immédiat pourrait consister en l'annulation de l'échange d'astronautes qui était envisagé pour l'automne. L'idée est qu'un cosmonaute russe rejoigne l'ISS à bord d'un vaisseau SpaceX, et un astronaute de la Nasa dans un Soyouz. Mais Moscou n'a pas encore formellement approuvé l'idée.

Plus largement, l'avenir de long terme de l'ISS pourrait souffrir de cette crise.

"La situation actuelle, à moins qu'elle ne soit résolue rapidement, pourrait affecter la volonté russe de rester impliqués, ou la volonté américaine de les garder impliqués", a dit à l'AFP John Logsdon, professeur au Space Policy Institute de l'université George Washington.

Les Etats-Unis ont dit vouloir prolonger l'ISS jusqu'en 2030, mais la Russie n'est pour le moment engagée que jusqu'en 2024.

Et elle a décliné de participer au programme américain Artémis de retour sur la Lune. Elle a en revanche annoncé vouloir construire sa propre station spatiale, ainsi que la construction conjointe d'une station lunaire, conjointement avec... la Chine.

(S.G.Stein--BBZ)