Berliner Boersenzeitung - L'Ukraine confirme des pourparlers avec Moscou, la "force de dissuasion" russe en alerte

EUR -
AED 3.926692
AFN 75.612186
ALL 100.219643
AMD 414.557158
ANG 1.924801
AOA 913.511566
ARS 967.447015
AUD 1.611158
AWG 1.924307
AZN 1.815231
BAM 1.955589
BBD 2.156377
BDT 125.486445
BGN 1.955624
BHD 0.402558
BIF 3070.982633
BMD 1.06906
BND 1.44695
BOB 7.379203
BRL 5.807236
BSD 1.06799
BTN 89.182284
BWP 14.393513
BYN 3.495039
BYR 20953.566579
BZD 2.152678
CAD 1.464238
CDF 3046.819662
CHF 0.955095
CLF 0.036072
CLP 995.330139
CNY 7.76297
CNH 7.791536
COP 4450.826187
CRC 558.242309
CUC 1.06906
CUP 28.330077
CVE 110.253606
CZK 24.947608
DJF 190.150349
DKK 7.459153
DOP 63.033486
DZD 143.782141
EGP 51.013693
ERN 16.035893
ETB 61.623332
FJD 2.397633
FKP 0.838786
GBP 0.845787
GEL 2.998706
GGP 0.838786
GHS 16.180252
GIP 0.838786
GMD 72.429043
GNF 9194.049852
GTQ 8.287144
GYD 223.305878
HKD 8.343106
HNL 26.41727
HRK 7.503128
HTG 141.555371
HUF 396.749128
IDR 17562.509784
ILS 4.019546
IMP 0.838786
INR 89.292501
IQD 1399.055416
IRR 44994.042289
ISK 149.101753
JEP 0.838786
JMD 166.322812
JOD 0.757641
JPY 170.761408
KES 138.30387
KGS 92.750211
KHR 4402.545024
KMF 492.355408
KPW 962.153708
KRW 1486.153028
KWD 0.327934
KYD 0.890008
KZT 497.07863
LAK 23476.573842
LBP 95637.316478
LKR 326.116298
LRD 207.298577
LSL 19.117424
LTL 3.156654
LVL 0.646663
LYD 5.177465
MAD 10.636151
MDL 19.117024
MGA 4835.500281
MKD 61.528354
MMK 3472.263617
MNT 3688.255446
MOP 8.583713
MRU 42.056654
MUR 50.07476
MVR 16.460229
MWK 1851.708637
MXN 19.362272
MYR 5.037943
MZN 68.093788
NAD 19.117424
NGN 1636.612188
NIO 39.315937
NOK 11.311639
NPR 142.691254
NZD 1.749243
OMR 0.411557
PAB 1.067985
PEN 4.064261
PGK 4.16557
PHP 62.835054
PKR 297.431662
PLN 4.326498
PYG 8039.169202
QAR 3.895197
RON 4.977112
RSD 117.043404
RUB 94.352605
RWF 1402.255086
SAR 4.006386
SBD 9.038305
SCR 15.693933
SDG 642.504597
SEK 11.248072
SGD 1.448752
SHP 1.350703
SLE 24.425127
SLL 22417.64564
SOS 610.336925
SRD 32.92379
STD 22127.373628
SVC 9.345034
SYP 2686.04457
SZL 19.109025
THB 39.31358
TJS 11.352627
TMT 3.752399
TND 3.348854
TOP 2.522713
TRY 35.090238
TTD 7.247251
TWD 34.589455
TZS 2803.463217
UAH 43.197136
UGX 4004.567423
USD 1.06906
UYU 42.065653
UZS 13498.541877
VEF 3872724.271274
VES 38.835322
VND 27208.633827
VUV 126.920858
WST 2.994024
XAF 655.889218
XAG 0.036165
XAU 0.00046
XCD 2.889187
XDR 0.810516
XOF 655.889218
XPF 119.331742
YER 267.639563
ZAR 19.289222
ZMK 9622.817719
ZMW 27.207188
ZWL 344.236729
  • AEX

    -8.5900

    925.23

    -0.92%

  • BEL20

    4.6700

    3894.05

    +0.12%

  • PX1

    -42.9600

    7628.57

    -0.56%

  • ISEQ

    -130.7700

    9414.82

    -1.37%

  • OSEBX

    -2.4000

    1406.98

    -0.17%

  • PSI20

    -80.4800

    6570.47

    -1.21%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    52.9900

    2147.48

    +2.53%

  • N150

    -36.1500

    3342.52

    -1.07%

L'Ukraine confirme des pourparlers avec Moscou, la "force de dissuasion" russe en alerte
L'Ukraine confirme des pourparlers avec Moscou, la "force de dissuasion" russe en alerte

L'Ukraine confirme des pourparlers avec Moscou, la "force de dissuasion" russe en alerte

L'Ukraine a confirmé dimanche, au quatrième jour de l'invasion russe, des pourparlers avec Moscou à la frontière ukraino-bélarusse tandis que Vladimir Poutine a annoncé mettre en alerte la force de dissuasion nucléaire de l'armée russe.

Taille du texte:

La présidence ukrainienne n'a pas précisé la date de ces pourparlers, mais la Russie a indiqué qu'ils auraient lieu dès dimanche.

Selon Kiev, la rencontre aura lieu sans "conditions préalables" à la frontière ukraino-bélarusse, "dans la région de la rivière Pripiat", près de Tchernobyl.

Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a prévenu que son pays ne "capitulera pas" face à Moscou.

Le président russe, qui a appelé l'armée ukrainienne à renverser le pouvoir à Kiev, s'était dit favorable à des discussions, à condition qu'elles se tiennent au Bélarus, pays allié qui sert de base arrière à l'invasion russe. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'était dit prêt à négocier mais pas depuis ce pays.

- Près de 400.000 réfugiés -

Le dirigeant bélarusse Alexandre Loukachenko a assuré à M. Zelensky que "les avions, hélicoptères et missiles (russes) déployés sur le territoire du Bélarus resteraient au sol pendant l'arrivée, les négociations et le départ de la délégation ukrainienne", selon la présidence ukrainienne.

Parallèlement, Vladimir Poutine a ordonné de "mettre les forces de dissuasion de l'armée russe en régime spécial d'alerte au combat". Il a invoqué "les déclarations belliqueuses de l'Otan" et critiqué les sanctions "illégitimes" prises contre la Russie par les Occidentaux qui accroissent leur pression sur Moscou.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a estimé que l'annonce visait "à faire pression sur la délégation ukrainienne" avant les pourparlers.

Sur le terrain, le flot de réfugiés fuyant l'Ukraine enfle. Depuis jeudi, quelque 368.000 réfugiés ont fui vers les pays voisins et leur nombre "continue à augmenter", a annoncé le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés. La Pologne en a accueilli plus de la moitié et l'Allemagne a rendu gratuits les trains pour tous les Ukrainiens venant de ce pays.

Le pape François a appelé à l'ouverture "urgente" de couloirs humanitaires et demandé "que les armes se taisent" en Ukraine.

- "Forces du mal" -

Les forces ukrainiennes ont repris le plein contrôle de Kharkiv (1,4 million d'habitants), deuxième ville d'Ukraine dans le Nord-Est à la frontière russe, selon le gouverneur local Oleg Sinegoubov.

Dans son sermon dominical, le patriarche orthodoxe russe Kirill a qualifié les opposants à Moscou en Ukraine de "forces du mal".

"Vassylkiv, Kiev, Cherniguiv, Soumi, Kharkiv et beaucoup d'autres villes vivent dans des conditions qu'on n'avait pas vues sur nos terres (...) depuis la Seconde guerre mondiale", a lancé tôt dimanche M. Zelensky, accusant la Russie de considérer les zones habitées "comme une cible légitime".

M. Zelensky, qui a saisi la Cour internationale de justice de La Haye, a salué la formation d'une "coalition anti-guerre" internationale pour soutenir l'Ukraine et appelé les étrangers à venir se battre "contre les criminels de guerre russes" dans une "Légion internationale" en formation.

Selon l'état-major ukrainien, l'armée russe "n'a pas atteint" son "principal objectif (qui) est de verrouiller Kiev" et a recours "au sabotage" avec "des groupes de reconnaissance qui détruisent l'infrastructure civile".

A Kiev, sous couvre-feu jusqu'à lundi 08H00 (06H00 GMT), la matinée a été calme après des affrontements durant la nuit "avec des groupes subversifs" selon le bureau du maire.

- Deux villes encerclées -

De son côté, le ministère russe de la Défense qui n'a pas fait état jusqu'à présent d'offensive sur Kiev a affirmé avoir encerclé deux grandes villes du Sud, Kherson et Berdiansk, qui comptent respectivement 290.000 et 110.000 habitants. "La ville de Guenitchesk et l'aérodrome de Tchernobaïevka près de Kherson ont également été pris sous contrôle", selon un communiqué.

Il revendique également des gains territoriaux pour les séparatistes prorusses dans l'Est, soutenus par l'armée russe et qui ont avancé, selon Moscou, de 52 km depuis le début de l'offensive.

Au total, l'armée russe assure avoir détruit 975 installations militaires ukrainiennes.

L'Onu recensait samedi au moins 64 morts parmi les civils et des centaines de milliers de personnes sans eau ou électricité.

Selon le ministère ukrainien de la Santé, au moins 198 civils, dont trois enfants, ont été tués et 1.115 personnes blessées depuis jeudi.

Des dizaines de militaires ukrainiens ont perdu la vie dans les combats. Kiev, selon qui l'armée ukrainienne a tué plus de 4.300 soldats russes, a lancé un site internet permettant aux proches des soldats russes tués de connaître leur sort. Moscou garde le silence sur ses pertes.

- Nouvelles sanctions -

Plusieurs pays dont la France, l'Allemagne, l'Autriche, l'Italie, les pays scandinaves et la Belgique ont annoncé à leur tour la fermeture de leur espace aérien aux avions russes.

Au moins 100.000 personnes manifestaient dimanche à Berlin en solidarité avec l'Ukraine.

La veille, les Occidentaux ont exclu des banques russes de la plateforme interbancaire Swift, rouage essentiel de la finance mondiale - une décision à laquelle s'est associé dimanche le Japon.

Ils ont aussi promis davantage d'armes à l'Ukraine, l'Allemagne notamment rompant avec sa politique traditionnelle de refus d'exporter des armes létales en zone de conflit. Dimanche, les Etats-Unis et l'Italie ont annoncé des aides humanitaires.

Et les Occidentaux se réservent "le droit d'imposer" de nouvelles sanctions à Moscou, a averti le chancelier allemand Olaf Scholz tout en se disant toujours ouvert à des discussions. "Le monde d'après ne sera plus le même que le monde d'avant", a-t-il insisté.

La ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, a aussi annoncé de nouvelles sanctions à venir contre les oligarques, estimant que le conflit pourrait durer "plusieurs années".

Le monde sportif met aussi la Russie à l'écart. La Fédération internationale de judo a annoncé la "suspension" du statut de président honoraire de M. Poutine.

Les boycotts de la Russie dans le sport se multiplient. La Fédération tchèque de football refusera d'affronter la Russie en vue du Mondial-2022, à l'instar de la Pologne et la Suède, la Fédération française "penche pour une exclusion de la Russie".

"Bien sûr que c'est mauvais pour le sport, et c'est un gros coup porté à la Russie. Mais je pense que c'est nécessaire, autrement notre gouvernement ne comprendra pas qu'il doit agir différemment", a commenté Guéorgui Andreev,n un étudiant de 22 ans.

Le géant américain de l'internet Google a lui "suspendu" la possibilité pour les médias financés par l'Etat russe de générer de l'argent sur ses plateformes.

burx/lch/thm

(P.Werner--BBZ)