Berliner Boersenzeitung - La Russie intensifie son offensive en Ukraine, Zelensky exhorte les Européens à agir

EUR -
AED 3.944433
AFN 75.706804
ALL 100.463167
AMD 417.088413
ANG 1.939774
AOA 917.698805
ARS 968.917779
AUD 1.620493
AWG 1.935706
AZN 1.824904
BAM 1.950126
BBD 2.173117
BDT 126.481998
BGN 1.95579
BHD 0.404789
BIF 3091.759425
BMD 1.0739
BND 1.452474
BOB 7.437361
BRL 5.75911
BSD 1.076314
BTN 89.913413
BWP 14.643531
BYN 3.522154
BYR 21048.449019
BZD 2.169427
CAD 1.476178
CDF 3055.246538
CHF 0.960024
CLF 0.035736
CLP 986.05734
CNY 7.788676
CNH 7.807842
COP 4451.854358
CRC 567.438456
CUC 1.0739
CUP 28.458362
CVE 110.715989
CZK 24.73327
DJF 190.853681
DKK 7.459667
DOP 63.79001
DZD 144.564148
EGP 51.235042
ERN 16.108507
ETB 61.776103
FJD 2.40092
FKP 0.842584
GBP 0.841917
GEL 3.076721
GGP 0.842584
GHS 16.151289
GIP 0.842584
GMD 72.783552
GNF 9240.913229
GTQ 8.360713
GYD 225.076183
HKD 8.387861
HNL 26.654472
HRK 7.537104
HTG 142.870324
HUF 397.010071
IDR 17496.738027
ILS 3.990244
IMP 0.842584
INR 89.70006
IQD 1406.809603
IRR 45197.781258
ISK 149.304433
JEP 0.842584
JMD 167.531004
JOD 0.76129
JPY 168.685058
KES 137.99432
KGS 93.556274
KHR 4421.247922
KMF 492.376756
KPW 966.510555
KRW 1478.508568
KWD 0.329086
KYD 0.896957
KZT 485.379697
LAK 23389.552082
LBP 96221.480842
LKR 327.096122
LRD 208.336631
LSL 19.792171
LTL 3.170949
LVL 0.649592
LYD 5.213759
MAD 10.699293
MDL 19.158348
MGA 4794.965607
MKD 61.6156
MMK 2308.885797
MNT 3704.956692
MOP 8.658865
MRU 42.39761
MUR 50.097404
MVR 16.59206
MWK 1861.069238
MXN 19.806666
MYR 5.058008
MZN 68.402096
NAD 19.770297
NGN 1616.220154
NIO 39.541245
NOK 11.439816
NPR 143.859099
NZD 1.744181
OMR 0.41339
PAB 1.076269
PEN 4.05773
PGK 4.127268
PHP 63.032563
PKR 299.215528
PLN 4.348557
PYG 8090.235256
QAR 3.91007
RON 4.976993
RSD 117.069157
RUB 94.367701
RWF 1419.696408
SAR 4.028789
SBD 9.082976
SCR 14.953006
SDG 629.305769
SEK 11.258622
SGD 1.451076
SHP 1.356819
SLE 24.535729
SLL 22519.157758
SOS 613.197073
SRD 33.920221
STD 22227.571329
SVC 9.41725
SYP 2698.207581
SZL 19.770671
THB 39.48843
TJS 11.596735
TMT 3.769391
TND 3.353757
TOP 2.52823
TRY 34.898536
TTD 7.314446
TWD 34.70256
TZS 2815.707937
UAH 43.852817
UGX 4014.338873
USD 1.0739
UYU 42.087741
UZS 13557.993384
VEF 3890260.833706
VES 39.072702
VND 27322.712458
VUV 127.495584
WST 3.007582
XAF 654.054014
XAG 0.037111
XAU 0.000466
XCD 2.90227
XDR 0.816532
XOF 656.695702
XPF 119.331742
YER 268.850917
ZAR 19.815558
ZMK 9666.465481
ZMW 28.386615
ZWL 345.79551
  • AEX

    -7.1700

    924.61

    -0.77%

  • BEL20

    -37.8900

    3868.77

    -0.97%

  • PX1

    -156.5000

    7708.02

    -1.99%

  • ISEQ

    -130.7000

    9550.51

    -1.35%

  • OSEBX

    -14.1400

    1400.14

    -1%

  • PSI20

    -95.9300

    6565.74

    -1.44%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    24.9800

    2106.95

    +1.2%

  • N150

    -73.6100

    3366.05

    -2.14%

La Russie intensifie son offensive en Ukraine, Zelensky exhorte les Européens à agir

La Russie intensifie son offensive en Ukraine, Zelensky exhorte les Européens à agir

L'armée ukrainienne fait face mardi à une offensive majeure des forces russes sur Kiev, Kharkiv, le port de Marioupol et d'autres villes du pays, poussant les Européens à durcir encore leurs sanctions contre la Russie, exhortés par le président ukrainien à agir.

Taille du texte:

Au sixième jour de l'invasion russe de l'Ukraine, la place centrale de Kharkiv, deuxième ville du pays avec 1,4 million d'habitants, proche de la frontière russe, a été bombardée et la préfecture régionale touchée, a indiqué le gouverneur Oleg Sinegoubov, dans une vidéo sur Telegram montrant l'explosion.

Au moins 10 personnes ont été tuées et plus de 20 blessées, selon le service ukrainien des situations d'urgence.

Des combats ont également eu lieu lundi à Okhtyrka, à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Kharkiv, qui auraient tué "environ 70 combattants ukrainiens" mais aussi de nombreux Russes, selon les autorités locales. Interrogée, l'armée ukrainienne n'a pas confirmé ce bilan.

Le président Volodymyr Zelensky a dénoncé "un crime de guerre" à Kharkiv, et souligné que la défense de Kiev était "la priorité".

Des photos satellites diffusées dans la nuit par la société américaine d'imagerie satellitaire Maxar montraient un convoi russe s'étirant sur des dizaines de kilomètres et se dirigeant vers la capitale ukrainienne depuis le nord-ouest.

L'armée russe a dit aux civils de Kiev vivant près d'infrastructures du renseignement ukrainien d'évacuer.

Témoin de l'avancée russe, les manœuvres de l'armée ukrainienne, files de camions et tanks, se resserraient à l'ouest et au nord de la capitale, a constaté l'AFP.

"Les tirs et les bombardements nous ont réveillés toute la nuit", a dit Natacha, 51 ans, qui a ouvert une cantine pour soldats et volontaires dans le village de Chaïka, à l'ouest de Kiev.

Au centre de Kiev, où la neige était tombée dans la nuit, les magasins de première nécessité encore ouverts ne désemplissaient pas. Les habitants qui n'ont pas fui ont érigé ces derniers jours des barricades et creusé des tranchées.

Les Russes semblaient également avoir progressé dans le sud du pays, sur la mer d'Azov, où se trouvent plusieurs grandes métropoles ukrainiennes.

Après une offensive sur le port de Marioupol (sud-est) qui y a coupé l'électricité mardi matin, le ministère russe de la Défense a affirmé que ses troupes qui progressaient le long de la côte depuis la Crimée et celles venues du territoire séparatiste prorusse de Donetsk avaient réussi à faire leur jonction.

L'information n'était pas immédiatement vérifiable. Peu de temps auparavant, l'armée ukrainienne avait affirmé avoir fait échouer cette tentative.

L'armée russe a aussi installé des barrages routiers aux entrées de la ville côtière de Kherson (290.000 habitants), plus à l'ouest, selon son maire, Igor Kolikhaïev. Des vidéos d'habitants publiées sur les réseaux sociaux montrent des soldats russes dans la localité.

- Nouvelles sanctions "à coup sûr"

Face à cette évolution, le président Zelensky, qui réclame une intégration "sans délai" de son pays à l'UE, a appelé les Européens à "prouver qu'ils sont avec l'Ukraine", dans une intervention au Parlement européen par visioconférence, accueillie par des ovations.

Le président du Conseil européen, Charles Michel a accusé dans son discours la Russie de "terrorisme géopolitique".

Si une intégration rapide dans l'UE semble exclue, les Européens ont indiqué lundi soir, après un nouvel échange avec le président américain Joe Biden, qu'ils étaient prêts à durcir encore les sanctions d'une ampleur déjà historique adoptées contre la Russie.

"Nous allons à coup sûr" prendre de nouvelles sanctions contre la Russie, a confirmé mardi le chancelier allemand Olaf Scholz. "Le bain de sang doit cesser", a-t-il ajouté, estimant que l'Ukraine luttait "pour sa survie".

"Nous allons provoquer l'effondrement de l'économie russe", a affirmé plus tôt le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire, dont le pays assure la présidence de l'Union européenne.

"Vladimir Poutine a sous-estimé l'unité et la détermination de l'Occident et du reste du monde", a aussi affirmé le Premier ministre britannique Boris Johnson.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé une aide humanitaire de 500 millions d'euros à l'Ukraine.

La communauté internationale s'efforce de priver la Russie de tous ses financements internationaux et de bloquer les avoirs de Vladimir Poutine et son entourage.

Moscou a riposté en adoptant lundi une série de mesures-choc pour soutenir l'économie et le rouble, tombé à des plus bas historiques. Mardi, le Premier ministre russe a indiqué préparer un nouveau décret pour enrayer la fuite des investisseurs étrangers, alors que la bourse de Moscou restait fermée.

Les marchés mondiaux - surtout européens - accusent aussi le coup de ce conflit. Les prix du pétrole continuaient notamment de monter, en amont de la réunion de mercredi de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés.

Outre les sanctions économiques, la Russie est désormais exclue d'une multitude d'évènements culturels et sportifs, y compris du Mondial de football 2022 au Qatar.

Mais malgré cette pression inédite, des manifestations contre la guerre et des témoignages de solidarité avec l'Ukraine dans de nombreux pays, M. Poutine maintient ses exigences.

Lors d'un échange lundi avec le président français Emmanuel Macron, il a posé comme conditions à l'arrêt de l'invasion la reconnaissance de la Crimée en tant que territoire russe, la démilitarisation et "dénazification" de l'Ukraine. Ce au moment où se tenaient de premiers pourparlers russo-ukrainiens.

Les délégations russe et ukrainienne se sont séparées après quelques heures pour consulter leur capitale respective, indiquant simplement qu'elles pourraient se retrouver "bientôt".

M. Zelensky a souligné mardi que "la synchronisation des tirs avec le processus de négociations était évidente".

Le Kremlin a lui jugé prématuré de "donner une appréciation" de ces premiers pourparlers.

- Un million de déplacés -

Le conflit a jeté sur les routes des , dont plus de 660.000 ont fui vers les pays voisins depuis jeudi, a indiqué mardi le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés.

Et de longues files de voitures continuaient à se diriger vers la frontière polonaise, depuis la grande ville de l'ouest de l'Ukraine, Lviv, devenue à la fois porte de sortie et centre de repli.

Des femmes s'étant repliées à Lviv, laissant les hommes de la famille "défendre l'Ukraine", s'y mobilisaient pour les soutenir, en donnant leur sang ou en confectionnant des filets de camouflage.

L'ONU estime à un million le nombre de personnes déplacées à l'intérieur de l'Ukraine, a annoncé mardi une responsable du Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR).

L'UE s'attend à plus de sept millions de personnes déplacées.

L'ampleur des pertes humaines reste incertaine. L'ONU a évoqué lundi 102 civils tués et 304 blessés, ajoutant que les chiffres réels étaient "considérablement" plus élevés.

L'Ukraine a fait état lundi de 352 civils tués et 2.040 blessés depuis jeudi et affirmé que des milliers de soldats russes avaient péri.

Les forces russes ont reconnu des pertes dans leurs rangs, sans fournir aucun bilan.

burs-cat/gkg/lpt

(T.Burkhard--BBZ)