Berliner Boersenzeitung - Discussions sur un cessez-le-feu entre la Russie et l'Ukraine, soutenue par les Etats-Unis

EUR -
AED 3.944001
AFN 75.707953
ALL 99.726144
AMD 417.036766
ANG 1.939534
AOA 918.071057
ARS 968.766229
AUD 1.617851
AWG 1.935466
AZN 1.827112
BAM 1.949885
BBD 2.172847
BDT 126.466335
BGN 1.955143
BHD 0.404701
BIF 3091.376577
BMD 1.073767
BND 1.452294
BOB 7.43644
BRL 5.760015
BSD 1.07618
BTN 89.90228
BWP 14.641717
BYN 3.521718
BYR 21045.842624
BZD 2.169159
CAD 1.475625
CDF 3054.868056
CHF 0.959932
CLF 0.035731
CLP 985.932381
CNY 7.787608
CNH 7.80608
COP 4448.618673
CRC 567.368191
CUC 1.073767
CUP 28.454838
CVE 110.706682
CZK 24.710293
DJF 190.830221
DKK 7.460107
DOP 63.755271
DZD 145.104602
EGP 51.224829
ERN 16.106512
ETB 61.741775
FJD 2.398477
FKP 0.84248
GBP 0.841577
GEL 3.071093
GGP 0.84248
GHS 16.149576
GIP 0.84248
GMD 72.774606
GNF 9239.7693
GTQ 8.359678
GYD 225.048312
HKD 8.386608
HNL 26.63128
HRK 7.53617
HTG 142.852633
HUF 396.778869
IDR 17485.229658
ILS 3.98975
IMP 0.84248
INR 89.748332
IQD 1406.6354
IRR 45192.194067
ISK 149.307299
JEP 0.84248
JMD 167.510259
JOD 0.761191
JPY 168.615872
KES 137.997284
KGS 93.544688
KHR 4420.70041
KMF 492.326658
KPW 966.390874
KRW 1478.094335
KWD 0.329045
KYD 0.896846
KZT 485.319593
LAK 23386.656054
LBP 96209.566495
LKR 327.055619
LRD 208.311013
LSL 19.757079
LTL 3.170556
LVL 0.649511
LYD 5.20769
MAD 10.680231
MDL 19.155975
MGA 4799.74117
MKD 61.487731
MMK 2308.599532
MNT 3704.497914
MOP 8.657793
MRU 42.360267
MUR 50.080443
MVR 16.546857
MWK 1861.368518
MXN 19.74048
MYR 5.054762
MZN 68.393636
NAD 19.759654
NGN 1616.02029
NIO 39.521545
NOK 11.445928
NPR 143.841285
NZD 1.740304
OMR 0.413351
PAB 1.076135
PEN 4.049191
PGK 4.177046
PHP 62.986121
PKR 299.124766
PLN 4.34806
PYG 8089.233456
QAR 3.909568
RON 4.977229
RSD 117.097625
RUB 94.353636
RWF 1417.373075
SAR 4.02829
SBD 9.081501
SCR 15.028477
SDG 629.227565
SEK 11.256198
SGD 1.450549
SHP 1.356651
SLE 24.532691
SLL 22516.369248
SOS 613.12115
SRD 33.916027
STD 22224.818925
SVC 9.416083
SYP 2697.873466
SZL 19.759333
THB 39.439394
TJS 11.595299
TMT 3.758186
TND 3.342675
TOP 2.527917
TRY 34.84096
TTD 7.31354
TWD 34.751626
TZS 2815.358965
UAH 43.847387
UGX 4013.841784
USD 1.073767
UYU 42.082529
UZS 13567.051832
VEF 3889779.109093
VES 39.068488
VND 27319.329131
VUV 127.479796
WST 3.007209
XAF 653.973023
XAG 0.037067
XAU 0.000466
XCD 2.901911
XDR 0.816431
XOF 660.900688
XPF 119.331742
YER 268.817881
ZAR 19.802415
ZMK 9665.197025
ZMW 28.3831
ZWL 345.752691
  • AEX

    -7.1700

    924.61

    -0.77%

  • BEL20

    -37.8900

    3868.77

    -0.97%

  • PX1

    -156.5000

    7708.02

    -1.99%

  • ISEQ

    -130.7000

    9550.51

    -1.35%

  • OSEBX

    -14.1400

    1400.14

    -1%

  • PSI20

    -95.9300

    6565.74

    -1.44%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    24.9800

    2106.95

    +1.2%

  • N150

    -73.6100

    3366.05

    -2.14%

Discussions sur un cessez-le-feu entre la Russie et l'Ukraine, soutenue par les Etats-Unis
Discussions sur un cessez-le-feu entre la Russie et l'Ukraine, soutenue par les Etats-Unis

Discussions sur un cessez-le-feu entre la Russie et l'Ukraine, soutenue par les Etats-Unis

La Russie s'est dite prête mercredi à discuter dès le lendemain d'un cessez-le-feu avec l'Ukraine, dont les "efforts diplomatiques" seront soutenus par les Etats-Unis, malgré la poursuite des frappes russes sur plusieurs villes ukrainiennes.

Taille du texte:

Des émissaires ukrainiens se dirigeaient d'ores et déjà vers "le lieu des négociations" au Bélarus pour une deuxième session de discussions avec leurs homologues russes, a annoncé la présidence ukrainienne.

Ces pourparlers, qui porteront notamment sur un cessez-le-feu, commenceront jeudi matin dans un lieu déterminé "ensemble" situé "non loin de la frontière avec la Pologne", a précisé le négociateur russe Vladimir Medinski.

De premières discussions lundi, également au Bélarus, n'avaient donné aucun résultat tangible, Kiev ayant réclamé l'arrêt immédiat de l'invasion, tandis que Moscou avait semblé attendre une reddition.

Le président français Emmanuel Macron a quant à lui affiché sa volonté de "rester en contact" avec son homologue russe Vladimir Poutine afin de "le convaincre de renoncer aux armes", lançant dans une allocution télévisée un vibrant "nous ne sommes pas en guerre contre la Russie".

Dans le même temps, l'Assemblée générale des Nations unies votait une résolution qui "exige que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l'Ukraine", seuls cinq pays s'y opposant et 35 s'abstenant dont la Chine, sur les 193 membres que compte cette organisation.

Dans ce texte, l'ONU demande à Moscou qu'il "retire immédiatement, complètement et sans conditions toutes ses forces militaires" du territoire ukrainien et "condamne la décision de la Russie d'accentuer la mise en alerte de ses forces nucléaires".

L'ambassadeur d'Ukraine aux Nations unies, Sergiy Kyslytsya, avait auparavant dénoncé un "génocide" en cours dans son pays, perpétré par la Russie.

Son homologue américaine, Linda Thomas-Greenfield, a pour sa part accusé Moscou de vouloir utiliser dans cette guerre de l'armement banni par les Conventions de Genève.

Et la Suède a fait état de la violation de son espace aérien par quatre avions de combat russes, près de l'île du Gotland.

- "Kiev tient et va tenir" -

Sur le terrain, au septième jour de l'offensive déclenchée par Vladimir Poutine en Ukraine, des unités aéroportées russes ont débarqué à Kharkiv, la deuxième ville du pays, située à 50 km de la frontière avec la Russie, a affirmé l'armée ukrainienne.

Après plusieurs bombardements dans le centre-ville la veille, qui ont fait au moins 21 morts selon le gouverneur régional, des bâtiments abritant des forces de sécurité et l'université ont été touchés. Au moins quatre personnes ont été tuées et neuf blessées.

La place de l'Indépendance a été la cible dans la journée d'une frappe aérienne qui a fait voler en éclats les vitres de la mairie et détruit les commerces, a constaté un journaliste de l'AFP.

A Kiev, 500 km plus à l'ouest, dont les habitants qui n'ont pas fui se préparent depuis des jours à un assaut, un calme relatif règne mercredi, après que la tour de télévision eut été prise pour cible la veille.

Plusieurs localités au nord-ouest de la capitale, dont Bucha et Gostomel, ont toutefois été bombardées, ont déploré les autorités régionales.

La survie s'organisait dans le métro de Kiev transformé en abri antiaérien.

Dans la station Dorohozhychi, proche de la tour de télévision, l'AFP a vu des dizaines de familles. Beaucoup ont passé les six dernières nuits par terre, allongées sur des draps et des serviettes.

Antonina Pouzyi, une retraitée accompagnée de ses petits-enfants, y préparait une soupe aux carottes et aux pommes de terre.

"C'est effrayant là-haut", a-t-elle dit, pointant de son couteau éplucheur le plafond. "Mes filles nous descendent à manger et les voisins apportent des gâteaux pour les petits. Tout le monde essaie d'aider".

La tour domine le quartier du parc-mémorial de Babi Yar, où furent abattus en septembre 1941, sous l'occupation nazie, plus de 33.000 juifs.

Si aucun monument en hommage aux victimes de ce massacre n'a été atteint, le président Volodymyr Zelensky, d'ascendance juive, a accusé Moscou de chercher à "effacer" l'Ukraine et exhorté les juifs "à ne pas rester silencieux".

Le maire de la capitale, l'ex-boxeur Vitaly Klitschko, a appelé tous les habitants à la résistance : "Kiev tient et va tenir".

Des bombardements ont également eu lieu à Jitomir, 150 km plus à l'ouest. L'AFP a vu mercredi des personnes fouiller les décombres d'un petit marché. Au moins trois personnes y ont été tuées et une dizaine blessées, selon des habitants de la ville.

- Le port de Marioupol dans le viseur -

L'armée russe fournissait quant à elle officiellement de premiers chiffres sur ses pertes en sept jours de combats.

"498 militaires russes sont morts (...) 1.597 de nos camarades ont été blessés", a annoncé son porte-parole Igor Konachenkov, devant les caméras de la télévision publique russe.

Dans le sud, les militaires russes ont affirmé totalement contrôler Kherson, mais la situation y restait incertaine. Le maire de cette cité, Igor Kolykhaïev, a évoqué une "catastrophe humanitaire".

Plus à l'est, à Marioupol, le principal port ukrainien de la mer d'Azov, "ça se dégrade d'heure en heure", a témoigné une de ses habitantes, Maryna, 28 ans, selon laquelle le centre-ville a été pilonné.

Si elle en prenait le contrôle, l'armée russe pourrait assurer une continuité territoriale entre ses forces en provenance de Crimée et celles arrivées des territoires séparatistes plus au nord.

Dans ce contexte, le ministère russe de la Défense a annoncé mercredi la mise en place de couloirs humanitaires pour permettre la sortie des civils des villes ukrainiennes les plus exposées, notamment Kiev, Kharkiv et Marioupol.

- Impact économique "très incertain" -

Les frappes sur Kiev et Kharkiv ont suscité une vive émotion dans le monde, où manifestations contre la guerre et gestes de solidarité avec l'Ukraine se sont multipliés ces derniers jours.

Le président américain Joe Biden a estimé dans la nuit que Vladimir Poutine, qu'il a qualifié de "dictateur", était maintenant "plus isolé que jamais du reste du monde", sur fond de forte pression internationale et de sanctions économiques inédites.

Parmi ces mesures, l'UE a confirmé mercredi que sept banques russes seraient, à compter du 12 mars, exclues du système de messagerie Swift, un rouage-clé de la finance internationale.

Le ministère américain de la Justice a parallèlement chargé des procureurs de poursuivre "les oligarques russes corrompus" et tous ceux qui violeraient les sanctions prises par Washington.

Résultat du conflit : les prix des hydrocarbures et de l'aluminium, dont la Russie est une grosse exportatrice, flambaient, avec des cours du pétrole au plus haut depuis près d'une décennie.

L'impact que cela aura sur l'économie des Etats-Unis est "très incertain", a averti mercredi Jerome Powell, le président de la banque centrale américaine.

Les autorités russes tentent pour leur part d'éviter hémorragie financière et panique : le rouble a perdu en quelques jours plus d'un tiers de sa valeur en devises étrangères. Les avions russes ne peuvent plus atterrir que dans une poignée de pays. Emplois, salaires et prêts bancaires sont potentiellement menacés.

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a reconnu mercredi "un sérieux coup", mais prédit que l'économie russe "resterait debout".

- Interpellation de manifestants en Russie -

Au plan diplomatique, l'Union européenne organise vendredi une rencontre extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de ses Etats membres avec leurs homologues américain, britannique et canadien, présents à Bruxelles dans le cadre d'une réunion de l'Otan.

Et le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken va se rendre du 3 au 8 mars en Belgique, en Pologne, dans les Pays baltes et en Moldavie pour réaffirmer le soutien de son pays face à Moscou.

En Russie, l'opposant Alexeï Navalny a, de sa prison, appelé ses concitoyens à manifester chaque jour, qualifiant Poutine de "petit tsar complètement fou".

Des dizaines de personnes ont été interpellées dans la soirée au cours de rassemblements contre l'invasion de l'Ukraine organisés à Moscou et à Saint-Pétersbourg.

Les Ukrainiens sont par ailleurs toujours plus nombreux à quitter leur pays : près de 900.000 sont déjà partis à l'étranger depuis le 24 février, a déclaré mercredi le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés.

burx-cat-bds/fjb

(Y.Berger--BBZ)