Berliner Boersenzeitung - Plus de paysans, moins de contraintes ? Le projet de loi agricole au révélateur de l'Assemblée

EUR -
AED 3.986748
AFN 77.996197
ALL 100.365182
AMD 421.557787
ANG 1.95626
AOA 923.14689
ARS 966.011532
AUD 1.633389
AWG 1.956454
AZN 1.846125
BAM 1.957461
BBD 2.19166
BDT 127.318058
BGN 1.957327
BHD 0.409189
BIF 3115.644326
BMD 1.085411
BND 1.464643
BOB 7.500366
BRL 5.574893
BSD 1.085421
BTN 90.334669
BWP 14.7275
BYN 3.552215
BYR 21274.059831
BZD 2.187957
CAD 1.483258
CDF 3039.151129
CHF 0.990651
CLF 0.035753
CLP 986.537299
CNY 7.864238
CNH 7.869226
COP 4155.637943
CRC 556.572377
CUC 1.085411
CUP 28.763397
CVE 110.358664
CZK 24.735654
DJF 193.264028
DKK 7.462523
DOP 63.804152
DZD 145.994281
EGP 51.159885
ERN 16.281168
ETB 62.364731
FJD 2.459655
FKP 0.864095
GBP 0.851788
GEL 2.952496
GGP 0.864095
GHS 15.793404
GIP 0.864095
GMD 73.536458
GNF 9330.919386
GTQ 8.434158
GYD 227.212841
HKD 8.474836
HNL 26.825768
HRK 7.576123
HTG 144.362524
HUF 387.075024
IDR 17397.513673
ILS 3.986113
IMP 0.864095
INR 90.346319
IQD 1421.906808
IRR 45655.11147
ISK 150.11003
JEP 0.864095
JMD 169.483845
JOD 0.76945
JPY 169.905933
KES 143.826411
KGS 95.510649
KHR 4425.756251
KMF 493.699306
KPW 976.869766
KRW 1476.755698
KWD 0.333145
KYD 0.904568
KZT 480.888142
LAK 23208.697807
LBP 97201.69753
LKR 325.746469
LRD 210.108486
LSL 19.852395
LTL 3.204937
LVL 0.656554
LYD 5.252458
MAD 10.796663
MDL 19.190287
MGA 4807.07989
MKD 61.658242
MMK 2279.434614
MNT 3744.668449
MOP 8.729109
MRU 43.123504
MUR 50.219541
MVR 16.769945
MWK 1881.997299
MXN 18.054567
MYR 5.106312
MZN 68.857518
NAD 19.852024
NGN 1571.135982
NIO 39.95391
NOK 11.516571
NPR 144.535671
NZD 1.770235
OMR 0.417689
PAB 1.085421
PEN 4.051138
PGK 4.21858
PHP 63.084211
PKR 302.079683
PLN 4.2636
PYG 8162.928083
QAR 3.952253
RON 4.975536
RSD 117.139783
RUB 97.899594
RWF 1427.311395
SAR 4.070955
SBD 9.226246
SCR 14.643782
SDG 652.332799
SEK 11.592951
SGD 1.463676
SHP 1.371363
SLE 24.798719
SLL 22760.531511
SOS 619.769899
SRD 35.287083
STD 22465.820731
SVC 9.498061
SYP 2727.128085
SZL 19.938923
THB 39.609365
TJS 11.690222
TMT 3.798939
TND 3.388107
TOP 2.567377
TRY 34.970093
TTD 7.366252
TWD 34.937543
TZS 2822.195081
UAH 43.360101
UGX 4151.523503
USD 1.085411
UYU 41.575286
UZS 13811.722357
VEF 3931959.150861
VES 39.618315
VND 27644.880962
VUV 128.862179
WST 3.042509
XAF 656.5142
XAG 0.035392
XAU 0.000458
XCD 2.933378
XDR 0.819996
XOF 656.5142
XPF 119.331742
YER 271.787948
ZAR 19.912694
ZMK 9770.002049
ZMW 28.73739
ZWL 349.501969
  • AEX

    3.1000

    913.61

    +0.34%

  • BEL20

    -20.3800

    3976.26

    -0.51%

  • PX1

    1.6200

    8093.52

    +0.02%

  • ISEQ

    58.3100

    10111.47

    +0.58%

  • OSEBX

    6.6700

    1424.98

    +0.47%

  • PSI20

    -11.1200

    6938.72

    -0.16%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    49.4400

    2059.11

    +2.46%

  • N150

    -7.0100

    3497.39

    -0.2%

Plus de paysans, moins de contraintes ? Le projet de loi agricole au révélateur de l'Assemblée
Plus de paysans, moins de contraintes ? Le projet de loi agricole au révélateur de l'Assemblée / Photo: Fred TANNEAU - AFP/Archives

Plus de paysans, moins de contraintes ? Le projet de loi agricole au révélateur de l'Assemblée

Réécrit pour répondre à la colère hivernale, le projet de loi agricole du gouvernement arrive mardi dans l'hémicycle de l'Assemblée, accueilli tièdement par les oppositions qui critiquent un manque d'ambition sur le foncier ou la rémunération, voire un effet potentiellement néfaste pour l'environnement.

Taille du texte:

"Il s'agit d'une brique et d'une étape de plus dans une stratégie lancée depuis 2017", défend dans La Nouvelle République le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau.

Côté syndicats, l'alliance majoritaire formée par la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs soutient la philosophie du texte, tandis que les deux autres forces représentatives y sont opposées.

La Confédération paysanne (troisième syndicat), qui défend l'urgence de la transition agroécologique, appelle à le "modifier en profondeur" et la Coordination rurale (deuxième syndicat) estime que "le compte n'y est pas" face à l'ampleur de la crise.

A l'ouverture des débats mardi en fin d'après-midi, ce sont les écologistes qui défendront une motion de rejet.

"Il n'y a aucun volet financier, aucun volet sur les revenus, rien pour la transition écologique", argue son auteure Marie Pochon, qui devrait bénéficier du soutien des socialistes. "Cette loi est une illusion", justifie leur chef de file Dominique Potier, tandis que le groupe LFI critique "une loi d'orientation de l'agrobusiness".

Les députés communistes ne devraient toutefois pas les suivre. "Cette loi passe à côté de la colère épaisse des agriculteurs, notamment sur les rémunérations" mais "il y a urgence à débattre", explique Sébastien Jumel.

Au RN, on penchait plutôt lundi pour laisser le débat se faire, quand bien même le texte est "très en dessous des attentes" pour Grégoire de Fournas. Une source au groupe LR estime également difficile d'aller "plus loin que les syndicats agricoles qui jouent l'apaisement", tout en déplorant l'absence de mesures sur la fiscalité.

Des questions renvoyées par l'exécutif à l'automne: une mission parlementaire de députés Renaissance aura rendu ses travaux sur les revenus des agriculteurs et l'exécutif aura avancé sur un deuxième texte concernant les produits phytosanitaires.

- "Intérêt général majeur" -

En attendant, le texte éclectique du gouvernement propose des mesures sur la formation, la simplification de la législation sur les haies, ou encore l'"accélération des contentieux" en cas de recours contre des projets de stockage d'eau ou de construction de bâtiments d'élevage, en dépit des alertes du Conseil d'Etat sur des "risques de constitutionnalité".

Un décret publié ce week-end est venu en parallèle réduire de quatre à deux mois le délai pour déposer un recours contre ce type de projets, suscitant l'inquiétude d'organisations environnementales, déjà opposées à la philosophie du projet de loi.

La Fondation pour la nature et l'Homme (FNH) critique notamment une "loi à rebours des défis de notre siècle".

L'article-phare du texte prévoit de consacrer "l'agriculture et la pêche" comme étant "d'intérêt général majeur", une forme d'appel aux juges administratifs à faciliter certains projets de retenues d'eau ou de bâtiments d'élevage hors-sol, quand ils sont mis en balance avec un enjeu environnemental.

Visé par plus de 800 amendements, il est paradoxalement celui qui est accueilli avec le plus de circonspection par des élus, voire des juristes, qui estiment que la protection de l'environnement ayant une valeur constitutionnelle, celle-ci prévaudra toujours sur cet intérêt général majeur inscrit dans une loi simple.

Autre point chaud: la création de groupements fonciers agricoles d'épargne, des structures qui doivent permettre de lever de l'argent auprès d'investisseurs publics ou privés et financer l'achat de terres quand de nouveaux agriculteurs n'en ont pas les moyens.

Mais une coalition d'oppositions a supprimé l'article en commission, jugeant qu'il ouvrait la porte à une "financiarisation" de l'agriculture française au profit de banques ou de fonds d'investissements, ce dont le camp présidentiel se défend.

Les rapporteurs prévoient une nouvelle formulation avec des garde-fous (limitation de la taille de l'exploitation pouvant appartenir à un même groupement financier, pas de vente avant dix ans sauf à l'exploitant, etc).

Le gouvernement prévoit également de réécrire un article qui lui permettrait de modifier par ordonnance la répression de certaines atteintes à l'environnement, en requalifiant des sanctions pénales en sanctions administratives. Il renoncerait à ces ordonnances pour inscrire noir sur blanc les adoucissements qu'il entend opérer.

L'examen du texte est programmé jusqu'au 22 mai, avec près de 4.000 amendements déposés.

(P.Werner--BBZ)