Berliner Boersenzeitung - Le hockey sur glace féminin à la peine au Canada

EUR -
AED 4.015806
AFN 77.081414
ALL 100.793644
AMD 424.462175
ANG 1.96993
AOA 958.308046
ARS 1009.13097
AUD 1.626175
AWG 1.970721
AZN 1.860099
BAM 1.9554
BBD 2.206922
BDT 128.413723
BGN 1.956086
BHD 0.412066
BIF 3146.593032
BMD 1.093326
BND 1.465248
BOB 7.552733
BRL 5.987383
BSD 1.093061
BTN 91.322425
BWP 14.769937
BYN 3.577073
BYR 21429.195077
BZD 2.203222
CAD 1.497086
CDF 3094.113117
CHF 0.966831
CLF 0.036646
CLP 1011.250126
CNY 7.938965
CNH 7.953971
COP 4373.305118
CRC 571.379764
CUC 1.093326
CUP 28.973146
CVE 110.884816
CZK 25.262833
DJF 194.306139
DKK 7.459754
DOP 64.889045
DZD 146.794386
EGP 52.695923
ERN 16.399894
ETB 63.082954
FJD 2.437241
FKP 0.842474
GBP 0.840686
GEL 2.968366
GGP 0.842474
GHS 16.869906
GIP 0.842474
GMD 74.129045
GNF 9211.273471
GTQ 8.4747
GYD 228.673535
HKD 8.536161
HNL 27.125432
HRK 7.552644
HTG 144.28489
HUF 390.999165
IDR 17646.72348
ILS 3.976444
IMP 0.842474
INR 91.394646
IQD 1432.257426
IRR 46015.362635
ISK 149.523706
JEP 0.842474
JMD 170.983945
JOD 0.77484
JPY 170.967823
KES 142.67618
KGS 92.886596
KHR 2807.106494
KMF 492.59815
KPW 983.994034
KRW 1509.92182
KWD 0.334033
KYD 0.910834
KZT 519.701595
LAK 24244.510646
LBP 97907.368044
LKR 332.02206
LRD 213.471946
LSL 19.953481
LTL 3.228308
LVL 0.661342
LYD 5.297193
MAD 10.738102
MDL 19.356606
MGA 4930.901642
MKD 61.570124
MMK 3551.081107
MNT 3771.976042
MOP 8.789167
MRU 43.432375
MUR 50.916016
MVR 16.837084
MWK 1896.920898
MXN 19.381767
MYR 5.098729
MZN 69.863539
NAD 19.9531
NGN 1765.547629
NIO 40.283635
NOK 11.740963
NPR 146.120825
NZD 1.800025
OMR 0.420902
PAB 1.093061
PEN 4.066122
PGK 4.277529
PHP 63.694458
PKR 304.493835
PLN 4.297755
PYG 8254.310972
QAR 3.980808
RON 4.970477
RSD 117.048218
RUB 96.870534
RWF 1439.91071
SAR 4.100783
SBD 9.246921
SCR 15.545938
SDG 657.089083
SEK 11.538774
SGD 1.466271
SHP 0.842474
SLE 24.979557
SLL 22926.509423
SOS 624.289813
SRD 32.402891
STD 22629.646567
SVC 9.562043
SYP 2747.015481
SZL 19.953458
THB 39.337619
TJS 11.640462
TMT 3.837575
TND 3.405685
TOP 2.581835
TRY 36.172126
TTD 7.419737
TWD 35.61018
TZS 2901.99736
UAH 45.340294
UGX 4043.856785
USD 1.093326
UYU 43.891019
UZS 13811.440156
VEF 3960631.884497
VES 39.862923
VND 27737.687709
VUV 129.801924
WST 3.065259
XAF 655.93377
XAG 0.036216
XAU 0.000446
XCD 2.954769
XDR 0.824471
XOF 658.732535
XPF 119.331742
YER 273.686901
ZAR 19.904629
ZMK 9841.245465
ZMW 28.500991
ZWL 352.050616
  • AEX

    -16.9000

    916.54

    -1.81%

  • BEL20

    11.6200

    4017.59

    +0.29%

  • PX1

    -9.1000

    7570.81

    -0.12%

  • ISEQ

    -51.0000

    9757.62

    -0.52%

  • OSEBX

    6.4100

    1431.74

    +0.45%

  • PSI20

    -10.1600

    6765.92

    -0.15%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -30.4900

    2370.47

    -1.27%

  • N150

    0.6800

    3376.24

    +0.02%

Le hockey sur glace féminin à la peine au Canada
Le hockey sur glace féminin à la peine au Canada / Photo: Cole BURSTON - AFP/Archives

Le hockey sur glace féminin à la peine au Canada

Au Canada, le hockey sur glace est roi, mais il y a peu de reines. Dans de nombreuses régions, les équipes féminines n'existent pas et il n'y a pas de championnat professionnel féminin. Mais elles sont nombreuses à se battre pour que cela change.

Taille du texte:

"Les cinq prochaines années vont rattraper les quinze dernières. Je pense que c'est le moment", veut croire Danièle Sauvageau, ex-entraîneure de l'équipe nationale canadienne et aujourd'hui directrice du centre de haute performance.

"On va voir des changements et plus de visibilité, probablement plus de sport féminin à la télé qu'on en a vu", ajoute-t-elle.

C'est tout le paradoxe, malgré une nouvelle médaille d'or olympique à Pékin, en février dernier, les hockeyeuses canadiennes sont encore peu visibles dans leur pays et le hockey reste principalement un sport d'hommes. Les femmes représentent toujours moins de 20% des pratiquants au Canada (moins de 10% au Québec).

L'introduction, en 2017, d'une forme de salarisation dans la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF) aurait pu marquer un tournant. Mais à peine deux ans plus tard, l'annonce de sa faillite a mis un terme au mouvement de professionnalisation qui semblait s'être amorcé.

"Nous revenons à l'avant-scène avec les Jeux olympiques. Mais tout est à refaire chaque quatre ans", regrette Marie-Philip Poulin, capitaine de l'équipe canadienne et triple championne olympique.

- "Il faut de la patience" -

Elle a fondé, en mai 2019, avec d'autres joueuses canadiennes et américaines l'Association des joueuses de hockey professionnelles (PWHPA). Leur but: créer une ligue nord-américaine où les joueuses seraient payées en tant que professionnelles sans avoir à travailler à côté.

"Nous y croyons. Nous luttons pour créer une ligue non seulement pour nous, mais pour les prochaines générations de joueuses. Il faut de la patience", ajoute-t-elle.

Dans les clubs féminins, les jeunes filles connaissent peu ces championnes.

"La perception des gens reste que le hockey c'est plutôt pour les garçons, mais cela change doucement", estime Kim McCullough, à la tête d'un club féminin de Toronto.

Selon un sondage récent, plus de 92% des Canadiens estiment que les filles devraient être encouragées autant que les garçons à faire du sport mais plus de 33% considèrent toujours que certains sports ne conviennent pas aux femmes.

Mais ces dernières années, "on a vu une augmentation des joueuses à tous les niveaux et c'est super, car plus nous avons de joueuses le mieux c'est pour notre sport", ajoute cette entraineure, casquette rouge de l'équipe nationale sur la tête.

- Clubs réservées aux filles -

Sur la glace, des débutantes de 7 à 14 ans, maillots vert ou rose sur le dos, glissent à toute allure d'un bout à l'autre de la patinoire, en avant et en arrière, sous les regards attentifs de leurs parents, qui immortalisent l'instant avec leur téléphone, assis derrière une vitre.

Jamie Bliss, 43 ans, a accompagné sa fille Kira, 12 ans à l'entraînement: "C'est super d'avoir toutes les filles sur la glace mais aussi d'avoir des entraîneures qui sont des femmes. Je pense que c'est génial pour elles de voir d'autres femmes les entraîner, les encourager. Cela leur donne confiance".

Avoir un modèle, c'est d'ailleurs ce qui a motivé Hallae, 10 ans. "J'ai été inspiré par la copine de mon père, elle a fait beaucoup de hockey", raconte-t-elle ajoutant aimer le jeu et la compétition.

Dans ce club de Toronto réservé aux filles, elles sont nombreuses à expliquer que cela leur permet de se sentir plus à l'aise.

"C'est plus facile parce que certains garçons peuvent parfois être méchants quand on rate quelque chose", confie Riley, huit ans.

Mais contrairement à ce club, toutes les provinces n'offrent pas la possibilité aux filles de jouer dans des équipes féminines pour découvrir le hockey. Au Québec, la plupart du temps les filles sont intégrées aux équipes de garçons.

Un récent rapport, commandé par le gouvernement québécois sur le hockey de la province francophone, a mis l'accent notamment sur la promotion du hockey féminin et prône un meilleur encadrement des joueuses. Et pour davantage de femmes à des postes stratégiques au sein de Hockey Québec.

(P.Werner--BBZ)