Berliner Boersenzeitung - Présidentielle: Macron concentré sur l'Ukraine, les candidats reçus à Matignon

EUR -
AED 3.926692
AFN 75.612186
ALL 100.219643
AMD 414.557158
ANG 1.924801
AOA 913.511566
ARS 967.447015
AUD 1.611158
AWG 1.924307
AZN 1.815231
BAM 1.955589
BBD 2.156377
BDT 125.486445
BGN 1.955624
BHD 0.402558
BIF 3070.982633
BMD 1.06906
BND 1.44695
BOB 7.379203
BRL 5.807236
BSD 1.06799
BTN 89.182284
BWP 14.393513
BYN 3.495039
BYR 20953.566579
BZD 2.152678
CAD 1.464238
CDF 3046.819662
CHF 0.955095
CLF 0.036072
CLP 995.330139
CNY 7.76297
CNH 7.791536
COP 4450.826187
CRC 558.242309
CUC 1.06906
CUP 28.330077
CVE 110.253606
CZK 24.947608
DJF 190.150349
DKK 7.459153
DOP 63.033486
DZD 143.782141
EGP 51.013693
ERN 16.035893
ETB 61.623332
FJD 2.397633
FKP 0.838786
GBP 0.845787
GEL 2.998706
GGP 0.838786
GHS 16.180252
GIP 0.838786
GMD 72.429043
GNF 9194.049852
GTQ 8.287144
GYD 223.305878
HKD 8.343106
HNL 26.41727
HRK 7.503128
HTG 141.555371
HUF 396.749128
IDR 17562.509784
ILS 4.019546
IMP 0.838786
INR 89.292501
IQD 1399.055416
IRR 44994.042289
ISK 149.101753
JEP 0.838786
JMD 166.322812
JOD 0.757641
JPY 170.761408
KES 138.30387
KGS 92.750211
KHR 4402.545024
KMF 492.355408
KPW 962.153708
KRW 1486.153028
KWD 0.327934
KYD 0.890008
KZT 497.07863
LAK 23476.573842
LBP 95637.316478
LKR 326.116298
LRD 207.298577
LSL 19.117424
LTL 3.156654
LVL 0.646663
LYD 5.177465
MAD 10.636151
MDL 19.117024
MGA 4835.500281
MKD 61.528354
MMK 3472.263617
MNT 3688.255446
MOP 8.583713
MRU 42.056654
MUR 50.07476
MVR 16.460229
MWK 1851.708637
MXN 19.362272
MYR 5.037943
MZN 68.093788
NAD 19.117424
NGN 1636.612188
NIO 39.315937
NOK 11.311639
NPR 142.691254
NZD 1.749243
OMR 0.411557
PAB 1.067985
PEN 4.064261
PGK 4.16557
PHP 62.835054
PKR 297.431662
PLN 4.326498
PYG 8039.169202
QAR 3.895197
RON 4.977112
RSD 117.043404
RUB 94.352605
RWF 1402.255086
SAR 4.006386
SBD 9.038305
SCR 15.693933
SDG 642.504597
SEK 11.248072
SGD 1.448752
SHP 1.350703
SLE 24.425127
SLL 22417.64564
SOS 610.336925
SRD 32.92379
STD 22127.373628
SVC 9.345034
SYP 2686.04457
SZL 19.109025
THB 39.31358
TJS 11.352627
TMT 3.752399
TND 3.348854
TOP 2.522713
TRY 35.090238
TTD 7.247251
TWD 34.589455
TZS 2803.463217
UAH 43.197136
UGX 4004.567423
USD 1.06906
UYU 42.065653
UZS 13498.541877
VEF 3872724.271274
VES 38.835322
VND 27208.633827
VUV 126.920858
WST 2.994024
XAF 655.889218
XAG 0.036165
XAU 0.00046
XCD 2.889187
XDR 0.810516
XOF 655.889218
XPF 119.331742
YER 267.639563
ZAR 19.289222
ZMK 9622.817719
ZMW 27.207188
ZWL 344.236729
  • AEX

    -8.5900

    925.23

    -0.92%

  • BEL20

    4.6700

    3894.05

    +0.12%

  • PX1

    -42.9600

    7628.57

    -0.56%

  • ISEQ

    -130.7700

    9414.82

    -1.37%

  • OSEBX

    -2.4000

    1406.98

    -0.17%

  • PSI20

    -80.4800

    6570.47

    -1.21%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    52.9900

    2147.48

    +2.53%

  • N150

    -36.1500

    3342.52

    -1.07%

Présidentielle: Macron concentré sur l'Ukraine, les candidats reçus à Matignon
Présidentielle: Macron concentré sur l'Ukraine, les candidats reçus à Matignon

Présidentielle: Macron concentré sur l'Ukraine, les candidats reçus à Matignon

La guerre en Ukraine rebat les cartes de la campagne présidentielle: Emmanuel Macron, dont l'annonce de candidature reste suspendue à la situation internationale, multiplie lundi les rendez-vous diplomatiques tandis que son Premier ministre reçoit des candidats contraints de se positionner, non sans quelques contorsions.

Taille du texte:

Le président sortant est pris en tenaille entre d'une part la gestion de la guerre russo-ukrainienne et d'autre part la date limite, ce vendredi, pour déposer sa candidature pour sa réélection.

Le choix du timing et de la forme de la déclaration de candidature d'Emmanuel Macron, largement favori dans les sondages, a viré au casse-tête pour lui, même si le déclenchement du conflit en Ukraine écrase la campagne et pourrait du coup se transformer en un atout pour le président dans une période d'extrême instabilité, au risque d'escamoter le débat démocratique.

Le président réunissait lundi matin un conseil de défense consacré à l'Ukraine. Il devait aussi participer dans l'après-midi à une visioconférence avec des dirigeants étrangers, "afin de poursuivre l'étroite coordination entre alliés et partenaires européens" sur le conflit en Ukraine, a annoncé l'Elysée.

Ce weekend, la France a en particulier décidé l'augmentation des livraisons d'"équipements de défense" à l'Ukraine et le renforcement des sanctions économiques et financières contre la Russie.

- Les candidats à Matignon -

De son côté, le Premier ministre Jean Castex organise lundi à 15H00 une "réunion d'information" à destination des candidats à la présidentielle autour du conflit en Ukraine et des sanctions infligées à la Russie.

L'invitation a été adressée aux seuls candidats ayant au moins 300 parrainages d'élus, excluant par exemple Christiane Taubira, qui s'en est plainte dimanche soir estimant que "cette conception de la démocratie ne l'honore pas".

L'ex-ministre de la Justice de François Hollande, qui ne récoltait que 128 parrainages au dernier décompte, a annoncé lundi matin consacrer toute se semaine à la recherche de nouvelles signatures. Elle a annulé ses autres engagements.

Tous les candidats concernés ont accepté, sauf Nathalie Arthaud (LO).

Il n'était pas clair dans l'immédiat si le leader insoumis Jean-Luc Mélenchon participerait à cette réunion ou serait représenté, alors que certains candidats comme l'écologiste Yannick Jadot ont estimé qu'il aurait été "de bon ton" d'être reçu par le président de la République et non le Premier ministre.

La candidate LR Valérie Pécresse a parlé lundi, en marge du salon de l'Agriculture, d'une "réunion souhaitable" en ajoutant que "dans ce contexte, il faut faire preuve à la fois de responsabilité et d'esprit de proposition".

L'eurodéputé Yannick Jadot a lui dit sur franceinfo qu'il en profiterait pour demander un "exercice normal de transparence" sur les livraisons d'armes à l'Ukraine par la France, dont le détail n'a pas été dévoilé.

- "Bouclier" agricole -

La guerre en Ukraine oblige aussi les candidats à chambouler leurs programmes et à se positionner sur le conflit et ses conséquences.

Le candidat d'extrême droite Eric Zemmour, qui a condamné Moscou mais dont les positions prorusses font débat, a estimé lundi sur RTL que l'arrivée de réfugiés ukrainiens risque de "déstabiliser la France", et "préfère qu'ils soient en Pologne", qu'il "faut aider" à faire face.

La candidate LR a pour sa part lancé des piques à ses adversaires d'extrême droite estimant "que tous ceux qui prônent une admiration ou ont une fascination pour Vladimir Poutine sont discrédités aujourd'hui pour présider la France".

A gauche, la socialiste Anne Hidalgo ou encore M. Jadot s'en sont eux pris ces derniers jours à M. Mélenchon, accusé lui aussi de sympathies avec Moscou avant la guerre.

Lors d'un déplacement à la Réunion ce weekend, M. Mélenchon a admis avoir "commis une erreur".

Pendant ce temps, au salon de l'Agriculture, passage obligé pour tout candidat, la crainte d'une flambée des prix était dans tous les esprits.

La question de "souveraineté agricole va se poser dans les mois qui viennent de manière aiguë", a affirmé Mme Pécresse, souhaitant la mise en place d'un "bouclier" pour protéger les agriculteurs français.

Outre Mme Pécresse, Mme Hidalgo et le communiste Fabien Roussel ont déambulé lundi matin dans les dédales du salon entre vaches et produits agricoles.

(P.Werner--BBZ)