Berliner Boersenzeitung - Ukraine : un cessez-le-feu au menu des prochains pourparlers, selon les Russes

EUR -
AED 3.946733
AFN 75.21664
ALL 99.983389
AMD 417.846513
ANG 1.937215
AOA 918.178404
ARS 973.17176
AUD 1.610476
AWG 1.935475
AZN 1.828134
BAM 1.955559
BBD 2.170403
BDT 126.294421
BGN 1.95567
BHD 0.40495
BIF 3086.904906
BMD 1.074517
BND 1.451151
BOB 7.427084
BRL 5.828188
BSD 1.074902
BTN 89.642962
BWP 14.506683
BYN 3.517781
BYR 21060.54212
BZD 2.166703
CAD 1.473223
CDF 3057.002174
CHF 0.95009
CLF 0.036317
CLP 1002.084375
CNY 7.798096
CNH 7.822444
COP 4472.678907
CRC 561.846381
CUC 1.074517
CUP 28.474713
CVE 110.621792
CZK 24.901407
DJF 190.963214
DKK 7.458322
DOP 63.715129
DZD 144.546216
EGP 51.26942
ERN 16.117762
ETB 61.526403
FJD 2.427818
FKP 0.843069
GBP 0.844999
GEL 3.051179
GGP 0.843069
GHS 16.221498
GIP 0.843069
GMD 72.798374
GNF 9240.850564
GTQ 8.340932
GYD 224.88226
HKD 8.388274
HNL 26.916525
HRK 7.541434
HTG 142.445915
HUF 396.249507
IDR 17621.87136
ILS 3.985331
IMP 0.843069
INR 89.63587
IQD 1407.617866
IRR 45223.749133
ISK 149.497377
JEP 0.843069
JMD 167.324032
JOD 0.761505
JPY 169.810826
KES 138.612958
KGS 93.806909
KHR 4437.756887
KMF 492.667897
KPW 967.06585
KRW 1486.041481
KWD 0.329468
KYD 0.895815
KZT 495.082753
LAK 23599.10124
LBP 96273.867619
LKR 328.010223
LRD 208.887188
LSL 19.328945
LTL 3.172771
LVL 0.649965
LYD 5.211527
MAD 10.704879
MDL 19.187258
MGA 4808.465622
MKD 61.616861
MMK 3489.99078
MNT 3707.085325
MOP 8.643756
MRU 42.131979
MUR 50.126303
MVR 16.543934
MWK 1861.603218
MXN 19.812171
MYR 5.061
MZN 68.441432
NAD 19.287252
NGN 1601.03132
NIO 39.515403
NOK 11.361018
NPR 143.428312
NZD 1.751415
OMR 0.413619
PAB 1.074867
PEN 4.076178
PGK 4.188738
PHP 63.169824
PKR 299.387412
PLN 4.325798
PYG 8095.26511
QAR 3.911786
RON 4.976047
RSD 117.05956
RUB 89.717595
RWF 1407.617866
SAR 4.030728
SBD 9.122198
SCR 14.700187
SDG 645.785137
SEK 11.224506
SGD 1.451571
SHP 1.357599
SLE 24.549826
SLL 22532.095834
SOS 613.550104
SRD 33.455636
STD 22240.341878
SVC 9.405102
SYP 2699.757799
SZL 19.28728
THB 39.424586
TJS 11.367321
TMT 3.771556
TND 3.36433
TOP 2.536826
TRY 34.940943
TTD 7.301303
TWD 34.735387
TZS 2820.608206
UAH 43.567642
UGX 4014.504799
USD 1.074517
UYU 42.304585
UZS 13614.135866
VEF 3892495.930237
VES 39.045324
VND 27349.155526
VUV 127.568835
WST 3.00931
XAF 655.894406
XAG 0.036104
XAU 0.000461
XCD 2.903937
XDR 0.815822
XOF 655.997268
XPF 119.331742
YER 269.005272
ZAR 19.271916
ZMK 9671.94731
ZMW 27.437509
ZWL 345.994182
  • AEX

    -3.4300

    924.78

    -0.37%

  • BEL20

    -3.8700

    3861.38

    -0.1%

  • PX1

    -58.7400

    7570.2

    -0.77%

  • ISEQ

    86.4400

    9585.07

    +0.91%

  • OSEBX

    1.1200

    1404.23

    +0.08%

  • PSI20

    -28.9100

    6541.8

    -0.44%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -8.9300

    2067.07

    -0.43%

  • N150

    -8.6800

    3328.77

    -0.26%

Ukraine : un cessez-le-feu au menu des prochains pourparlers, selon les Russes
Ukraine : un cessez-le-feu au menu des prochains pourparlers, selon les Russes

Ukraine : un cessez-le-feu au menu des prochains pourparlers, selon les Russes

Un cessez-le-feu sera au menu de nouveaux pourparlers russo-ukrainiens, jeudi, a annoncé la Russie, qui continuait dans le même temps de pilonner plusieurs villes en Ukraine et donnait un premier bilan de 500 de ses soldats tués depuis le début de l'invasion.

Taille du texte:

Des émissaires ukrainiens se dirigeaient d'ores et déjà vers "le lieu des négociations" au Bélarus pour une deuxième session de discussions, a annoncé la présidence ukrainienne.

Ces pourparlers commenceront jeudi matin dans un lieu déterminé "ensemble" situé "non loin de la frontière avec la Pologne", a précisé le négociateur russe Vladimir Medinski.

"La délégation ukrainienne est déjà partie de Kiev. Nous nous attendons à ce qu'elle soit ici demain matin", a dit ce responsable, assurant que les deux parties avaient choisi "ensemble" pour les négociations un site situé "non loin de la frontière avec la Pologne".

L'Ukraine a confirmé avoir d'ores et déjà envoyé une délégation au Bélarus.

De premiers pourparlers lundi, également au Bélarus, n'avaient donné aucun résultat tangible. Kiev réclamait l'arrêt immédiat de l'invasion, alors que Moscou semblait attendre une reddition.

Dans le même temps, l'Assemblée générale des Nations unies votait mercredi une résolution qui "exige que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l'Ukraine" : seuls cinq pays s'y opposant et 35 s'abstenant dont la Chine, sur les 193 membres que compte cette organisation.

L'ambassadeur d'Ukraine à l'ONU, Sergiy Kyslytsya, avait auparavant dénoncé un "génocide" en cours dans son pays, perpétré par la Russie.

- Bombardements intenses de Kharkiv -

Sur le terrain, au septième jour de l'offensive déclenchée par Vladimir Poutine en Ukraine, des troupes aéroportées russes ont débarqué à Kharkiv, la deuxième ville du pays, a affirmé l'armée ukrainienne.

Après plusieurs bombardements dans le centre-ville la veille, qui ont fait au moins 21 morts selon le gouverneur régional, des bâtiments des forces de sécurité et de police ont été touchés, ainsi que l'université et la mairie de cette métropole du nord-est située à 50 km de la frontière avec la Russie. Les services d'urgence ont recensé au moins quatre morts et neuf blessés.

"Il ne reste plus de zone à Kharkiv où un obus d'artillerie n'a pas encore frappé", a assuré Anton Guerachtchenko, un conseiller du ministre ukrainien de l'Intérieur.

Dans la capitale Kiev, quelque 500 km plus à l'ouest, dont les habitants qui n'ont pas fui se préparent depuis des jours à un assaut, un calme relatif règne mercredi, après des frappes la veille sur la tour de télévision, qui ont fait cinq morts.

La survie s'organisait dans le métro transformé en abri antiaérien.

Dans la station Dorohozhychi, proche de la tour de télévision, l'AFP a vu des dizaines de familles. Beaucoup ont passé les six dernières nuits par terre, allongées sur des draps et des serviettes.

Antonina Pouzyi, une retraitée descendue avec ses petits-enfants, préparait une soupe aux carottes et aux pommes de terre.

"C'est effrayant là-haut", dit-elle, pointant de son couteau éplucheur le plafond. "Mes filles nous descendent à manger et les voisins apportent des gâteaux pour les petits. Tout le monde essaie d'aider".

La tour domine le quartier du parc-mémorial de Babi Yar, où furent abattus en septembre 1941, sous l'occupation nazie, plus de 33.000 Juifs.

Si aucun monument en hommage aux victimes de ce massacre n'a été atteint, le président Volodymyr Zelensky, d'ascendance juive, a accusé Moscou de chercher à "effacer" l'Ukraine et appelé les juifs "à ne pas rester silencieux".

Le maire de la capitale, l'ex-boxeur Vitaly Klitschko, a fait état de combats dans des quartiers périphériques et appelé tous les habitants à la résistance : "Kiev tient et va tenir".

L'armée ukrainienne, qui dit avoir fait des dizaines de prisonniers depuis le début de l'offensive le 24 février, a elle invité mercredi les mères de soldats russes capturés à "venir les chercher, à Kiev".

Pendant les guerres livrées par Moscou aux indépendantistes tchétchènes dans les années 1990, les mères de soldats russes s'étaient mobilisées pour ramener leurs fils prisonniers ou morts, alimentant l'opposition au conflit.

Des bombardements ont également frappé Jitomir, à 150 km à l'ouest de Kiev. L'AFP a vu mercredi des habitants fouiller les décombres d'un petit marché. Au moins trois personnes y ont été tuées et une dizaine blessées, selon des habitants de la ville.

- Premier bilan officiel des pertes de l'armée russe -

L'armée russe fournissait pour sa part officiellement de premiers chiffres sur ses pertes en sept jours de combats.

"498 militaires russes sont morts (...) 1.597 de nos camarades ont été blessés", a dit son porte-parole Igor Konachenkov, devant les caméras de la télévision publique russe.

Dans le sud, les militaires russes ont affirmé totalement contrôler Kherson. Le maire de cette cité du sud de l'Ukraine, Igor Kolykhaïev, a évoqué une "catastrophe humanitaire", demandant l'aide des médias pour obtenir un "couloir humanitaire" afin d'évacuer les victimes et acheminer médicaments et nourriture. "Sinon la ville mourra", a-t-il écrit sur Facebook.

A Marioupol, plus à l'est, plus de cent personnes ont été blessées mardi dans des tirs russes, a fait savoir la mairie.

Si elle prend le contrôle de ce port-clé, l'armée russe peut assurer une continuité territoriale entre ses forces en provenance de Crimée et celles arrivées des territoires séparatistes du Donbass plus au nord.

Les frappes sur Kiev et Kharkiv ont suscité une vive émotion dans le monde, où manifestations contre la guerre et gestes de solidarité avec l'Ukraine se sont multipliés ces derniers jours.

Le président américain Joe Biden a estimé dans la nuit que Vladimir Poutine, qu'il a qualifié de "dictateur", était maintenant "plus isolé que jamais du reste du monde", sur fond de forte pression internationale et de sanctions économiques inédites.

Parmi ces mesures, l'UE a confirmé mercredi que sept banques russes, dont la deuxième, VTB, seraient, à compter du 12 mars, exclues du système de messagerie Swift, rouage-clé de la finance internationale.

La mesure épargne cependant la première banque russe Sberbank - dont la filiale européenne a déposé le bilan mercredi - et Gazprombank, bras financier de Gazprom.

Les émetteurs américains de cartes de paiements Visa, Mastercard et American Express ont aussi annoncé des mesures pour empêcher des banques russes d'utiliser leur réseau. Et des géants de l'économie américaine - tels ExxonMobil, Apple, Boeing ou Ford - disaient couper les ponts avec la Russie.

Les autorités russes tentent d'éviter hémorragie financière et panique : le rouble a perdu en quelques jours plus d'un tiers de sa valeur en devises. Les avions russes ne peuvent plus atterrir que dans une poignée de pays. Emplois, salaires et prêts bancaires sont potentiellement menacés.

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a reconnu "un sérieux coup" mercredi mais assuré que l'économie russe "resterait debout".

- L'économie mondiale pâtit du conflit -

Toute l'économie mondiale pâtit du conflit : les prix des hydrocarbures et de l'aluminium, dont la Russie est grosse exportatrice, flambaient, avec des cours du pétrole au plus haut depuis près d'une décennie. La décision des pays exportateurs de l'Opep+, emmenés par l'Arabie saoudite et la Russie, de ne pas augmenter plus que prévu leur production a alimenté l'envolée.

Les conséquences pour l'économie américaine sont "très incertaines", a estimé mercredi Jerome Powell, le président de la banque centrale américaine. Les Etats-Unis et d'autres pays faisaient déjà face à une accélération de d'inflation avant le conflit.

Outre les sanctions économiques, la Russie a été exclue d'une multitude d'événements sportifs et culturels, du Mondial de football 2022 à la Coupe Davis de tennis, en passant par le Festival de Cannes.

En Russie, l'opposant Alexeï Navalny a, de sa prison, appelé ses concitoyens à manifester chaque jour, qualifiant Poutine de "petit tsar complètement fou".

La fermeture mardi de deux médias indépendants de renom, la radio Echo de Moscou et la télévision en ligne Dojd, illustre quant à elle un nouveau tour de vis pour faire taire les dernières voix dissidentes et sources d'information alternatives sur le conflit.

Les Ukrainiens sont par ailleurs toujours plus nombreux à quitter leur pays : près de 900.000 sont déjà partis à l'étranger depuis le 24 février, a déclaré mercredi le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés.

burx-cat-bds/sg

(G.Gruner--BBZ)