Berliner Boersenzeitung - Fusion de l'audiovisuel public en 2026: "le moment politique est venu" pour Dati, les députés valident

EUR -
AED 3.977664
AFN 77.818796
ALL 100.136903
AMD 419.727277
ANG 1.951811
AOA 918.724306
ARS 964.120714
AUD 1.633841
AWG 1.952004
AZN 1.838987
BAM 1.953009
BBD 2.186675
BDT 127.028475
BGN 1.954491
BHD 0.408259
BIF 3108.557833
BMD 1.082942
BND 1.461312
BOB 7.483306
BRL 5.578342
BSD 1.082952
BTN 90.129204
BWP 14.694002
BYN 3.544135
BYR 21225.672253
BZD 2.18298
CAD 1.482738
CDF 3032.238735
CHF 0.989788
CLF 0.035674
CLP 984.318978
CNY 7.846357
CNH 7.860865
COP 4150.160397
CRC 555.30646
CUC 1.082942
CUP 28.697975
CVE 110.107655
CZK 24.727886
DJF 192.824451
DKK 7.461983
DOP 63.65903
DZD 145.812268
EGP 51.058244
ERN 16.244137
ETB 62.222883
FJD 2.454053
FKP 0.862129
GBP 0.85181
GEL 2.945742
GGP 0.862129
GHS 15.757482
GIP 0.862129
GMD 73.368923
GNF 9309.696329
GTQ 8.414975
GYD 226.696049
HKD 8.456941
HNL 26.764753
HRK 7.558891
HTG 144.034173
HUF 386.967954
IDR 17405.75516
ILS 3.978568
IMP 0.862129
INR 90.198657
IQD 1418.672699
IRR 45551.265612
ISK 150.107117
JEP 0.862129
JMD 169.098356
JOD 0.7677
JPY 170.109643
KES 143.760914
KGS 95.293416
KHR 4415.689925
KMF 492.576335
KPW 974.647888
KRW 1479.657025
KWD 0.332453
KYD 0.90251
KZT 479.794368
LAK 23155.90992
LBP 96980.613509
LKR 325.005563
LRD 209.630603
LSL 19.806775
LTL 3.197648
LVL 0.655061
LYD 5.240511
MAD 10.772107
MDL 19.146639
MGA 4796.146248
MKD 61.438134
MMK 2274.250069
MNT 3736.151248
MOP 8.709254
MRU 43.025335
MUR 50.107408
MVR 16.731186
MWK 1877.71672
MXN 18.099683
MYR 5.094703
MZN 68.760578
NAD 19.807026
NGN 1563.76921
NIO 39.863035
NOK 11.537328
NPR 144.206927
NZD 1.771234
OMR 0.416748
PAB 1.082952
PEN 4.041924
PGK 4.208985
PHP 63.087357
PKR 301.392606
PLN 4.261269
PYG 8144.361607
QAR 3.943265
RON 4.976149
RSD 117.160251
RUB 97.68574
RWF 1424.064994
SAR 4.061665
SBD 9.205261
SCR 14.605571
SDG 650.848651
SEK 11.616025
SGD 1.463067
SHP 1.368243
SLE 24.742314
SLL 22708.762972
SOS 618.360121
SRD 34.953593
STD 22414.722509
SVC 9.476458
SYP 2720.925267
SZL 19.893572
THB 39.657326
TJS 11.663633
TMT 3.790299
TND 3.380402
TOP 2.561538
TRY 34.87718
TTD 7.349497
TWD 34.918717
TZS 2815.776016
UAH 43.261479
UGX 4142.080915
USD 1.082942
UYU 41.480724
UZS 13780.307771
VEF 3923015.959957
VES 39.528203
VND 27582.003033
VUV 128.569084
WST 3.035588
XAF 655.020967
XAG 0.035768
XAU 0.000462
XCD 2.926706
XDR 0.818131
XOF 655.020967
XPF 119.331742
YER 271.174654
ZAR 19.982992
ZMK 9747.785718
ZMW 28.672027
ZWL 348.707031
  • AEX

    3.7300

    914.27

    +0.41%

  • BEL20

    -20.7800

    3975.74

    -0.52%

  • PX1

    10.5200

    8102.33

    +0.13%

  • ISEQ

    68.3600

    10121.94

    +0.68%

  • OSEBX

    6.6700

    1424.98

    +0.47%

  • PSI20

    -25.7200

    6924.65

    -0.37%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -23.4700

    2035.42

    -1.14%

  • N150

    -7.7100

    3496.68

    -0.22%

Fusion de l'audiovisuel public en 2026: "le moment politique est venu" pour Dati, les députés valident
Fusion de l'audiovisuel public en 2026: "le moment politique est venu" pour Dati, les députés valident / Photo: Ludovic MARIN - AFP/Archives

Fusion de l'audiovisuel public en 2026: "le moment politique est venu" pour Dati, les députés valident

"Le moment politique est venu" pour une "fusion" de France Télévisions et Radio France en 2026, a martelé mardi la ministre de la Culture Rachida Dati devant les députés qui ont dans la soirée approuvé en commission le principe de ce big bang de l'audiovisuel public.

Taille du texte:

Après une "phase intermédiaire" sous un régime de holding en 2025, "la finalité" de cette réforme est "l'entreprise unique", rassemblant France Télévisions, Radio France, France Médias Monde (RFI, France 24) et l'Ina (Institut national de l'audiovisuel) au 1er janvier 2026, a rappelé Mme Dati.

L'amendement clé a été adopté par 30 voix pour, 18 contre, celles de la gauche et du MoDem. L'allié de la majorité présidentielle appelle à ne pas aller "trop loin trop vite".

"Le sujet est mûr", plaide pour sa part la ministre. D'après elle, l'audiovisuel public dispose de "forces indéniables" mais aujourd'hui "dispersées", ce qui l'expose à un "risque d'affaiblissement" face à la concurrence des plateformes internationales comme Netflix.

La société géante aurait un budget de quatre milliards d'euros et la réforme concernerait 16.000 salariés.

Sujet récurrent depuis l'élection d'Emmanuel Macron en 2017, cette réforme d'ampleur a pris corps à la vitesse de l'éclair ces derniers mois.

Dès sa prise de fonction en janvier, la ministre avait dit vouloir "rassembler les forces" de l'audiovisuel public en allant plus loin que les rapprochements en cours entre France Télévisions et Radio France.

Les députés de la commission des Affaires culturelles ont cependant exclu France Médias Monde (FMM) de la future holding, lors d'un vote serré. "FMM ne répond pas du tout aux mêmes objectifs et aux mêmes enjeux", a fait valoir Martine Froger (groupe Liot). Cependant, les parlementaires pourraient revenir ultérieurement sur cette disposition.

- Grève en vue -

Le texte, validé dans la nuit en commission, doit passer en première lecture dans l'hémicycle les 23 et 24 mai, sauf embouteillage législatif qui la repousserait au 24 juin voire à septembre. Opposés au projet, les syndicats de Radio France ont déjà appelé à la grève pour les deux journées de mai.

Pour garantir une adoption, la ministre, issue du parti Les Républicains (LR), a repris à son compte un texte adopté en juin 2023 au Sénat, dominé par la droite. Porté par Laurent Lafon (Union centriste), il prévoit la création d'une simple holding nommée France Médias.

Mardi, le député LR Maxime Minot a manifesté "le soutien" de son groupe au projet et à "son ambition". Le groupe RN y est également favorable.

La gauche, elle, est vent debout contre la réforme.

C'est "l'aboutissement du dénigrement et de l'affaiblissement" du service public à l’œuvre depuis l'arrivée d'Emmanuel Macron au pouvoir, a estimé l'insoumise Ségolène Amiot.

Le gouvernement avance "à l'aveugle", avec une politique "au doigt mouillé", a lancé le socialiste Iñaki Echaniz. "C'est pas le retour de l'ORTF qui va nous permettre de concurrencer Netflix", a renchéri l'écologiste Sophie Taillé-Polian.

- la publicité, point dur -

Le chef de l'Etat avait prôné un rapprochement dès 2017 en dressant un constat sévère sur l'audiovisuel public. Franck Riester, prédécesseur de Mme Dati, avait porté en 2019 un projet de holding stoppé par le Covid-19.

La ministre assure qu'il faut faire la réforme au plus vite, avant la fin du mandat de la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte Cunci, en 2025.

Mais, selon un acteur du secteur, c'est aussi un moyen pour elle d'avoir "un bilan" à la Culture avant de briguer la mairie de Paris en 2026.

Pour rassurer sur le plan financier, le député Renaissance Quentin Bataillon a préparé avec Jean-Jacques Gaultier (LR) un texte actant un fléchage pérenne depuis le budget de l'Etat au profit de l'audiovisuel public ("prélèvement sur recettes"), sur le modèle du financement des collectivités.

Depuis la suppression de la redevance en 2022, le secteur est financé par une fraction de TVA, selon un mécanisme provisoire.

Le sujet sensible de la publicité a aussi animé les échanges en commission. Un amendement gouvernemental projetant de déplafonner les recettes publicitaires de l'audiovisuel public a été adopté. Mais le sujet doit être retravaillé, se sont engagés les parlementaires.

Les acteurs privés de l'audiovisuel sont farouchement opposés à ce déplafonnement et les députés LR en font un point dur. "C'est une course à l'audience, et la logique commerciale n'est pas celle du service public", a prévenu Jean-Jacques Gaultier.

(Y.Yildiz--BBZ)