Berliner Boersenzeitung - Nouvelle-Calédonie: un mort lors d'une nouvelle nuit d'émeutes, lés députés votent la révision constitutionnelle

EUR -
AED 3.987017
AFN 77.869411
ALL 100.412136
AMD 420.250791
ANG 1.954036
AOA 920.877782
ARS 965.218555
AUD 1.636733
AWG 1.95658
AZN 1.849627
BAM 1.956036
BBD 2.189165
BDT 127.17537
BGN 1.959782
BHD 0.408949
BIF 3112.176134
BMD 1.085481
BND 1.463977
BOB 7.491905
BRL 5.608903
BSD 1.084231
BTN 90.115691
BWP 14.73078
BYN 3.548229
BYR 21275.431322
BZD 2.185464
CAD 1.484016
CDF 3050.202536
CHF 1.000585
CLF 0.035751
CLP 986.469223
CNY 7.861099
CNH 7.882748
COP 4195.107015
CRC 555.867181
CUC 1.085481
CUP 28.765252
CVE 110.278328
CZK 24.653887
DJF 193.043331
DKK 7.471046
DOP 63.847717
DZD 145.87063
EGP 51.153182
ERN 16.282218
ETB 62.296329
FJD 2.461492
FKP 0.86415
GBP 0.857105
GEL 2.942078
GGP 0.86415
GHS 15.774907
GIP 0.86415
GMD 73.568531
GNF 9320.126419
GTQ 8.422018
GYD 226.837415
HKD 8.478807
HNL 26.793238
HRK 7.576611
HTG 144.147421
HUF 384.325891
IDR 17416.545692
ILS 3.972042
IMP 0.86415
INR 90.158711
IQD 1420.271652
IRR 45671.621447
ISK 150.01764
JEP 0.86415
JMD 169.680507
JOD 0.769502
JPY 170.371743
KES 141.4871
KGS 95.474262
KHR 4422.534502
KMF 494.599921
KPW 976.932742
KRW 1483.531255
KWD 0.333254
KYD 0.903509
KZT 480.208037
LAK 23205.804625
LBP 97091.034301
LKR 324.789254
LRD 210.122064
LSL 20.060106
LTL 3.205144
LVL 0.656597
LYD 5.253635
MAD 10.814807
MDL 19.234325
MGA 4804.580676
MKD 61.627448
MMK 2276.87518
MNT 3744.909859
MOP 8.725054
MRU 43.137434
MUR 49.996042
MVR 16.78195
MWK 1879.827194
MXN 18.127323
MYR 5.114249
MZN 68.932104
NAD 20.060102
NGN 1593.986117
NIO 39.904823
NOK 11.487496
NPR 144.185426
NZD 1.773228
OMR 0.41755
PAB 1.084231
PEN 4.05329
PGK 4.213509
PHP 63.179894
PKR 301.615653
PLN 4.264167
PYG 8154.985601
QAR 3.952784
RON 4.978238
RSD 117.16106
RUB 99.457256
RWF 1425.772317
SAR 4.07034
SBD 9.199654
SCR 14.818791
SDG 652.374563
SEK 11.793265
SGD 1.465512
SHP 1.371452
SLE 24.800317
SLL 22761.998832
SOS 619.810126
SRD 35.033367
STD 22467.269053
SVC 9.487147
SYP 2727.303897
SZL 19.933409
THB 39.775328
TJS 11.687813
TMT 3.810039
TND 3.385345
TOP 2.56695
TRY 34.950436
TTD 7.36289
TWD 35.002973
TZS 2818.940694
UAH 43.51826
UGX 4125.498603
USD 1.085481
UYU 41.725043
UZS 13783.665877
VEF 3932212.63556
VES 39.620872
VND 27648.291388
VUV 128.870487
WST 3.042705
XAF 656.036288
XAG 0.035773
XAU 0.000465
XCD 2.933568
XDR 0.818999
XOF 656.036288
XPF 119.331742
YER 271.75061
ZAR 19.993978
ZMK 9770.63718
ZMW 28.937497
ZWL 349.5245
  • AEX

    0.9100

    915.21

    +0.1%

  • BEL20

    -5.9600

    3969.92

    -0.15%

  • PX1

    -7.2900

    8094.97

    -0.09%

  • ISEQ

    -49.6000

    10071.84

    -0.49%

  • OSEBX

    -1.5700

    1423.46

    -0.11%

  • PSI20

    -24.2400

    6900.34

    -0.35%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    10.3800

    2045.74

    +0.51%

  • N150

    12.5900

    3509.44

    +0.36%

Nouvelle-Calédonie: un mort lors d'une nouvelle nuit d'émeutes, lés députés votent la révision constitutionnelle

Nouvelle-Calédonie: un mort lors d'une nouvelle nuit d'émeutes, lés députés votent la révision constitutionnelle

Une personne a été tuée par balle dans la nuit de mardi à mercredi lors d'une deuxième nuit consécutive d'émeutes en Nouvelle-Calédonie, alors que les députés votaient à Paris la révision constitutionnelle du corps électoral à l'origine de la colère du camp indépendantiste.

Taille du texte:

Selon le représentant de l'Etat dans l'archipel français du Pacifique Sud, cette personne, touchée par des tirs avec deux autres personnes, est décédée des suites de ses blessures à l'hôpital de Nouméa.

Le Haut-commissaire de la République, Louis Le Franc, a précisé devant la presse que la victime n'avait pas été victime "d'un tir de la police ou de la gendarmerie, mais de quelqu'un qui a certainement voulu se défendre".

Malgré le couvre-feu mis en place dans la principale ville du territoire dès 18h00 locales mardi (9h00 à Paris), les graves violences qui ont débuté lundi dans l'archipel ont repris dès la nuit tombée, marquée par de nombreux incendies, pillages et échanges de tirs, y compris contre les forces de l'ordre.

Plusieurs bâtiments publics de Nouméa ont brûlé dans la nuit, a constaté un correspondant de l'AFP.

Des voitures accidentées ou calcinées étaient également visibles un peu partout dans les rues, alors que des camions transportant des gendarmes mobiles, entre autres forces de l'ordre, sillonnaient la ville.

"On est dans une situation que je qualifierais d'insurrectionnelle", a déploré M. Le Franc, "L'heure doit être à l'apaisement (...) l'appel au calme est impératif", a-t-il insisté. "Je vous laisse imaginer ce qui va se passer si des milices se mettaient à tirer sur des gens armés".

- Vote à l'Assemblée -

Le Haut-commissaire a fait état de plusieurs "échanges de tirs de chevrotine entre les émeutiers et les groupes de défense civile à Nouméa et Paita" et d'une "tentative d'intrusion à la brigade (de gendarmerie) de Saint-Michel".

Les forces de l'ordre ont procédé à un total de 140 interpellations dans la seule agglomération de Nouméa, selon un nouveau bilan dressé par Louis Le Franc.

En métropole, l'Assemblée nationale a adopté dans la nuit de mardi à mercredi par 351 voix contre 153 le texte qui élargit le corps électoral. La réforme devra encore réunir les trois cinquièmes des voix des parlementaires réunis en Congrès à Versailles.

Dans un courrier adressé mercredi aux représentants calédoniens condamnant des violences "indigne(s)" et appelant au "calme", Emmanuel Macron a précisé que le Congrès se réunirait "avant la fin juin", à moins qu'indépendantistes et loyalistes ne se mettent d'accord d'ici là sur un texte plus global.

Le projet de loi constitutionnelle vise à élargir le corps électoral aux élections provinciales, cruciales dans l'archipel. Les partisans de l'indépendance jugent que ce dégel risque de "minoriser encore plus le peuple autochtone kanak".

Devant la presse, le président indépendantiste du gouvernement du territoire, Louis Mapou, a "pris acte" mercredi de la réforme votée à Paris mais déploré une "démarche qui impacte lourdement notre capacité à mener les affaires de la Nouvelle-Calédonie".

- "Appel au calme" -

"Nous lançons un appel au calme", a poursuivi Louis Mapou. "Les mobilisations doivent se passer dans un cadre", a enchaîné le président du sénat coutumier Victor Gogny, "Depuis deux jours on est sorti de ce cadre et le pays est en feu. Il faut revenir dans ce cadre et que tout se calme".

Dans un courrier adressé au chef de l'Etat, la principale figure du camp non-indépendantiste, l'ex-secrétaire d'Etat Sonia Backès, a demandé de son côté au chef de l'Etat de déclarer l'état d'urgence, "notamment en engageant l’armée aux côtés des forces de police et de gendarmerie". "Nous sommes en état de guerre civile", a-t-elle déploré.

Mercredi matin, faute d'approvisionnement des commerces, les pénuries alimentaires ont provoqué de très longues files d'attente devant les magasins. Certains à Nouméa étaient pris d'assaut, d'autres étaient quasiment vides, n'ayant plus de pain ni de riz à vendre.

Dans les quartiers, la débrouille s'organise. "Nous nous sommes organisés spontanément", a expliqué à l'AFP David, un habitant du quartier de Ouema qui a souhaité garder l'anonymat. "Hier en fin de journée, des gens ont essayé de faire entrer quatre barils d'essence. Nous filtrons la circulation la journée", a-t-il indiqué, alors que certains habitants se sont "armés" de clubs de golf ou de cannes de croquet.

A Tuband, un autre quartier de Nouméa, des habitants patrouillaient armés de bâtons ou de battes de base-ball, encagoulés ou casqués.

"Nous sommes là depuis hier pour protéger la ville", a affirmé Sébastien, 42 ans, habite la Vallée des Colons, près de Tuband. "Les flics sont débordés alors on essaye de se protéger et des que ça chauffe, nous prévenons les flics pour qu'ils viennent nous aider. On essaye de faire en sorte que chaque quartier ait sa milice", a-t-il expliqué à l'AFP.

- Renforts -

Dans un bilan provisoire rendu public mardi, le ministre de l'Intérieur et des Outre-mer Gérald Darmanin a fait état de "plus de 70 policiers et gendarmes blessés" dans les violences. Et "80 chefs d'entreprises ont vu leur outil de production brûlé ou détruit", a-t-il précisé devant l'Assemblée mardi.

Les premières altercations entre manifestants et forces de l'ordre ont commencé dans la journée de lundi, en marge d'une mobilisation indépendantiste contre la réforme constitutionnelle.

Dans la crainte d'un enlisement, des éléments du GIGN, du RAID (son équivalent pour la police), quatre escadrons de gendarmes mobiles et deux sections de la CRS 8, une unité spécialisée dans la lutte contre les violences urbaines, ont été mobilisés.

D'autres renforts étaient en cours d'acheminement dans l'archipel, selon Gérald Darmanin.

Cinquante membres du GIGN vont être envoyés en Nouvelle-Calédonie d'ici la fin de la semaine, a précisé une source proche du dossier à l'AFP, ce qui portera à une centaine les effectifs de l'unité d'élite de la gendarmerie dans l'archipel.

L'aéroport de Nouméa est fermé depuis lundi jusqu'à nouvel ordre. Le Haut-commissaire a indiqué mercredi qu'il avait demandé le renfort de l'armée pour le protéger.

bur-md-pa/vk

(H.Schneide--BBZ)