Berliner Boersenzeitung - Pendant la guerre, les affaires continuent via le Bosphore

EUR -
AED 4.015568
AFN 77.462602
ALL 100.23676
AMD 424.436429
ANG 1.969812
AOA 954.017417
ARS 1008.815402
AUD 1.621988
AWG 1.968416
AZN 1.86165
BAM 1.955282
BBD 2.206789
BDT 128.406009
BGN 1.954876
BHD 0.41207
BIF 3147.099456
BMD 1.093261
BND 1.46516
BOB 7.552279
BRL 5.947639
BSD 1.092996
BTN 91.316938
BWP 14.769049
BYN 3.576858
BYR 21427.907663
BZD 2.20309
CAD 1.494799
CDF 3104.860599
CHF 0.969329
CLF 0.036075
CLP 995.410813
CNY 7.936198
CNH 7.94833
COP 4350.00738
CRC 571.345437
CUC 1.093261
CUP 28.971406
CVE 110.254471
CZK 25.292581
DJF 194.594297
DKK 7.459563
DOP 64.493841
DZD 146.677282
EGP 52.705875
ERN 16.398909
ETB 62.771205
FJD 2.433871
FKP 0.842423
GBP 0.839028
GEL 2.968217
GGP 0.842423
GHS 16.853082
GIP 0.842423
GMD 74.095741
GNF 9413.508082
GTQ 8.474191
GYD 228.659797
HKD 8.535731
HNL 27.066835
HRK 7.55219
HTG 144.276222
HUF 391.338091
IDR 17631.06828
ILS 3.968727
IMP 0.842423
INR 91.355971
IQD 1431.763269
IRR 46026.271127
ISK 149.30625
JEP 0.842423
JMD 170.973672
JOD 0.774795
JPY 171.200279
KES 142.124422
KGS 92.881012
KHR 4488.571347
KMF 494.20844
KPW 983.934918
KRW 1507.890108
KWD 0.334035
KYD 0.91078
KZT 519.670372
LAK 24209.688007
LBP 97875.553014
LKR 332.002113
LRD 213.125748
LSL 19.882001
LTL 3.228114
LVL 0.661302
LYD 5.284495
MAD 10.743274
MDL 19.355443
MGA 4917.530382
MKD 61.61757
MMK 3550.867767
MNT 3771.749431
MOP 8.788639
MRU 43.262548
MUR 50.913229
MVR 16.832832
MWK 1895.149676
MXN 19.437405
MYR 5.09842
MZN 69.859342
NAD 19.882001
NGN 1765.441372
NIO 40.236158
NOK 11.760511
NPR 146.112046
NZD 1.79696
OMR 0.420867
PAB 1.092996
PEN 4.060512
PGK 4.279591
PHP 63.695524
PKR 304.422814
PLN 4.295164
PYG 8253.815073
QAR 3.987045
RON 4.968103
RSD 117.037884
RUB 96.371801
RWF 1431.210956
SAR 4.100477
SBD 9.246366
SCR 14.832327
SDG 657.049748
SEK 11.511668
SGD 1.465762
SHP 0.842423
SLE 24.978056
SLL 22925.132054
SOS 624.640348
SRD 32.463288
STD 22628.287033
SVC 9.561469
SYP 2746.850447
SZL 19.877102
THB 39.283591
TJS 11.639763
TMT 3.837345
TND 3.391702
TOP 2.58168
TRY 36.182875
TTD 7.419291
TWD 35.551191
TZS 2901.823052
UAH 45.33757
UGX 4043.61384
USD 1.093261
UYU 43.888382
UZS 13753.359249
VEF 3960393.939438
VES 39.875717
VND 27686.82457
VUV 129.794125
WST 3.065075
XAF 655.894363
XAG 0.035359
XAU 0.000443
XCD 2.954591
XDR 0.824421
XOF 655.894363
XPF 119.331742
YER 273.670464
ZAR 19.87209
ZMK 9840.662648
ZMW 28.499278
ZWL 352.029466
  • AEX

    -12.2300

    921.22

    -1.31%

  • BEL20

    -4.8100

    4001.82

    -0.12%

  • PX1

    -35.6300

    7544.29

    -0.47%

  • ISEQ

    -33.3500

    9774.53

    -0.34%

  • OSEBX

    -0.1400

    1425.2

    -0.01%

  • PSI20

    -2.0300

    6773.62

    -0.03%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    16.2200

    2401.01

    +0.68%

  • N150

    -8.7800

    3366.61

    -0.26%

Pendant la guerre, les affaires continuent via le Bosphore
Pendant la guerre, les affaires continuent via le Bosphore / Photo: Ozan KOSE - AFP

Pendant la guerre, les affaires continuent via le Bosphore

Parmi les hautes silhouettes qui glissent sur le Bosphore, au cœur d'Istanbul, cargos et pétroliers poursuivent leurs rotations vers les ports russes et ukrainiens. Comme si la guerre qui sévit à deux jours de navigation plus au nord n'existait pas.

Taille du texte:

Aux portes de la Mer Noire, le commerce bat son plein et passe par la Turquie.

L'ambassadeur d'Ukraine à Ankara Vasyl Bodnar l'a d’ailleurs accusée, vendredi, d'acheter des céréales "volées sans vergogne" à son pays et exportées depuis les ports de Crimée, annexée par Moscou en 2014.

Après le début de l'offensive russe en Ukraine et les premières sanctions, les gros bâtiments des compagnies internationales se sont progressivement retirés au profit de bateaux plus modestes, mais plus nombreux, et leur total reste stable (autour de 40.000 avant guerre, selon les observateurs.

Depuis sa terrasse en surplomb du Bosphore, voie de passage unique pour le trafic entre Mer Noire et Méditerranée, Yörük Isik les suit à la trace.

"Rien qu'en mai, on a compté au moins une dizaine de passages dont deux allers-retours de trois bâtiments battant pavillon russe... Sans oublier ceux qu'on aurait collectivement ratés", assure ce "veilleur". "Deux encore ce matin".

Tout en condamnant rapidement l'offensive russe en Ukraine, la Turquie a opté pour la neutralité entre les deux pays et ne s'est pas jointe aux sanctions occidentales contre Moscou.

Elle a banni le passage des bateaux militaires dès fin février sur les détroits du Bosphore et des Dardanelles, appliquant ainsi la Convention de Montreux. Mais ce Traité de 1936, ne l'autorise pas à intercepter des navires de commerce ni à les fouiller, fait valoir une source diplomatique à Ankara.

- Corridors -

"Nous n'observons leur parcours que sur 10 km, avant leur entrée et après leur sortie" se défend cette source sous couvert d'anonymat.

Un flou qui arrange bien Ankara, estime Elizabete Aunina, de l'Université d'Amsterdam: "Le libellé vague du Traité de Montreux ouvre de nombreuses interprétations: il n'envisage pas les cargos qui pourraient se livrer au pillage. La Turquie a donc intérêt à s'en tenir à l'interprétation la plus basique", juge-t-elle.

En revanche, l'Union européenne ayant décrété un embargo sur les importations russes, il est plus étonnant de voir des tankers sous pavillon grec ou maltais remonter le Bosphore, puis la Mer Noire, jusqu'aux ports russes.

Avec quelques applications de suivi en temps réel et libres d'accès (open source), un solide réseau de correspondants - activistes russes et ukrainiens, ONG) - et des images satellites, Yörük Isik "suit les bateaux de bout en bout, du chargement jusqu'à l'arrivée".

Certains cargos chargent le blé dans les ports d'Ukraine sous blocus russe comme Odessa, Tchornomorsk ou Marioupol, affirme-t-il. Empruntent le Bosphore, direction la Syrie - où la Russie conserve une base opérationnelle - puis le Liban ou l'Egypte.

Le "veilleur" a aussi identifié une flottille de vieux bateaux turcs, "jamais vus auparavant dans la région", qui apparaissent soudain sous pavillon de complaisance dans le port russe de Novorossiysk et qu'il soupçonne d'opérer au profit de commanditaires russes.

Il égrène quelques noms bien turcs: Kocatepe (devenu tanzanien), Barbaros (Guinée Equatoriale), Hizir (Malte), Sampiyon Trabzonspor (Cameroun)...

Ainsi, sans attendre l'instauration éventuelle de "corridors marins" que fait mine d'accepter Moscou - son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov arrive en Turquie mercredi pour en discuter - du blé ukrainien s'écoule tranquillement sous l'autorité de Moscou.

- Privés d'assurance -

"Nous avons ces informations, mais pas le droit d'arrêter ou de fouiller les bateaux de commerce, sauf s'il y a menace pour la Turquie", reprend la source diplomatique sans démentir ces accusations.

"Si la Russie exporte des produits ukrainiens, rien n'autorise la Turquie à arrêter les bateaux", confirme encore Yücel Acer, professeur de droit international à l'université d'Ankara. "A moins d'une résolution des Nations Unies", - hypothèse vaine tant que la Russie siège au Conseil de sécurité, reconnait-il.

Selon son ambassadeur, Kiev a "demandé l'aide de la Turquie", pour faire cesser les exportations frauduleuses de céréales.

Sans l'admettre ouvertement, la commission européenne a elle aussi relevé des trous dans le filet et s'apprête à donner un nouveau tour de vis, confie une source à Bruxelles: un nouveau train de sanctions contre Moscou va priver les opérateurs européens de leur assurance si leurs bateaux sont pris la main dans le sac.

"La plupart de ces bateaux sont couverts par des assurances européennes et britanniques: avec ce nouveau paquet, ils ne seront plus en mesure de les utiliser", explique cette source sous couvert d'anonymat qui annonce "un impact significatif" du dispositif.

Mais Ankara pourrait faire plus, insiste Elizabete Aunina: "après l'annexion de la Crimée, la Turquie avait interdit les bateaux provenant de Crimée dans ses ports: elle pourrait très bien faire de même aujourd'hui".

"Mais elle a choisi une interprétation basique de la Convention de Montreux pour ne pas avoir à s'impliquer dans le conflit" avance-t-elle.

(O.Joost--BBZ)