Berliner Boersenzeitung - Le 6 janvier 2021, le jour où la démocratie américaine a tremblé

EUR -
AED 4.015806
AFN 77.081414
ALL 100.793644
AMD 424.462175
ANG 1.96993
AOA 958.308046
ARS 1009.13097
AUD 1.626175
AWG 1.970721
AZN 1.860099
BAM 1.9554
BBD 2.206922
BDT 128.413723
BGN 1.956086
BHD 0.412066
BIF 3146.593032
BMD 1.093326
BND 1.465248
BOB 7.552733
BRL 5.987383
BSD 1.093061
BTN 91.322425
BWP 14.769937
BYN 3.577073
BYR 21429.195077
BZD 2.203222
CAD 1.497086
CDF 3094.113117
CHF 0.966831
CLF 0.036646
CLP 1011.250126
CNY 7.938965
CNH 7.953971
COP 4373.305118
CRC 571.379764
CUC 1.093326
CUP 28.973146
CVE 110.884816
CZK 25.262833
DJF 194.306139
DKK 7.459754
DOP 64.889045
DZD 146.794386
EGP 52.695923
ERN 16.399894
ETB 63.082954
FJD 2.437241
FKP 0.842474
GBP 0.840686
GEL 2.968366
GGP 0.842474
GHS 16.869906
GIP 0.842474
GMD 74.129045
GNF 9211.273471
GTQ 8.4747
GYD 228.673535
HKD 8.536161
HNL 27.125432
HRK 7.552644
HTG 144.28489
HUF 390.999165
IDR 17646.72348
ILS 3.976444
IMP 0.842474
INR 91.394646
IQD 1432.257426
IRR 46015.362635
ISK 149.523706
JEP 0.842474
JMD 170.983945
JOD 0.77484
JPY 170.967823
KES 142.67618
KGS 92.886596
KHR 2807.106494
KMF 492.59815
KPW 983.994034
KRW 1509.92182
KWD 0.334033
KYD 0.910834
KZT 519.701595
LAK 24244.510646
LBP 97907.368044
LKR 332.02206
LRD 213.471946
LSL 19.953481
LTL 3.228308
LVL 0.661342
LYD 5.297193
MAD 10.738102
MDL 19.356606
MGA 4930.901642
MKD 61.570124
MMK 3551.081107
MNT 3771.976042
MOP 8.789167
MRU 43.432375
MUR 50.916016
MVR 16.837084
MWK 1896.920898
MXN 19.381767
MYR 5.098729
MZN 69.863539
NAD 19.9531
NGN 1765.547629
NIO 40.283635
NOK 11.740963
NPR 146.120825
NZD 1.800025
OMR 0.420902
PAB 1.093061
PEN 4.066122
PGK 4.277529
PHP 63.694458
PKR 304.493835
PLN 4.297755
PYG 8254.310972
QAR 3.980808
RON 4.970477
RSD 117.048218
RUB 96.870534
RWF 1439.91071
SAR 4.100783
SBD 9.246921
SCR 15.545938
SDG 657.089083
SEK 11.538774
SGD 1.466271
SHP 0.842474
SLE 24.979557
SLL 22926.509423
SOS 624.289813
SRD 32.402891
STD 22629.646567
SVC 9.562043
SYP 2747.015481
SZL 19.953458
THB 39.337619
TJS 11.640462
TMT 3.837575
TND 3.405685
TOP 2.581835
TRY 36.172126
TTD 7.419737
TWD 35.61018
TZS 2901.99736
UAH 45.340294
UGX 4043.856785
USD 1.093326
UYU 43.891019
UZS 13811.440156
VEF 3960631.884497
VES 39.862923
VND 27737.687709
VUV 129.801924
WST 3.065259
XAF 655.93377
XAG 0.036216
XAU 0.000446
XCD 2.954769
XDR 0.824471
XOF 658.732535
XPF 119.331742
YER 273.686901
ZAR 19.904629
ZMK 9841.245465
ZMW 28.500991
ZWL 352.050616
  • AEX

    -16.9000

    916.54

    -1.81%

  • BEL20

    11.6200

    4017.59

    +0.29%

  • PX1

    -9.1000

    7570.81

    -0.12%

  • ISEQ

    -51.0000

    9757.62

    -0.52%

  • OSEBX

    6.4100

    1431.74

    +0.45%

  • PSI20

    -10.1600

    6765.92

    -0.15%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -30.4900

    2370.47

    -1.27%

  • N150

    0.6800

    3376.24

    +0.02%

Le 6 janvier 2021, le jour où la démocratie américaine a tremblé
Le 6 janvier 2021, le jour où la démocratie américaine a tremblé / Photo: ROBERTO SCHMIDT - AFP/Archives

Le 6 janvier 2021, le jour où la démocratie américaine a tremblé

Le 6 janvier 2021, à l'appel de Donald Trump, des milliers d'Américains se sont rendus à Washington pour protester contre le résultat de l'élection présidentielle. Le Congrès américain a été pris d'assaut dans un chaos sans nom.

Taille du texte:

Un an et demi plus tard, une commission parlementaire présente jeudi ses premières conclusions, censées démontrer la responsabilité de l'ancien président dans cette attaque.

Retour sur cette froide journée de janvier, quand la démocratie américaine a tremblé.

- 07H00, les pro-Trump à Washington -

Munis de drapeaux Trump 2020 et coiffés de casquettes rouges "Make America Great Again", des dizaines de milliers de partisans de Donald Trump, convaincus que l'élection perdue par le milliardaire républicain est entachée de fraudes, affluent à Washington dès les premières heures du jour.

Venus de tous les Etats-Unis, parfois par cars entiers, ils traversent la capitale, une ville profondément démocrate, où les vitrines de la plupart des magasins et immeubles du centre-ville ont été barricadés, par crainte de débordements.

Ils convergent vers une esplanade proche de la Maison Blanche, où Donald Trump doit s'exprimer en milieu de journée. Le républicain a prévenu, la journée sera "folle".

- 11H57: Trump sur scène -

Le président américain arrive sur scène sous un ciel chargé de lourds nuages.

"Nous n'abandonnerons jamais. Nous ne concéderons jamais", promet-il, le ton grave. "Nous ne reprendrons jamais notre pays en étant faibles. (...) Vous devez être forts".

La foule réunie dans un froid glacial est galvanisée.

Donald Trump s'en remet à son vice-président, qu'il appelle à ne pas entériner la victoire de Joe Biden lors de la session extraordinaire du Congrès, que ce fidèle parmi les fidèles doit présider.

En conclusion de son discours, il lance: "Nous marchons vers le Capitole". Ses partisans s'exécutent.

- 13H02, la lettre de Mike Pence -

Au même moment, les parlementaires des deux chambres entament la procédure de certification des résultats de l'élection présidentielle.

Juste avant le début de la séance, Mike Pence déclare dans une lettre qu'il ne s'y opposera pas, ce droit revenant selon lui aux élus.

Le chef des sénateurs républicains, Mitch McConnell, pourtant soutien de Donald Trump durant son mandat, met en garde ses collègues, évoquant un risque "mortel" pour la démocratie.

Mais dès le début de la session, des républicains émettent des objections aux résultats de l'élection dans l'Etat d'Arizona.

- 14H00, les manifestants dans le Capitole -

Pendant ce temps-là, les manifestants pro-Trump commencent à se presser autour du Congrès. Des bâtiments annexes sont évacués alors que certains forcent les barrages des forces de l'ordre. La séance de certification est interrompue et les deux chambres sont placées en confinement.

Du gaz lacrymogène est tiré dans la rotonde du Capitole, des policiers dégainent leurs armes. Des images désormais célèbres d'un homme torse-nu avec des cornes de bison déambulant dans les couloirs du Congrès, d'un autre posant les pieds sur le bureau de la cheffe démocrate Nancy Pelosi, circulent dans le monde entier.

Une manifestante qui tentait de se glisser dans l'hémicycle par une vitre brisée est tuée par balle. Militante extrémiste et conspirationniste pour les uns, martyre patriote pour les autres, Ashli Babbitt symbolisera à elle seule la profonde ligne de fracture politique qui divise les Etats-Unis après le "6 janvier".

- 14H24, tweets et SMS -

Pendant que le vice-président et les élus du Congrès sont évacués du chaos du Capitole, Donald Trump s'agace sur Twitter que Mike Pence n'ait "pas eu le courage de faire ce qui était nécessaire pour protéger le pays".

Le président suit les événements à la télévision dans une pièce voisine du Bureau ovale. Elus républicains, célébrités conservatrices implorent son chef de cabinet Mark Meadows de le pousser à calmer la foule, selon des SMS révélés par la commission parlementaire.

"Mark, le président doit à tout prix dire aux personnes qui sont au Capitole de rentrer chez eux", écrit Laura Ingraham, présentatrice vedette de Fox News dans un SMS à 14H32.

"Il doit condamner cette merde dès que possible", alerte le fils du président, Donald Trump Jr., dans un autre message à 14H53.

- 16H17, Trump: "Rentrez chez vous" -

A 16H17, Donald Trump publie enfin une vidéo sur son compte Twitter.

"Je connais votre peine, je connais votre douleur", assure-t-il à ses partisans depuis les jardins de la Maison Blanche.

"Cette élection nous a été volée", réitère le président, sans preuves. "Mais il faut rentrer à la maison maintenant". "Rentrez, on vous aime, vous êtes uniques".

- 18H30, retour au calme -

A 18H00, un couvre-feu décrété par la maire de Washington entre en vigueur. Les manifestants encore sur place sont dispersés par les forces de l'ordre. Trente minutes plus tard, un responsable annonce que le Capitole est de nouveau sécurisé.

A 20H06, le Congrès reprend séance.

Depuis l'hémicycle où paradaient des trumpistes quelques heures plus tôt, Mike Pence promet que "ceux qui ont semé la zizanie" n'ont pas "gagné".

A 03H42, l'élection de Joe Biden est officiellement certifiée.

(H.Schneide--BBZ)