Berliner Boersenzeitung - Législatives: les Outre-mer aux urnes

EUR -
AED 3.984481
AFN 76.647787
ALL 100.147252
AMD 420.804469
ANG 1.954129
AOA 946.634516
ARS 1004.781094
AUD 1.640031
AWG 1.95535
AZN 1.847045
BAM 1.952432
BBD 2.189224
BDT 127.400242
BGN 1.954449
BHD 0.408884
BIF 3123.212634
BMD 1.084799
BND 1.458784
BOB 7.492077
BRL 6.046453
BSD 1.08433
BTN 90.766732
BWP 14.731589
BYN 3.548379
BYR 21262.056149
BZD 2.18563
CAD 1.493849
CDF 3071.065425
CHF 0.967533
CLF 0.037148
CLP 1025.123957
CNY 7.891474
CNH 7.908129
COP 4340.247387
CRC 574.409176
CUC 1.084799
CUP 28.747168
CVE 110.075127
CZK 25.411628
DJF 193.086936
DKK 7.46091
DOP 64.219225
DZD 146.325236
EGP 52.461412
ERN 16.271982
ETB 62.673392
FJD 2.440526
FKP 0.835903
GBP 0.840334
GEL 2.94526
GGP 0.835903
GHS 16.730141
GIP 0.835903
GMD 73.522263
GNF 9343.882328
GTQ 8.410492
GYD 226.848699
HKD 8.470028
HNL 26.850684
HRK 7.493736
HTG 143.123121
HUF 390.550892
IDR 17600.860256
ILS 3.931267
IMP 0.835903
INR 90.790987
IQD 1420.449804
IRR 45661.931677
ISK 149.701656
JEP 0.835903
JMD 169.377833
JOD 0.768687
JPY 169.249189
KES 143.733076
KGS 91.520895
KHR 4454.316554
KMF 491.142751
KPW 976.319284
KRW 1503.579939
KWD 0.33171
KYD 0.903541
KZT 513.793735
LAK 24021.564152
LBP 97097.212767
LKR 329.411783
LRD 211.435286
LSL 19.90237
LTL 3.203129
LVL 0.656184
LYD 5.24096
MAD 10.684071
MDL 19.234821
MGA 4918.515837
MKD 61.503909
MMK 3523.384132
MNT 3742.556177
MOP 8.719759
MRU 42.889019
MUR 50.519024
MVR 16.651883
MWK 1880.156835
MXN 19.61512
MYR 5.068197
MZN 69.318632
NAD 19.90237
NGN 1743.272025
NIO 39.911156
NOK 11.986322
NPR 145.226492
NZD 1.822043
OMR 0.417604
PAB 1.08423
PEN 4.074272
PGK 4.248671
PHP 63.455846
PKR 301.863502
PLN 4.279987
PYG 8204.8471
QAR 3.951684
RON 4.972607
RSD 117.071663
RUB 94.561266
RWF 1420.250148
SAR 4.06922
SBD 9.174799
SCR 14.74867
SDG 635.69193
SEK 11.687302
SGD 1.460188
SHP 0.835903
SLE 24.784726
SLL 22747.692057
SOS 619.631171
SRD 31.807347
STD 22453.14461
SVC 9.487634
SYP 2725.589887
SZL 19.898676
THB 39.237187
TJS 11.547581
TMT 3.807644
TND 3.370286
TOP 2.573848
TRY 35.609421
TTD 7.360304
TWD 35.577055
TZS 2912.684789
UAH 44.741723
UGX 4008.086277
USD 1.084799
UYU 43.884302
UZS 13654.446847
VEF 3929740.581046
VES 39.583962
VND 27515.921133
VUV 128.789522
WST 3.041351
XAF 654.827459
XAG 0.037398
XAU 0.000451
XCD 2.931723
XDR 0.817789
XOF 654.827459
XPF 119.331742
YER 271.578928
ZAR 19.9627
ZMK 9764.493785
ZMW 28.109513
ZWL 349.304766
  • AEX

    -2.0200

    914.97

    -0.22%

  • BEL20

    5.2400

    4038.15

    +0.13%

  • PX1

    -23.6300

    7598.63

    -0.31%

  • ISEQ

    39.3400

    9406.6

    +0.42%

  • OSEBX

    -5.6600

    1446.85

    -0.39%

  • PSI20

    -6.1700

    6854.32

    -0.09%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    11.2200

    2398.23

    +0.47%

  • N150

    -11.8900

    3385.69

    -0.35%

Législatives: les Outre-mer aux urnes
Législatives: les Outre-mer aux urnes / Photo: Pascal GUYOT - AFP

Législatives: les Outre-mer aux urnes

Un jour avant la métropole, les Français d'outre-mer se rendent samedi aux urnes pour le premier tour des élections législatives où Emmanuel Macron vise une majorité face à une gauche unie aux ambitions retrouvées.

Taille du texte:

Silence, on vote, à nouveau. Après la clôture de la campagne vendredi à minuit, plus de 48 millions de Français sont à nouveau appelés aux urnes ce week-end et le suivant pour élire leurs députés, six semaines après la présidentielle qui a reconduit Emmanuel Macron à l'Elysée.

En Polynésie française et dans les onze circonscriptions des Français de l'étranger, le premier tour a déjà eu lieu les 4 et 5 juin. Il a débouché sur l'élimination fracassante de l'ancien Premier ministre Manuel Valls et l'émergence de dix duels qui opposeront la majorité présidentielle à la coalition de gauche, la Nupes (Nouvelle union populaire et écologique), au second tour.

Place désormais au reste des Outre-mer avec, dans l'ordre des ouvertures des bureaux de vote selon le décalage horaire, Saint-Pierre-et-Miquelon, la Guyane, les Antilles, Wallis et Futuna, la Nouvelle-Calédonie, La Réunion et Mayotte, avant la métropole dimanche à 08h00.

Si le scrutin est différent, les trois candidats arrivés en tête à la présidentielle refont le match aux législatives, avec le vainqueur Emmanuel Macron qui affronte indirectement la finaliste RN Marine Le Pen et l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon, arrivé troisième le 24 avril.

Elle pourrait atteindre, au bout d'une campagne passée largement sous les radars, de nouveaux records, entre 52 et 56%, au-delà des 51,3% du 11 juin 2017.

Selon les dernières enquêtes d'opinion, la coalition présidentielle et la Nupes sont à touche-touche, loin devant le RN de Marine Le Pen.

Suivent derrière Les Républicains et l'UDI ainsi que le parti Reconquête!, la formation d'extrême droite menée par Eric Zemmour, qui se présente lui-même dans le Var.

- "Troisième tour" -

Pour obtenir la majorité absolue à l'issue du second tour le 19 juin, la confédération Ensemble! (LREM, MoDem, Horizons et Agir) doit décrocher au moins 289 des 577 sièges, un objectif que les sondages présentent comme incertain, même s'ils donnent la macronie en tête des projections de sièges au second tour.

Si Ensemble! arrive premier, mais sans atteindre la barre magique des 289 élus, Emmanuel Macron ne disposerait que d'une majorité relative à l'Assemblée nationale. Une perspective peu réjouissante pour le président de la République qui devra sans doute chercher le soutien d'autres groupes politiques pour approuver les textes.

Si, cas de figure le moins probable, la Nupes de Jean-Luc Mélenchon remporte la majorité absolue, Emmanuel Macron serait privé de pratiquement tous ses pouvoirs.

"Ce n'est plus lui qui déterminera la politique de la Nation, mais la majorité à l'Assemblée nationale et le Premier ministre qui en sera issu", résume Dominique Rousseau, professeur de droit constitutionnel à l'université Panthéon-Sorbonne.

C'est avec cet objectif en tête que Jean-Luc Mélenchon n'a cessé de répéter qu'il voulait faire de ces législatives "un troisième tour" qui lui permettra d'être élu "Premier ministre", malgré un réservoir de voix qui risque de lui faire défaut au second tour.

Emmanuel Macron, qui a effectué quatre déplacements au cours de la campagne, a choisi lui de se poser, comme lors de la présidentielle, en rempart contre "les extrêmes".

Fustigeant le manque de crédibilité de la Nupes sur le plan économique, il réclame une majorité "forte et claire" afin de pouvoir mettre en oeuvre son programme.

En comptant Elisabeth Borne, quinze membres du gouvernement sont en lice aux législatives et devront quitter l'exécutif en cas de défaite conformément à une règle déjà appliquée en 2017 par Emmanuel Macron.

Près de 6.300 candidats briguent les 577 sièges, soit 20% de moins qu'en 2017, du fait notamment de l'accord à gauche.

(T.Burkhard--BBZ)