Berliner Boersenzeitung - JO-2022/Ski de fond: le relais français, en bronze, fidèle à son rendez-vous olympique

EUR -
AED 3.914496
AFN 76.682133
ALL 101.212412
AMD 419.775902
ANG 1.919704
AOA 892.10553
ARS 928.59708
AUD 1.655277
AWG 1.918506
AZN 1.811028
BAM 1.95662
BBD 2.150681
BDT 116.898985
BGN 1.953989
BHD 0.401753
BIF 3052.407714
BMD 1.065837
BND 1.451022
BOB 7.376091
BRL 5.550668
BSD 1.065136
BTN 88.916659
BWP 14.794199
BYN 3.485828
BYR 20890.397875
BZD 2.14708
CAD 1.462909
CDF 2989.671415
CHF 0.970662
CLF 0.037053
CLP 1022.414558
CNY 7.720602
CNH 7.729186
COP 4172.078915
CRC 534.924154
CUC 1.065837
CUP 28.244671
CVE 110.311225
CZK 25.27061
DJF 189.677703
DKK 7.461517
DOP 62.856339
DZD 143.471222
EGP 51.317049
ERN 15.987549
ETB 60.522061
FJD 2.423553
FKP 0.855613
GBP 0.862151
GEL 2.840432
GGP 0.855613
GHS 14.327004
GIP 0.855613
GMD 72.381485
GNF 9156.923014
GTQ 8.284472
GYD 222.853384
HKD 8.352162
HNL 26.297019
HRK 7.546294
HTG 141.299873
HUF 394.800811
IDR 17315.26208
ILS 3.999328
IMP 0.855613
INR 88.841214
IQD 1395.371622
IRR 44831.754175
ISK 150.493874
JEP 0.855613
JMD 166.009564
JOD 0.755465
JPY 164.901446
KES 142.822018
KGS 94.877048
KHR 4328.834254
KMF 493.029366
KPW 959.253337
KRW 1470.40158
KWD 0.328481
KYD 0.887664
KZT 475.274699
LAK 22712.30423
LBP 95385.175102
LKR 321.701787
LRD 205.921379
LSL 20.410508
LTL 3.147138
LVL 0.644714
LYD 5.197129
MAD 10.790722
MDL 19.076815
MGA 4695.96779
MKD 61.573401
MMK 2236.816325
MNT 3677.136729
MOP 8.593701
MRU 42.316187
MUR 49.592986
MVR 16.467446
MWK 1846.373701
MXN 18.186519
MYR 5.097361
MZN 67.677741
NAD 20.410443
NGN 1146.57352
NIO 39.206797
NOK 11.744406
NPR 142.266615
NZD 1.804259
OMR 0.410305
PAB 1.065146
PEN 3.974265
PGK 4.047696
PHP 61.279152
PKR 296.437219
PLN 4.318016
PYG 7880.228182
QAR 3.880177
RON 4.974898
RSD 117.159993
RUB 100.078405
RWF 1373.475539
SAR 3.997887
SBD 8.995843
SCR 14.750641
SDG 624.58032
SEK 11.623706
SGD 1.451664
SHP 1.346631
SLE 24.351492
SLL 22350.065041
SOS 609.12467
SRD 36.80016
STD 22060.666249
SVC 9.319818
SYP 2677.946893
SZL 20.477581
THB 39.422057
TJS 11.636976
TMT 3.741087
TND 3.358468
TOP 2.55156
TRY 34.735296
TTD 7.232963
TWD 34.787852
TZS 2760.517139
UAH 42.409071
UGX 4058.700751
USD 1.065837
UYU 40.897137
UZS 13524.667353
VEF 3861049.171852
VES 38.686323
VND 27130.871322
VUV 126.538296
WST 2.988189
XAF 656.231986
XAG 0.038291
XAU 0.000452
XCD 2.880477
XDR 0.808839
XOF 656.225827
XPF 119.331742
YER 266.832562
ZAR 20.359451
ZMK 9593.814139
ZMW 27.348203
ZWL 343.198959
  • AEX

    8.0000

    867.98

    +0.93%

  • BEL20

    49.3800

    3877.17

    +1.29%

  • PX1

    20.0600

    8042.85

    +0.25%

  • ISEQ

    44.6900

    9975.31

    +0.45%

  • OSEBX

    1.3400

    1342.51

    +0.1%

  • PSI20

    156.1000

    6450.48

    +2.48%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -19.8800

    2029.24

    -0.97%

  • N150

    12.9600

    3335.17

    +0.39%

JO-2022/Ski de fond: le relais français, en bronze, fidèle à son rendez-vous olympique
JO-2022/Ski de fond: le relais français, en bronze, fidèle à son rendez-vous olympique

JO-2022/Ski de fond: le relais français, en bronze, fidèle à son rendez-vous olympique

La médaille de bronze du relais commence à ressembler à une propriété française: pour la troisième fois consécutive, les Bleus du ski de fond se sont invités sur le podium du relais 4x10 km aux Jeux olympiques 2022 de Pékin.

Taille du texte:

Ils terminent derrière les intouchables Russes et les Norvégiens, que les Français ont fait douter jusqu'au bout.

Qu'importe si Maurice Manificat, le dernier relayeur et leader des Bleus, a dû laisser partir dans le final le cador norvégien Johannes Klaebo, ses coéquipiers Clément Parisse, Richard Jouve et Hugo Lapalus ont exulté à son arrivée sur la ligne, se tombant dans les bras après être tombés d'émotion dans la neige fraîche.

Et ce n'était que le début: de longues minutes encore puis sur le podium, on a beaucoup hurlé en français sur la piste de Zhangjiakou, dont le cri de guerre des fondeurs tricolores, hérité d'une célèbre vidéo de l'internet français: "Qui je suis ? Je suis un monsieur !"

"C'est vrai qu'on est les seuls un peu à faire du barouf", observe Parisse. "Ce n'est que le début", promet Lapalus, en répétant que cette médaille "n'était pas écrite d'avance".

Même si ces quatre mêmes Bleus étaient déjà sur la dernière marche du podium des Mondiaux l'an passé, la quinzaine avait mal débuté pour eux.

Le rêve de médaille des sprinteurs s'est évaporé (Jouve confie avoir "mis plusieurs jours à s'en remettre") et Manificat, à la saison perturbée par des blessures, est passé à côté de son objectif, le skiathlon (23e).

- "On était au tréfonds" -

"On a tellement vécu des émotions avec les sprinteurs", livre "Momo". "Les larmes, je les ai eues il y a quelques jours aussi (...) On se disait tous qu'on était au tréfonds, qu'on ne pouvait que remonter et qu'il fallait se servir de ça pour le refaire (une médaille olympique en relais, après 2014 et 2018)."

Et, en effet, quand Finlandais, Allemands et enfin Suédois explosaient dans le groupe de poursuivants, les Bleus tenaient. "C'était le Suédois, vraiment, qu'il fallait faire péter", commente Manificat.

Le désormais quadruple médaillé de bronze a été le dernier du reste du monde - hors Russes et Norvégiens - à craquer dans le presque blizzard de Zhangjiakou, -13°C au thermomètre et de la neige à foison. Des conditions extrêmes dans lesquelles les Bleus se sont surpassés grâce à leur esprit de corps.

"C'est le relais, explique Parisse. Personnellement, j'arrive à me surpasser sur cette course avec l'énergie de tout le monde, le staff, toute l'équipe. Sur les skis, il y a quelque chose en plus et il fallait ça."

Une dynamique collective immortalisée par une photo de classe à une vingtaine. "On célèbre ça en groupe, avec les athlètes, le staff et ceux aussi qui ne courent pas", décrit sur le ton de l'évidence Manificat, interrogé par un journaliste américain marqué par les effusions de joie tricolores.

- "Le jour où changer la couleur de la médaille" -

"J'en ai tellement rêvé, de ça et avec ces gars-là... c'est ouf, quoi", n'en revenait pas le plus jeune des quatre, Lapalus, le seul à éprouver pour la première fois le goût d'une médaille olympique.

Le fondeur de 23 ans, à la moustache signature et des airs d'Astérix, "s'affirme de plus en plus comme l'un des grands espoirs du ski de fond français", loue après la course l'entraîneur tricolore Alexandre Rousselet, "un peu frustré" malgré tout.

"Je sentais que c'était le jour où on pouvait changer la couleur de la médaille", réagit-il.

Il s'en est fallu de moins d'une dizaine de secondes. Les Russes, eux, étaient hors d'atteinte, reléguant le Team "Norge" à plus d'une minute.

"J'aurais voulu jouer un peu plus, entre guillemets, avec Klaebo", lâche avec une pointe de regret Manificat. "Mais bon, j'ai tout donné."

Il faudra qu'il lui en reste un peu pour la mass start samedi. Comme à Jouve qui, en sprint par équipes mercredi, tient une sérieuse chance de médaille avec Lucas Chanavat.

(P.Werner--BBZ)